Musée de l'Europe et de l'Afrique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 19 novembre 2017

La politique des dirigeants européens n’est pas un échec du point de vue des patrons

Depuis 2010, les politiques appliquées par la commission européenne et les gouvernements nationaux n’ont fait qu’aggraver la crise et ce plus particulièrement dans les pays les plus faibles de la zone euro. En comprimant la demande publique et la demande privée, les ressorts de la croissance économiques sont réduits à néant ou presque.

La politique des dirigeants européens n’est pas un échec du point de vue des patrons

Les dirigeants européens des pays les plus forts et les patrons des grandes entreprises se félicitent de l’existence d’une zone économique, commerciale et politique commune où les transnationales européennes et les économies du Centre de la zone euro tirent profit de la débâcle de la Périphérie pour renforcer la profitabilité des entreprises et marquer des points en termes de compétitivité par rapport à leurs concurrents nord-américains et chinois. Leur objectif, au stade actuel de la crise, n’est pas de relancer la croissance et de réduire les asymétries entre les économies fortes et les faibles de l’UE. Ils considèrent en outre que la débâcle de l’Europe du Sud va se traduire par des opportunités de privatisations massives d’entreprises et de biens publics à des prix bradés. L’intervention de la Troïka et la complicité active des gouvernements de la Périphérie les y aident. Le grand Capital des pays de la Périphérie est favorable à ces politiques car il compte bien lui-même obtenir une part d’un gâteau qu’il convoitait depuis des années. Les privatisations en Grèce et au Portugal préfigurent ce qui va arriver en Espagne et en Italie où les biens publics à acquérir sont beaucoup plus importants vu la taille de ces deux économies.

Considérer que la politique des dirigeants européens est un échec parce que la croissance économique n’est pas de retour, c’est largement se tromper de critère d’analyse. En effet, les objectifs poursuivis par la direction de la BCE, par la Commission européenne, par les gouvernements des économies les plus fortes de l’UE, par les directions des banques et des autres grandes entreprises privées, ce n’est ni le retour rapide à la croissance, ni la réduction des asymétries au sein de la zone euro et de l’UE afin d’en faire un ensemble plus cohérent où serait de retour la prospérité.

Il ne faut surtout pas oublier un point fondamental : la capacité des gouvernants, qui se sont mis docilement au service des intérêts des grandes entreprises privées, à gérer une situation de crise, voire de chaos, pour agir dans le sens demandé par ces grandes entreprises. Le lien étroit entre les gouvernants et le grand Capital n’est même plus dissimulé. A la tête de plusieurs gouvernements, placés à des postes ministériels importants et à la présidence de la BCE, se trouvent des hommes directement issus du monde de la haute finance, à commencer par la banque d’affaires Goldman Sachs. Certains hommes politiques de premier plan sont récompensés par un poste dans une grande banque ou une autre grande entreprise une fois qu’ils ont accompli leurs bons offices pour le grand Capital. Ce n’est pas nouveau mais c’est plus évident et régulier qu’au cours des 50 dernières années. On peut parler de véritables vases communicants et transparents.

Les effets sociaux de la crise

Ce que vivent les salariés et les allocataires sociaux de Grèce, du Portugal, d’Irlande et d’Espagne aujourd’hui a été imposé aux travailleurs des pays en développement à la faveur de la crise de la dette des années 1980-1990. Au cours des années 1980, l’offensive a également visé les travailleurs en Amérique du Nord à partir de la présidence de Ronald Reagan, en Grande-Bretagne sous la férule de Margaret Thatcher, la Dame de fer, et chez ses émules sur le vieux continent. Les travailleurs de l’ex-bloc de l’Est ont également été soumis au cours des années 1990 aux politiques brutales imposées par leurs gouvernements et le FMI. Ensuite, d’une manière certes nettement moins brutale que celle qui a affecté les peuples du tiers-monde (des pays les plus pauvres jusqu’aux économies dites émergentes), l’offensive a pris pour cible les travailleurs d’Allemagne à partir de 2003-2005. Les effets néfastes pour une partie significative de la population allemande se font sentir encore aujourd’hui même si les succès des exportations allemandes limitent le nombre de chômeurs et qu’une partie de la classe ouvrière n’en ressent pas directement les conséquences.

Au cours de 2012-2013, la crise s’est aggravée en Grèce, en Irlande, au Portugal, en Espagne, en conséquence des politiques d’austérité brutale appliquées par des gouvernants complices des exigences de la Troïka. Dans presque tous les pays de l’UE, on assiste à l’approfondissement de l’offensive contre les conquêtes sociales.

Extrait de l'article d'Eric Toussaint paru sur le site du CADTM sous le titre Contradictions Centre/Périphérie dans l’Union européenne et crise de l’euro

samedi 18 novembre 2017

Le journalisme est mort

Ainsi, et surtout, le licenciement de la journaliste Panagióta Bitsika peut passer presque inaperçu... actualité oblige. Elle travaillait pour le journal “To Víma” depuis plus de 20 ans, et ce journal (avec l’ensemble du groupe de presse DOL) vient de passer sous le contrôle de Marinákis, armateur, magnat de la presse et cogérant de l’équipe d’Olympiakós du Pirée. La nouvelle direction impose de bien... nouveaux et novateurs contrats de travail. “Vous les signez, ou sinon, c'est la porte”, voilà ce qu’a été expressément imposé aux salariés (essentiellement journalistes).

En somme, ces nouveaux contrats de “travail”, imposent aux journalistes le statut de... l’équiper polyvalent, leur spécialisation, ainsi que la description précise de leur tâche ne sont plus mentionnées. Les journalistes devront aussi accepter de travailler pour l’ensemble des journaux du nouveau groupe (DOL et Marinákis réunis), d’après les besoins de l’entreprise. Et à part la baisse de leurs rémunérations, ces “journalistes” du troisième millénaire... bien suranné après Hérodote, devront signer un document déchargeant leur patron de toute responsabilité pénale, en cas de poursuites, en rapport aux textes que les journalistes auront publié aux quotidiens du groupe.

“Au nom de la morale et de la dignité je ne peux pas signer ce texte”, déclare Panagióta dans sa lettre ouverte, adressée à la profession . Hier, devant les nuages et le soleil couchant du Golfe Saronique comme autant du journalisme et de la Grèce, mon ami Th., journaliste au chômage, me disait qu’il avait échangé avec Panagióta au téléphone, et qu’à travers toute leur profession subsistante, les patrons viennent d’imposer simultanément la baisse des salaires de 30% à 50%. “Vous acceptez, ou sinon c'est la porte”.

Mon ami est désormais certain: “Le journalisme est mort. D’ailleurs, jamais dans ce pays les medias n’avaient été autant contrôlés et pour tout dire, laminés par le pouvoir (le vrai, pas celui de la marionnette Tsipras), qu’aujourd’hui. Ce n’est même plus le rédacteur en chef, ni même le patron du journal qui annonce ce chantage aux employés du journal - me disait Panagióta - mais un administrateur financier, dépêché par Marinákis et que nous n’avions jamais vu jusque là. Contemplons alors le soleil, la mer et les nuages... ailleurs il pleut, et aucune réaction pour l’instant de la part de l’Union syndicale des journalistes. Silence... orage.”

Extrait de l'article de Panagiotis Grogoriou, paru sous le titre " Catastrophes... mutationnelles " sur son blog Greekcrisis

mercredi 15 novembre 2017

Tout va très bien madame la marquise

« Tout va très bien, madame la marquise » est une chanson de 1935 qui a connu en France un grand succès en pleine crise. Elle a également été traduite en de nombreuses langues. Cette phrase est devenue une expression proverbiale pour désigner une attitude d’aveuglement face à une situation désespérée.

marquise2.PNG Cliquer sur l'image pour écouter la chanson

Les déclarations de Mario Draghi, de Jean-Claude Junker, de Donald Trump… font penser à cette chanson. On peut les imaginer en train de participer au dialogue entre le domestique James et Madame la Marquise.

La situation du capitalisme n’est pas désespérée. Dommage, car on aimerait enterrer ce système mortifère. Par contre, différents ingrédients d’une nouvelle crise financière internationale sont en train d’être rassemblés.

Souvent, à la veille d’une crise financière, tout semble aller très bien. Certains signaux sont par exemple tout à fait trompeurs. La croissance économique semble encourageante alors qu’elle est fondée largement sur une fièvre spéculative dans certains secteurs. Les faillites sont limitées, les bilans des entreprises semblent solides. Rappelons-nous les notes triple A accordées par les agences de notation à la firme nord-américaine Enron en 2000 avant que l’entreprise ne fasse faillite, donnant le signal de départ de la crise des dotcom de 2001-2002. Rappelons les notes triple A attribuées aux produits structurés liés au marché des subprimes en 2006-2007. Souvenons-nous des déclarations rassurantes d’Alan Greenspan, directeur de la réserve fédérale des États-Unis entre 1987 et 2006, à la veille de la crise des subprimes. Il affirmait que les risques étaient tellement bien disséminés dans le système et tellement bien couverts par les CDS (Credit default swap, sortes d’assurances contre les risques de défaut de paiement) qu’aucune crise n’était en vue. Le FMI, dans son rapport annuel 2007, prétendait que tout était tranquille et que la croissance économique était solide.

La situation en 2017 fait penser à ces situations de pré-crise où tout semble être sous contrôle et pendant lesquelles les dirigeants politiques tiennent des propos rassurants et lénifiants. La situation actuelle ressemble d’une certaine manière à ce qui s’est passé en 1987. On avait connu une hausse forte des marchés boursiers et une hausse importante des obligations d’entreprises privées (les obligations d’entreprises, corporate bonds en anglais, sont des titres financiers émis par les entreprises privées pour se financer, ce sont des promesses futures de remboursement en échange de fonds).

Lire la suite de l'article d'Eric Toussaint sur le site du CADTM

Ma survie, c’est la mort des autres

Notre ami M. remarque encore, que d’une certaine manière, les embouteillages font leur retour en ce moment dans le quotidien de la ville d’Athènes. “Les gens, ceux ayant encore certains revenus, si possible fixes, les fonctionnaires par exemple, réadaptent leurs manières en la matière. Ils économiseront ailleurs et en réalité, ils se priveront, pour pouvoir éviter les rames bondées du métro et de Proastiakós (RER monoligne de la Région Attique). Ils veulent surtout éviter le contact, avec d’abord toute cette énergie négative des autres, puis, les agressions, les mendiants, les drogués, les vols, voire le bruit. Et aussi les grèves.”

“Puis, ils se rendent compte que même en voiture, leurs... périples deviennent de plus en plus tendus, comme jadis du temps où nos circulions en moto. Toujours en état d’alerte. Les gens conduisent comme si tous les autres n’existaient absolument pas. La société n’est plus, et elle devient de part ce fait de moins en moins fréquentable, sauf lorsque pour nos choix orientés, que et que j’appellerai ‘de niche’. Depuis plus d’un an, je rencontre ceux qui visitent les Monastères, puis les moines, leur spiritualité. J’y retrouve le calme, une posture sincère, une sorte même de catharsis psychique. Je peux mieux tenir le coup, mieux comprendre peut-être les autres, et... autant je dirais moi-même. Et ce n’est pas qu’une affaire de croyance.”

“Dans mon service, comme partout ailleurs dans la fonction publique depuis la crise, les gens sont devenus mesquins, rancuniers, rapporteurs, jaloux, filous et surtout mouchards. Tous nos salaires ont été diminués, sauf qu’ils ne sont pas identiques pour chaque les cas, alors, le grand jeu consiste à contester (symboliquement et parfois même par la voie officielle) les petits plus, ou avantages de tel ou tel collègue. Ils n’ont pas autre chose à faire, ils disposent du temps... libre, et surtout pour certains d’entre eux, le fait d’avoir intégré la fonction publique, est lié aux clientélismes des partis politiques. Ces gens ne savent pas faire autre chose... ainsi, ils chipotent autour d’eux, pour mieux accroître leur propre espace, telle est leur conviction la mieux profonde. ‘Ma survie, c’est la mort des autres’, sauf que nous n’irons guère très loin de la sorte.”

Pour P., l’épouse de M., tout est autrement plus simple. Elle travaille dans le privé à temps plein et alors miracle, son salaire est versé, “c'est alors un authentique privilège” comme elle dit, à ses yeux. “Je touche 650€ en net par mois, et pour une fois, nos rapports et interactions au travail ne versent pas forcement dans le négatif. Mon problème c'est qu’après le 20 de chaque mois, il ne reste plus rien de mon salaire, nous avons avec M., deux enfants, un foyer... une petite vie.”

Ce n’est pas de la complainte augmentée... devant la réalité sans doute, c’est plutôt que notre univers immédiat a pris ces rides, auxquelles très précisément nous n’avions pas pensé durant les premières années de la dite “crise”. Univers lequel n’est pas que de dimension politique, nous le savons aussi.

Notre ami D., insiste sur la décomposition alors totale du monde du travail. Et autant sur sa... recomposition inédite, où plus rien n’est comme avant. Salaires, conditions, enjeux, comme autant s’agissant de l’ambiance. Il a rigolé comme nous et comme les autres Grecs, des 720 millions d’euros que le pantin Tsipras se dit prêt à “distribuer aux plus nécessiteux, au bénéfice d’à peu près 3,4 millions de citoyens sous forme d'aide exceptionnelle”, d’après son annonce “solennellisée” au soir du 13 novembre (medias grecs du 13 et 14 novembre) . Cela fait en moyenne 211€ par personne concernée. Dimitri donc en rigole. En plus, cette aide est conditionnée suivant ce que les intéressés peuvent posséder en biens, notamment immobiliers. Ce qui peut ainsi en exclure pas mal de Grecs en réalité.

Extrait de l'article de Panagiotis Grigoriou paru sous le titre "Place aux jeunes" sur son blog Greekcrisis

mardi 14 novembre 2017

Une personne sur trois ne perçoit pas les aides sociales auxquelles elle a droit

Les aides pour les familles sont les plus méconnues, selon un sondage publié mardi pour Adessadomicile, une fédération d'aide à domicile.

Méconnaissance, complexité administrative ou encore réticence à demander de l'aide... Une personne sur trois ne touche pas les prestations sociales auxquelles elle a droit, notamment celles dédiées aux familles ou à la dépendance, selon un sondage* publié mardi.

Le manque d'information, principal obstacle. Ainsi, 34% des personnes éligibles aux prestations sociales ne bénéficient d'aucune aide, indique cette enquête du cabinet Adjuvance pour Adessadomicile, fédération d'aide à domicile, rendue publique dans le Parisien. Pour une personne sur deux, la principale raison est le manque d'information (49% des réponses), viennent ensuite le recours à d'autres solutions dans l'entourage, pour de la garde d'enfant ou de l'aide à domicile par exemple (23%), la complexité administrative des démarches (16%), un reste à charge trop élevé (16%), la réticence "à ouvrir sa sphère privée" (16%) ou encore la défiance envers les administrations (10%).

44% des personnes âgées éligibles n'y accèdent pas. Les aides pour les familles sont les plus méconnues, selon ce sondage : moins d'une famille sur quatre (37%) connaît les aides qui lui sont dédiées et 50% de celles éligibles aux aides à la parentalité ne les touchent pas. Pour les personnes âgées, 44% des personnes éligibles mais non bénéficiaires de l'Allocation personnalisée d'autonomie (APA) n'y accèdent pas car "elles en ignorent l'existence", est-il précisé. 13% des personnes âgées interrogées trouvent leurs propres solutions.

Neuf Français sur dix connaissent en revanche les aides concernant le handicap (Allocation adulte handicapé, prestation de compensation du handicap, allocation d'éducation de l'enfant handicapé). Elles sont "les moins difficiles d'accès car elles bénéficient intrinsèquement d'un circuit d'accompagnement et de prescription, du fait de la dimension médicale de la fragilité concernée", estime l'étude. Mais "la question du reste à charge reste un frein important".

Pour pallier à ces chiffres, certaines administrations, comme la CAF, cherchent désormais à identifier les familles passant à côté de leurs prestations.

Europe 1 (AFP)

  • Enquête réalisée sur internet en octobre auprès d'un échantillon national représentatif de 1.577 personnes éligibles et/ou bénéficiaires d'aides, et en face-à-face auprès de 24 personnes (six personnes handicapées, six familles fragilisées, six personnes âgées, et six professionnels de l'aide sociale ou d'associations).

dimanche 12 novembre 2017

"Le premier acte de résistance consiste à ne plus participer aux pseudo-scrutins, nationaux (du moins jusqu’à reconsidérer la situation) et encore moins aux dites élections européennes"

Il fut un temps, Yorgos Séféris avait repéré (en 1946) un naufrage près de l’ilot de Daskalio, toujours à Póros, un navire auxiliaire de la Marine nationale grecque, sabordé pour ne pas être saisi par la Marine allemande durant l’Occupation (celle des années 1940). Séféris, en congés (après 9 ans de service ininterrompu, il était diplomate) et hébergé à la villa ‘Galini’ (‘Sérénité’), il y écrira un de ses plus célèbres poèmes ‘La Grive’, publié l’année suivante inspiré par ce naufrage.

“Entre l’îlot et la côte, la Grive coulée ; seule la cheminée émerge de quelques pouces. ‘On l’a coulée pour que les Allemands ne puissent mettre la main dessus’ me dit-on. (...) Le batelier disait: ‘Une fois coulé, il a été pillé par ceux qui faisaient du marché noir.” (Carnet de Yorgos Séféris, 14 août 1946).

Poésie du délabrement: “Il me faut du temps, ainsi qu'une grande peine pour écrire ce peu que j'arrive à écrire”, (Carnet de Yorgos Séféris, 24 octobre 1946). Póros, Daskalio, ‘Sérénité’, la villa de Séféris, et le calme (même relatif) du mois de novembre, autorise enfin un peu de cette consistance perdue dont nos imaginations avait été dotées il n’y a guère si longtemps. Du moins, nous avons pu cueillir nos propres olives.

“Le temps change, les hommes lorsqu'ils deviennent déments, ils ne changent alors jamais”, avait dit le poète Séféris lors d’une interview accordée au quotidien “Phileléftheros” de Chypre, quelques mois seulement avant sa disparition physique (interview du 15 avril 1970) .

beart1.PNG "Contre tous les pouvoirs !" (Guy Béart, illustration du Concierge, cliquer sur l'image)

Touti, la chatte des Séféris accompagnait alors parfois le poète à Póros. Nos olives, nos îles, nos chats. “Un sentiment fort quant à la dissolution mentale chez les gens. Ils te parlent et tu te sens tendre les mains dans une brume de lambeaux. Terrible manque de consistance, de rythme, de droiture: tu ne peux pas faire confiance à personne: Horreur”. (Carnet de Yorgos Séféris, 31 décembre 1946 - 1er janvier 1947). Ce qui restait valable aux yeux du poète et du diplomate en 1947, l’est également en cette Grèce de 2017.

“Ils sont divisés, fiers de leurs petites boutiques politiques, incapables de préparer et encore moins d’incarner le moindre contre-projet tangible et heureux, face au totalitarisme actuel. Ceux, issus des gauches (ceux des droites c’était déjà connu), tout comme ceux ayant quitté SYRIZA, ils sont tout simplement en quête de future réélection à défaut de programme. Ils adorent les verbiages, ils adoptent parfois nos analyses et phrases dans leurs discours, mais c’est tout. J’avais rencontré une fois Tsipras, il y a longtemps. Je lui ai dit certaines choses, il a pris mes mots... sans leur sens, et encore moins le sérieux de l’engagement qui devait en résulter. Et comme pour tout le reste, il a tout salopé”, me disait récemment un ami, fin connaisseur du... dernier situationnisme grec.

C’est alors dans ce sens que le voyage en Grèce de Jean-Luc Mélenchon n’a pas vraiment été remarqué. Lafazánis (Unité Populaire), visiblement gêné en dit un mot hésitant, après l’avoir brièvement rencontré, Alavános via le site de son ‘Plan-B’ ayant ouvertement critiqué les positions insuffisantes de la France Insoumise, surtout face à l’hybris européiste, il reste, le mouvement de Zoé Konstantopoúlou, lequel avait officiellement invité le président de la France insoumise, une opération de survie politique, sans plus à mon avis.

Zoé Konstantopoúlou dont les historiens retiendront son mérite d’avoir défendu la Constitution ainsi que d’avoir constitué le Comité sur la dette grecque, n’a plus d’avenir politique ici, elle n’a pas de projet d’ensemble. Et comme elle ne franchira probablement pas la barre requise pour être élue (au sein un pseudo-parlement il faut le dire), elle pourrait d’après ce que Jean-Luc Mélenchon laisse entrevoir, elle pourrait donc éventuellement être élue au pseudo-parlement par excellent de la dite Union européenne, via une liste de la France Insoumise qui dépasserait alors les frontières. C’est une hypothèse.

Zoé Konstantopoúlou pourrait-elle alors être élue de la sorte... pérennisant ainsi les illusions européistes, et l’amertume des peuples avec. Après avoir bu toute la cigüe Syriziste (et ce n’est pas terminé), nous savons à présent que le premier acte de résistance consiste à ne plus participer aux pseudo-scrutins, nationaux (du moins jusqu’à reconsidérer la situation) et encore moins aux dites élections européennes. Sans concession, ni enfumages. Le cynisme, n’est alors pas que la dernière arme des chiens.

(...)

Extrait de l'article de Panagiotis Grigoriou paru sous le titre "Sérénité" sur son blog Greekcrisis

Burundi : je soutiens Germain Rukuki

Le 23 / 10 / 2017, Action des chrétiens pour l'abolition de la torture

Il est 6h du matin. Des policiers débarquent chez Monsieur et Madame Rukuki à Bujumbura. Ils réquisitionnent les ordinateurs et arrêtent Germain sans mandat judiciaire. Escorté par quatre pick-up de la police, il est détenu dans les locaux du service national de renseignement pendant presque deux semaines. Détenu au secret, il ne peut recevoir aucune visite de ses proches, ni avoir de contact avec son avocat. Il est soumis à des nombreux interrogatoires, toujours en absences de son avocat. Pour avoir collaboré avec l’ACAT-Burundi, il est accusé « d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat » et de « rébellion », alors que le Ministère public n’a apporté aucune preuve concrète en la matière. Depuis, Germain Rukuki est placé en détention préventive à la prison de Ngozi.

acatburundi.png

Le harcèlement judiciaire dont fait l’objet Germain Rukuki est devenu habituel parmi les défenseurs des droits de l’homme burundais depuis que le régime de Pierre Nkurunziza, prêt à tout pour se maintenir au pouvoir, mène une répression systématique contre toute voix dissidente au sein de la société civile. Le régime accuse continuellement les défenseurs des droits de l’homme indépendants d’atteintes à la sécurité nationale pour mettre à mal leurs libertés d’expression et d’association. Ainsi, par exemple, l’ACAT-Burundi est interdite d’activités depuis novembre 2015 et son président a dû quitter le pays.

Depuis que le président de la République, Pierre Nkurunziza, a annoncé vouloir briguer un troisième mandat en avril 2015, le Burundi est plongé dans une situation de quasi guerre civile. En moins de trois années, le Burundi est retombé dans une crise politique majeure avec de multiples violations des droits de l’homme et plus 400 000 réfugiés dans les pays voisins. En septembre 2017, la Commission d’enquête des Nations unies sur le Burundi évoquait des « crimes contre l’humanité » commises par l’Etat.

téléchargez la lettre d'interpellation!

mercredi 1 novembre 2017

Le retour des apparentements terribles

RamadabCatalogne.PNG

Tandis qu'on entend les voix numériques de Sœur Caroline du Silence, le sauvage violeur de l'ordre constitutionnel d'un État de l'UE bande haut ! (Le Concierge)

dimanche 15 octobre 2017

La fin de la politique

La société grecque se disloque. Il y a ceux qui... s’amarrent à une destinée encore réellement existante, et tous les autres, ceux pour qui le futur n’est visible qu’à travers une... gueule cassée. “Que pouvons-nous faire enfin pour résister? Nos manifestations ont été brisées sous les matraques de la Police, nos bulletins de vote ont été trahis, ils ne servent et ils ne serviront plus à rien pour changer la situation”.

Question posée en direct par un auditeur au journaliste Lámbros Kalarrytis et à la radio 90.1 de la bande FM, au soir du 11 octobre 2017. Le journaliste sans trop y croire et visiblement gêné, a voulu minimiser ces propos sur l’insignifiance patente et prouvée des élections. L’auditeur a finalement conclu... tout seul: “Il faut que le sang coule ; en Grèce, mais aussi partout en Europe pour que la situation change. Sinon, ceux qui nous contrôlent ne lâcheront pas, c'est tout”. “Bonne soirée Monsieur, je vous remercie...”

(...)

L’histoire comme on dit, elle s’accélère, les destins se figent, peut-être pour un temps seulement, et les mentalités quant à elles, alors elles décampent. Jusqu’en 2015, et jusqu’au referendum du ‘Non’ en juillet, les Grecs croyaient que par une certaine solution du type “miracle politique”, ils allaient retrouver le chemin de leur pseudo-paradis perdu de l’avant-crise. Deux partis, SYRIZA et ANEL, issus du front comme des luttes contre le Mémorandum et contre la Troïka ont été portés au (supposé) pouvoir.

Ces partis, leurs hommes et leurs femmes, n’ont proposé que de paroles, paroles et slogans alors sans véritable programme alternatif, prononcés sans y croire, et de ce fait sans lendemain. Et ces gens ont poussé le bouchon de la trahison et du cynisme jusqu’à... enclore les Grecs dans le flacon de l’immobilisme. Le choc, mais aussi une certaine sagesse vers la quelle il les conduira... ce flacon, sont toujours immenses. La nouvelle situation (le mémorandum Tsipras entre autres), semble être accepté faute d’autre perspective. Et alors, ceux qui ne peuvent plus supporter cette nouvelle réalité depuis 2015, ils s’évadent du pays, soit par un exil à l’étranger, soit par un exil dit “en interne”.

Paupérisés (ou pas), ces anachorètes nouveaux, iront ainsi retrouver leur village natal loin des villes, ils vont se refugier au sein de leurs amis à la manière des groupes primaires combattants, qui les structurent autant à travers un mécanisme d'identification, de compétition et de miroir. Ils iront enfin s’accrocher à l’Orthodoxie, à la tradition populaire, entre autres formes de “départ”, à la musique de Rebétiko .

C’est la fin de la politique, ou plutôt de son illusion, entretenue encore coûte que coûte par les marionnettes parlementaires (et locales), et autant, par la... matrixicité médiatique.

Mon ami K., enseignant, se comptait très volontiers présent à tous les mouvements et événements (espérés) politiques, depuis 2010. Et à présent, il se dirige vers l’Église. “L’Église, c’est le radeau de sauvetage le mieux accessible qu’il soit. Il faut alors y voir plus près, faute de mieux pour l’instant. Je visite un monastère par semaine et parfois, j’y reste un peu plus longtemps, durant les périodes des vacances scolaires par exemple. Depuis l’affaire SYRIZA de l’été 2015, l’attrait pour les monastères s’est considérablement renforcé.”

“Il y a presque toujours la queue... à l’entrée. Quelquefois j’y suis hébergé, accompagné de mon épouse et des enfants. Nous discutons avec les moines, nous nous apaisons ainsi de l’hybris de l’actualité, et nous en sortons... purifiés. Notre ami M. qui est souvent de la partie, l’autre jour il a voulu revenir sur la question de l’homme de la situation, de l’homme juste, de l’homme déterminé à prendre le pouvoir en Grèce pour mettre fin à cette décadence et autant trahison du régime démocratique, en attendant espérons-le, son renouveau. Tu sais, cette question que de très nombreux Grecs posent et se posent depuis 2015.”

“L’higoumène (abbé de monastères orthodoxes) alors lui répond: ‘C’est encore une illusion. L’homme providentiel, juste, bon et fort, ne pourra pas apparaître sous les conditions actuelles. Puis, un seul homme, aussi intelligent et habile qu’il soit, il sera rapidement éliminé ou avalé par le système. Pour l’instant, nous devons tous, d’en bas, nous organiser et agir à peu près comme durant la période de l’occupation ottomane. Autrement-dit, organiser des cours de langue gratuits et accessibles à tous, de nôtre langue évidemment qu’il va falloir désormais préserver, puis, de notre histoire, si malmenée désormais à l’école officielle. Les paroisses devraient aussi agir dans ce sens.’”

“Tu vois peut-être. Je me suis désabonné entre temps des nouvelles via Internet, celles des mouvements du type Plan-B, Unité Populaire et consorts, ils ont fait leur temps... et nous avons suffisamment perdu notre temps et notre énergie avec eux... et il faut dire en vain. Nous avions en réalité accordé trop d’importance à ces gens, tout comme les autres Grecs à ceux de droite, nous devons ainsi désormais avancer dans la compréhension profonde de notre monde et aussi peut-être de leur monde, avant de pouvoir nous organiser et agir enfin efficacement. Sauf que nous avons besoin du moins... d’une petite gamelle remplie par jour, je le reconnais, ce n’est plus à la portée de tous dans ce pays.”

Extrait du billet de Panagiotis Grogoriou paru sous le titre " Je vous écris d'un pays lointain " sur son blog Greekcrisis

vendredi 22 septembre 2017

Macron veut remplacer le code du travail par le code du capital

medef.jpg

Les ordonnances Pénicaud s’inscrivent dans la continuité d’un vaste projet patronal de précarité de masse, sous couvert de lutte contre le chômage de masse. Le Code du Travail s’en trouve menacé. Le gouvernement tente de maquiller, derrière une communication axée autour de la modernité et de la liberté, une politique déjà datée qui ne servira en bout de course que les grands intérêts industriels et financiers. Et au détriment des conditions de travail et de la rémunération des travailleurs.

Lire l'article publié sur Le Vent se lève

mercredi 13 septembre 2017

Le Portugal reprend des couleurs après deux ans de désobéissance à la Commission européenne

Le Portugal n'a presque plus de déficit budgétaire, bénéficie d'une des meilleures croissances de la zone euro, a fait baisser son chômage et attire les investisseurs. Le petit miracle économique et social portugais s'est réalisé en moins de 2 ans avec une politique pourtant opposée aux demandes de la Commission européenne.

Depuis la crise financière de 2008 et celle des dettes souveraines de 2010, la plupart des pays du sud de l'Europe n'ont pas réussi à sortir la tête de l'eau : les déficits budgétaires sont souvent supérieurs aux critères européens, le chômage y est toujours très élevé, les problèmes sociaux causés par la précarité persistent. Les prêts concédés par le FMI, sous l'égide de la BCE et de la Commission européenne pour aider ces pays à retrouver un peu de vigueur et payer leurs dettes ont été tous accompagnés d'obligations de réductions des déficits, par une baisse des dépenses publiques et des demandes précises, comme le gel des salaires des fonctionnaires, des pensions de retraite, la baisse des prestations sociales.

Ces politiques dites d'austérité ont été doublées de réformes structurelles du marché du travail visant à assouplir les droits des salariés pour améliorer la compétitivité des entreprises. Ces réformes du marché du travail sont elles aussi une demande de Bruxelles. La Grèce, l'Italie ou l'Espagne ont effectué ces politiques d'austérité et ces réformes sans succès concret. Tout comme le Portugal jusqu'en 2015. L'Italie, si elle a baissé ses dépenses et a atteint un déficit inférieur à 3% en 2016, n'arrive pas à faire baisser son chômage qui est supérieur à 11%. En Espagne, le chômage est à 18,7% au premier trimestre 2017, et le déficit public ne colle toujours pas aux critères de Bruxelles : 3,6% en 2016. L'échec des politiques de rigueur budgétaire accompagnés des "assouplissements du marché du travail" ne permettent visiblement pas de faire repartir ces économies.

Le Portugal a démontré depuis 2 ans, qu'une politique — inverse aux politiques austéritaires, et donc basée sur une relance par la demande et l'amélioration des protections sociales — pouvait fonctionner. Ce que le FMI avait déjà confirmé en 2016 en annonçant à propos de la Grèce que "l'austérité ne fonctionnait pas". De là à préconiser une politique sociale de relance en Europe, le pas est un peu grand pour l'institution internationale qui a toujours été favorable au désengagement financier social des Etats et à la privatisation de leurs infracstructures et services.

Lire : Portugal : un redressement économique et social qui prend Bruxelles à contre-pied, sur le site de TV5-Monde

samedi 2 septembre 2017

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Yanis Varoufakis sans oser le demander...

varoufNuitdebout.jpg

Yanis Varoufakis fait remonter à 2011 sa collaboration avec Alexis Tsipras et son alter ego, Nikos Pappas. Cette collaboration s’élargit progressivement, à partir de 2013, à Yanis Dragasakis (qui est devenu, en 2015, vice-premier ministre). Une constante dans les rapports entre Varoufakis et Tsipras : Yanis Varoufakis plaide en permanence pour modifier l’orientation adoptée par Syriza. Varoufakis affirme que Tsipras-Pappas-Dragasakis veulent eux-mêmes clairement adopter une orientation différente, nettement plus modérée, de celle décidée par leur parti.

La narration faite par Varoufakis ne manque pas de piment. À travers son témoignage, on voit comment, à des étapes très importantes, des choix sont faits dans le dos de Syriza au mépris des principes démocratiques élémentaires.

varoufmacron3.PNG

Varoufakis s’attribue un rôle central et, en effet, il a exercé une influence sur la ligne adoptée par le trio Tsipras-Pappas-Dragasakis. Il est également certain que Tsipras et Pappas ont cherché à construire, en dehors de Syriza, des rapports plus ou moins étroits avec des personnes et des institutions afin de mettre en pratique une politique qui s’est éloignée de plus en plus de l’orientation que Syriza avait faite sienne. Varoufakis n’est pas la seule personne à avoir été contactée mais effectivement, à un moment donné, Tsipras et Pappas ont considéré qu’il était l’homme de la situation pour aller négocier avec les institutions européennes et le FMI.

varoufMacron2.PNG

Lire le 3ème article de la série « Le récit de la crise grecque par Yanis Varoufakis : un témoignage accablant pour lui-même » par Eric Toussaint, paru sur le site du CADTM sous le titre Comment Tsipras, avec le concours de Varoufakis, a tourné le dos au programme de Syriza

mardi 22 août 2017

Le gouvernement lance un appel d'offre de 22 millions d'euros pour gazer les prochaines manifestations

gazMacron.jpg

Alors que commence, ce 22 août 2017, la dernière session de concertation organisée par le gouvernement avec les syndicats pour préparer les ordonnances réformant le Code du Travail, on apprend que ce même gouvernement a décidé de faire le plein de grenades et de gaz lacrymogènes….

(...)

Alors que les grands médias français semblent s’être donné la consigne de focaliser l’attention et les conversations des Français sur la situation professionnelle pathétique de Brigitte Trogneux, épouse Macron, alors que celle-ci aurait pourtant « les plus belles jambes de Paris » (...), le ministère de l’Intérieur a profité de la torpeur estivale pour lancer en catimini un appel d’offre de marché public, le 5 août 2017, afin d’équiper massivement les forces de l’ordre en armes et munitions anti-émeutes pour une durée de quatre ans.

Rappelons au passage qu’un appel d’offre de marché public est une obligation légale pour une administration et que c’est cette obligation légale qu’avait bafouée Muriel Pénicaud – à l’époque directrice générale de Business France, avant de devenir ministre du Travail dans le gouvernement Édouard Philippe – pour organiser le voyage de Macron à Las Vegas pendant la pré-campagne présidentielle.

L’appel d’offres du ministère de l’Intérieur a été passé sous la référence n°17-112134 et publié le 8 août dans le Bulletin officiel des annonces des marchés publics. Il concerne « l’acquisition de grenades et de moyens de propulsion pour les besoins de la Gendarmerie et Police Nationales ».

La commande globale s’élève à la bagatelle de 22 millions d’euros, hors TVA.

Elle se répartit ainsi :

Grenades de maintien de l’ordre et moyens de propulsion à retard (grenades 56 et 40 mm fumigènes lacrymogènes et fumigènes simples, moyens de propulsion à retard de ces grenades, à portée de 50 mètres et de 100 mètres, bouchons allumeurs à main à retard de 1 à 3 secondes pour ces deux types de grenades 56 mm et 40 mm ) : 17 888 000 € hors TVA.

Moyens de propulsion à retard 56 mm à portée de 200 mètres : 112 000 € hors TVA

Moyens de propulsion d’exercice à retard : 660 000 € hors TVA

Cartouches pour grenades 40 x 46 mm : 1 500 000 € hors TVA

Grenades 56 mm assourdissantes lacrymogènes : 1 840 000 € hors TVA

Lire l'article de François Asselineau paru sur le site upr.fr paru sous le titre « EN MARCHE » VERS LA RÉPRESSION == Pas de restrictions budgétaires pour préparer le gazage des futurs manifestants !

Préavis de grève pour le droit du travail à Matignon?

Selon Le Point, comme toutes les start-ups, la "start-up France" pressure ses joyeux "team members" jusqu'au burn-out. Cerise sur le gâteau en forme d'arroseurs arrosés, cette start-up a pour but d'accoucher d'un nouveau droit du travail imposant ces pratiques post-sociales à l'ensemble de la population. Le Musée de l'Europe appelle donc à la grève et au blocage de Matignon par ses subordonnés qui disposent désormais de toute l’expérimentation nécessaire (sur eux-mêmes) pour juger de l'extrême nocivité de leur "travail" et de la façon de l'accomplir... Le Concierge

medailletravail.jpg

« Débordés », « à bout de souffle », les cabinets ministériels et les équipes administratives vivent un « enfer » un peu plus de trois mois après l'arrivée d'Emmanuel Macron à la présidence de la République. Comme promis pendant la campagne, le nouveau chef de l'État a réduit massivement les effectifs des cabinets. Un décret publié le 19 mai au Journal officiel limite à dix le nombre de conseillers pour un ministre, huit pour un ministre délégué et cinq pour un secrétaire d'État. Et le rythme soumis aux équipes apparaît difficilement tenable d'après des témoignages recueillis par Le Monde .

Une conseillère de Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, a même fait un burn-out trois semaines seulement après sa prise de fonction. Un avertissement qui confirme l'état des troupes. « On est débordés », souffle un habitué de Matignon, sous couvert d'anonymat. « Tous les jours, c'est 7 heures-23 h 45, indique un conseiller ministériel. Pour les ministres, c'est pareil. C'est l'enfer. On verra combien de temps ça dure. » « On frôle l'embolie, avertit un conseiller de Bercy. Les ministres sont acculés, ils peuvent à peine traiter les urgences médiatiques. » Il va falloir changer de logiciel, sinon tout le monde va mourir

Le directeur de cabinet d'un grand ministère assure au quotidien du soir travailler 18 à 20 heures par jour en semaine, avec un rab de cinq heures par jour le samedi et le dimanche. « Le rythme est très éprouvant physiquement. Les nuits sont courtes. J'essaie de rentrer chez moi trois soirs dans la semaine pour l'heure du dîner et pour coucher mon fils. Puis je me remets au travail jusqu'à 1 ou 2 heures du matin », détaille-t-il.

Conscients des limites de ce dégraissage, plusieurs ministres ont évoqué l'état de fatigue avancé de leurs équipes auprès de l'Élysée et de Matignon. « Même si c'est dur, il va falloir changer de logiciel, nous n'avons pas le choix. Car sinon, tout le monde va mourir », alerte l'un d'entre eux. En réponse, « ils nous demandent de tenir. Ils disent que sinon, on n'arrivera pas à changer les habitudes », explique au Monde un conseiller. « Quand il y avait plus de ministres et plus de cabinets, ça fonctionnait moins bien », se défend l'Élysée.

Mais pour un membre de l'ancienne équipe gouvernementale, la réduction des effectifs a un but bien précis pour Emmanuel Macron : « C'est un moyen de dire : Vous voyez ? Je fais mieux avec moins ! C'est aussi le moyen de dépolitiser les dossiers et de tenir les ministres bride courte. Il peut décider de tout, tout contrôler. »

Le Point : Les équipes gouvernementales au bord du burn-out

samedi 19 août 2017

Quand la Commission européenne s'assoit sur les décisions de la justice grecque...

Ce n’est pas moins de 4 ans d’instruction judiciaire, deux procès initiaux et une réouverture du dossier que vient de clore la condamnation d’Andréas Georgiou. En effet, le 1er août 2017, le Tribunal correctionnel d’Athènes a condamné cet ancien Directeur de l’office des statistiques grecques (Elstat) à deux ans de prison avec sursis pour «  manquement au devoir  ». Voici ce qu’en dit le quotidien Le Monde dans son édition du 1 août 2017 : « Andréas Georgiou, ancien chef de l’office des statistiques grecques, Elstat, au cœur de la saga des faux chiffres du déficit public au début de la crise de la dette, a été condamné, mardi 1er août, à deux ans de prison avec sursis. Le tribunal correctionnel d’Athènes l’a jugé coupable de « manquement au devoir », selon une source judiciaire. Cet ancien membre du Fonds monétaire international était poursuivi pour s’être entendu avec Eurostat (l’office européen de statistiques, dépendant de la Commission européenne) afin de grossir les chiffres du déficit et de la dette publique grecs pour l’année 2009. Le but supposé : faciliter la mise sous tutelle financière du pays, avec le déclenchement, en 2010, du premier plan d’aide internationale à la Grèce – on en est au troisième, depuis août 2015

(...)

Marianne Thyssen, commissaire européenne aux affaires sociales, a affirmé que «  les données sur la dette grecque pour la période de 2010 à 2015 ont été fiables et communiquées avec exactitude  ». Dans cette situation, la justice grecque avait estimé en décembre 2016 qu’il n’y avait pas d’éléments suffisants pour envoyer Georgiou devant le tribunal… Mais un courageux procureur de la Cour suprême, Xeni Dimitriou a demandé le réexamen de l’affaire. A l’issue d’un nouveau procès, Georgiou a donc été condamné le 1er août 2017. Ses avocats et lui-même ont fait savoir qu’ils feraient appel.

La porte-parole de la Commission européenne, Mme Annika Breidthardt, a renouvelé son soutien total à Georgiou en déclarant que cette décision n’est pas conforme aux décisions précédentes de la justice et a réitéré que « la Commission est pleinement confiante dans l’exactitude et la fiabilité des données de l’Elstat au cours de la période 2010-2015 et au-delà ». Le vice-président de la Commission européenne, M. Valdis Dombrovskis, dans une interview au Financial Times a déclaré que « l’indépendance des offices nationaux des statistiques des pays-membres est un pilier important du fonctionnement de l’euro et un des éléments qui construisent la confiance entre les pays-membres de la zone euro ». Il en est de même de toute la nomenclature européenne qui clame son soutien à Georgiou via les Moscovici, Mario Draghi et autres… La pression des autorités européennes est constante soit de façon formelle soit via les médias européens. Et le prochain Eurogroupe de septembre 2017 envisage même d’en parler.

(...)

Les ingérences des créanciers de la Grèce dans les affaires de justice a amené l’Union des juges et des procureurs de Grèce à vivement réagir dans un communiqué : « Les autorités judiciaires grecques et les lois grecques doivent traiter sur un pied d’égalité tous les citoyens indépendamment des relations spéciales que ces derniers pourraient avoir avec des services relevant de la Commission européenne. L’interprétation correcte et l’application des lois sont confiées par la Constitution aux institutions judiciaires dont le jugement ne doit pas être influencé par des tendances politiques, des pressions ou des incitations ». Et de conclure : « L’indépendance des offices nationaux des statistiques des pays-membres peut certes constituer un pilier important de l’union économique et monétaire selon la Commission, mais l’indépendance et la liberté de jugement des juges et des procureurs d’un pays sont la pierre angulaire du régime démocratique ».

Lire "Grèce  : le procès Georgiou ou l’affaire de la falsification des statistiques grecques pour justifier l’intervention de la Troïka" sur le site du CADTM

mercredi 16 août 2017

Mediatarte et les habits neufs du marketing citoyen (Zuckerbergoïde)

Triptyque. Collections du Musée de l'Europe

mediapartChats.PNG Joyeusement propulsé par Mediapart

zuckergerb1.PNG Joyeusement propulsé par Google

attacalternativesweb.PNG Joyeusement propulsé par ATTAC

Invité à inaugurer "en grandes pompes" l'Université d'été d'ATTAC, il est peu probable qu'Edwy Plenel ou ses hôtes s'interrogent ou soient interrogés outre mesure sur le passé récent qui a mené à la déconfiture des mouvements sociaux et au triomphe du "Nouveau Monde"... Il faut dire qu'étant "européenne", cette "université d'été des mouvements sociaux", si on en juge par son programme, ne saurait qu'analyser abstraitement des situations abstraites (la problématique de la lutte contre les ordonnances Macron brille par sa (quasi) absence, mais on pourra par contre s'initier à l'"activisme créatif et soutenable"!!!) Dans un but d'éducation populaire, le Musée de l'Europe expose quelques archives du journal PLPL concernant un champion de l'engagement citoyen et des "alternatives" qui n'a pas fini de nous vendre des "biens de salut politique", dont le catalogue continuera de changer à chaque collection "hiver" et "été", pour décorer les "structures de l'économie"... (Le Concierge)

1999 : « Est-ce que la situation dans laquelle nous sommes ne donne pas des gages de réussite à cette alliance d’un libéralisme économique et d’un libéralisme politique, à la fois du dynamisme des entrepreneurs et de la liberté des individus au nom de laquelle, d’une certaine manière, nous nous sommes battus au Kosovo ? »

(Edwy Plenel, LCI, 12/06/99)

2017 : « Vous aviez commencé un petit-peu votre campagne à Médiapart (...) et d'ailleurs une semaine après, ça vous a musclé, vous avez décidé d'annoncer officiellement votre candidature (...) Au fond c'est une campagne du XXIème siècle, vous avez commencé votre campagne dans un journal totalement numérique, totalement participatif, nous sommes en direct sur Mediapart, mais sur youtube, sur dailymotion, sur facebook et un peu partout sans frontières dans le monde. Et au fond à l'image de cette révolution numérique, c'est aussi une révolution démocratique »

(Edwy Plenel servant la soupe à Emmanuel Macron à la veille du 2nd tour des Présidentielles)

Il y a 17 ans : Les combats "citoyens" du Monde

combatsPLPL.gif

Démanteler le service public

Privatiser France Télécom : « Les monopoles anciens sont destinés à mourir. Le changement de statut de France Télécom en une société dotée d’un capital et capable d’alliances mondiales apparaît comme un impératif. Le devoir du gouvernement est de prendre un peu de temps, non pour le cacher mais pour le dire, et pour préparer au plus vite les fonctionnaires à ce changement » (Le Quotidien Vespéral des Marchés i.e. Le Monde, éditorial du 13/07/95) (1).

Privatiser comme Margaret Thatcher : « En France, la révolution thatchérienne a fait figure d’épouvantail (2), empêchant de voir que, partout dans le monde, l’équation qui établissait une relation d’équivalence entre service public, entreprise publique, monopole et statut du personnel volait en éclats À moins de remettre en cause l’internationalisation de l’économie et les progrès technologiques qui avivent la concurrence, les services publics industriels et commerciaux vont devoir davantage prendre en compte les deux derniers termes, sans renier le premier. L’introduction de la concurrence apparaît inévitable dans la plupart des secteurs, en particulier les transports et les télécommunications » (« Une révolution nécessaire pour les services publics », Le quotidien Vespéral des Marchés, 12/10/95).

Privatiser pour ne pas être en « retard » : « La France adopte enfin la loi sur la concurrence dans l’électricité. Avec un an de retard sur ses partenaires, Paris se conforme aux nouvelles règles européennes. Les députés devaient voter, mardi, un texte minimaliste, alors que plusieurs pays ont opté pour une déréglementation totale » (Titre et sous-titre, p. 16, Le quotidien Vespéral des Marchés, 2/02/00).

Privatiser pour être moderne : « Qu’est-ce que le « modèle social européen » sinon essayer de réglementer le marché ? Le chef de l’État et M. Juppé ne sont jamais parvenus à dégager cette troisième voie, et ils ont renforcé l’image d’une France refusant de s’adapter à la modernité de l’économie mondialisée. À archaïque, archaïque et demi… En outre, si M. Jospin doit aujourd’hui faire face à un secteur nationalisé plus important que dans les autres pays, c’est que son prédécesseur a été incapable de conduire à bien les privatisations qu’il avait décidées » (Le quotidien Vespéral des Marchés, 16/07/97).

Privatiser pour être plus américain : « Il reste maintenant à M. Strauss-Kahn et à ses collègues européens à suivre la voie économique américaine, caractérisée depuis des années par des réformes de structures, une baisse de la pression fiscale, des coupes claires dans les dépenses de l’État et un retour à l’excédent budgétaire » (Le quotidien Vespéral des Marchés, 5/12/98).

Dénoncer les grèves

Directeur adjoint de la rédaction du Monde, Pierre George se sent « droit dans ses bottes, pour affirmer ici que nos amis cheminots commencent à attiger sérieusement ! Qu’à faire grève pour un oui ou pour un non, de préférence le vendredi, et aux prétextes les plus divers, ils assassinent le service public au motif de le sauver ! (…) À force, trop, c’est trop. Trop de grèves tuent la grève. (…) Les cheminots ne sont pas les damnés de la terre, ou du fer. Ils ont un statut enviable, des salaires décents, un système de retraite avantageux. (…) On ne saurait se cacher perpétuellement derrière l’usager et le prendre en otage en permanence pour mieux le protéger » (Le quotidien Vespéral des Marchés, 28/11/98).

« Une fois de plus, un très faible nombre de gréviste peut suffire à bloquer environ 30 % du trafic. Par ailleurs, cette grève rappelle (à la SNCF) toutes les dérives dont est capable un syndicalisme catégoriel » (Le quotidien Vespéral des Marchés, 4/05/99).

Licencier

Vive les licenciements à Moulinex !

« Il n’y a pas d’alternative au plan de Pierre Blayau si l’on veut sauver Moulinex » (3) (Le quotidien Vespéral des Marchés, 21/06/96).

Vive les licenciements au Japon !

Lorsque Renault, dont l’État est actionnaire principal, annonce la suppression de 21 000 emplois dans sa filiale Nissan, le Le quotidien Vespéral des Marchés trouve « l’État intelligent » (titre de l’éditorial du 20/10/99) : « Et si l’État était un bon actionnaire ? On a suffisamment dénoncé, et à juste titre, au cours des dernières années, les piètres capacités de l’État propriétaire pour ne pas souligner que, sous certaines conditions, l’État peut aussi être un acteur efficace dans la vie des entreprises. »

Vive les licenciements à Vilvorde !

(3 100 licenciements) « Renault va mal. Il lui faut dans l’urgence réduire ses coûts et le nombre de ses usines en Europe pour les spécialiser par modèle. Dans ce cadre, le site de Vilvorde n’est pas compétitif. La politique aurait pu s’imposer contre cette logique (…) Mais contraindre Renault à aller contre son intérêt industriel aurait provoqué, outre la démission du PDG, un véritable séisme. Le message eût été celui d’une rupture avec l’économie ouverte, que M. Jospin n’a jamais imaginée. Reste donc à enrichir le plan social » (Le quotidien Vespéral des Marchés, 1/07/97).

Vive les licenciements pour sauver l’emploi !

« Si Renault – ou le capitalisme français – se refusait à ces gains de productivité aujourd’hui, il mettrait en péril ses perspectives de croissance et donc d’emploi. (…) Mais Renault révèle aussi que, dans cette transition vers un capitalisme de marchés, la France n’est encore qu’à mi-chemin. (…) Un nouveau pas sera franchi avec l’arrivée d’une nouvelle génération de dirigeants, d’un Français d’origine libano-brésilienne ayant fait ses classes aux États-Unis, Carlos Ghosn l’auteur du plan de 21 000 licenc..., à la tête de Renault par exemple ! » (Le quotidien Vespéral des Marchés, 22/10/99).

Fondre la démocratie dans les fonds de pension

Dans l’édito « Marché et démocratie » consacré à la bataille entre la BNP-Paribas et la Société Générale, l’auteur assimile une offre publique d’échange à un référendum (où seuls les propriétaires disposent du droit de vote) : « Si l’on doit regretter quelque chose, c’est que, pour ce référendum, le poids des “électeurs” français soit aussi faible et celui des étrangers aussi lourd » (Le quotidien Vespéral des Marchés, 17/08/99).

Lécher les patrons

« Bien joué, M. Bébéar », s’exclame un éditorial : « Les vraies réussites “industrielles” sont trop rares, en France, pour ne pas être saluées. Celle de Claude Bébéar et de son groupe d’assurances AXA, couronnée aujourd’hui par l’absorption de l’UAP, le mérite. (…) Elle dote la France d’un géant financier capable de défendre, à l’heure de la mondialisation, les intérêts économiques du pays. Face aux mastodontes anglo-saxons, le mariage des deux assureurs permet à la France de jouer dans la cour des grands. (…) Libéral militant (proche du parti républicain), catholique pratiquant et patron ouvert au monde, Claude Bébéar a constamment agi, à la tête de son entreprise, en conformité avec ses idées. Rare, là encore. L’homme croit au marché. Il en joue, sans naïveté (…) Militant de “l’entreprise citoyenne”, il a certes tiré de sa réussite une fortune personnelle ; mais ses salariés, ses actionnaires et ses clients en ont aussi bénéficié » (Le quotidien Vespéral des Marchés, 14/11/96) (4).

Quand deux journalistes interviewent Jack Welch, « patron emblématique » de General Electric, une des plus grandes multinationales du monde, les questions sont : « Vous êtes devenu la référence en matière de management. Avez-vous des chantiers inachevés ? (…) Vos méthodes sont copiées par les plus grands groupes. Est-ce une boite à outils ? (…) Vous êtes devenu une sorte d’idole pour le monde des affaires. De nombreux PDG s’enferment facilement dans une tour d’ivoire. Et vous ? » (Le quotidien Vespéral des Marchés, 20/06/00).

Célébrer le plan Juppé

Après l’annonce du Plan Juppé, un éditorial expliquait : « La journée du 15 novembre (1995) a toutes chances de rester comme la première date utile du pouvoir issu de l’élection présidentielle de mai dernier. Utile au pays car celui-ci a désormais un gouvernement. C’est à dire une équipe capable de prendre une décision qui ont non seulement le mérite de la cohérence, mais qui paraissent dictées par une certaine idée de l’intérêt général, quitte à mettre à mal les corporatismes ou les clientèles électorales. Donc Juppé II gouverne. » (Le quotidien Vespéral des Marchés, 17/11/95).

PLPL, n°1, 2000

Lire aussi : Le Monde réel

Rien de neuf sous le soleil...

Dans cet article PLPL écrivait :

En échange de leurs complaisances, les têtes de réseau médiatiques héritent de quelques lignes dans le quotidien vespéral des marchés – parfois d’une tribune. Et le QVM accorde un retentissement inouï aux « débats » qui ébranlent la cabine téléphonique où se déroulent les AG de la LCR. Les vedettes parisiennes du radical-chic peuvent glapir contre l’« ultra-libéralisme » si elles veillent à épargner les médias qui installent ce chancre dans nos crânes.

Le lecteur réactualisera en remplaçant QVM par Mediatarte, "tribune" par "Une du club", "ultra-libéralisme" par "économie numérique" et "cabine téléphonique" par "cabine téléphonique"... (Le Concierge)

Notes :

1. Rappel : « Non signé, l’éditorial est une œuvre collective, qui engage l’ensemble du journal » (11-12/07/99).

2. Dans un éditorial titré « L’exemple britannique », Le Monde avait écrit : « Le débat français, souvent trop dogmatique, pourrait utilement s’enrichir de l’exemple britannique » (20/11/95).

3. Plan Blayau : 2 600 suppressions d’emplois annoncées, suivies d’un gain de 21 % du cours de l’action. Pierre Blayau est un ami proche d’Alain Minc, président du conseil de surveillance du Monde.

4. En 2000, le « citoyen » Bébéar doublera la prime que payent les trisomiques pour couvrir financièrement le « risque ». Axa est actionnaire du Monde.

jeudi 10 août 2017

Colonialisme : Sucer la Grèce jusqu’à la moelle

À la lumière de cette entreprise de dépossession des richesses grecques à une échelle quasi industrielle (il s’agit du plus grand transfert de propriété en Europe de l’Ouest) et menée par et pour des puissances étrangères ou les intérêts qui y sont liés, il est difficile de ne pas faire le parallèle avec les pays du Sud et l’installation d’un régime néo-colonial. Un régime qui s’installe et se fortifie non pas au rythme des bottes d’une armée coloniale, mais à celui des prêts et échéances de remboursement d’une dette publique illégitime.

(...)

Le 1er juillet 2016 Le Hellenic Corporation of Assets and Participations S.A (HCAP S.A.) est mis sur pied. Il remplace le TAIPED ou plus exactement l’englobe. En effet, ce nouveau fonds de privatisation est pensé comme une véritable multinationale avec quatre filiales :

- l’agence de privatisation (TAIPED ou HRADF) ;

- le fond hellénique de stabilité financière (HFSF), qui détient les parts que possède encore l’État grec dans certaines banques privées ;

- une société des biens publics (ETAD S.A. ou PPCo S.A.), qui possède les propriétés publiques (hôtels, bâtiments administratifs ou ministériels, site de camping, d’aéroports…) ;

- une société des participations publiques (EDHS S.A ou PHCo S.A.) qui détient et contrôle les entreprises publiques grecques mais aussi toutes les parts que l’État possède dans certaines entreprises. Les bénéfices réalisés par ces entreprises publiques ou semi-publiques y sont inclus.

L’État grec transfère donc à ce nouveau fonds l’ensemble de ses actifs (entreprises, patrimoine, propriétés, actions…), sans contreparties, c’est-à-dire sans recevoir de l’argent en échange. Ce fonds est ensuite chargé de vendre ou céder les droits des actifs en question. En septembre 2016, le ministre des finances, Euclide Tsakalotos avait d’ailleurs tenté de calmer la colère suscitée par la privatisation des réseaux municipaux de l’eau d’Athènes et Thessalonique, en jouant sur les mots et arguant « ce n’est pas une privatisation, mais juste un transfert au fonds ». Or, comme le prévoient les statuts du fonds, aucun retour en arrière n’est possible : « la chose ou le droit qui est transféré ou cédé au Fonds ne peut en aucun cas être réattribué à son ancien propriétaire ou ayant droit (donc l’État grec) ». À la différence de son prédécesseur, le TAIPED, qui détenait « seulement » 25 % des actifs grecs pour 6 ans, ce supers-fonds a vocation d’en gérer la quasi-totalité |4| et ce pour 99 ans. L’horizon des 50 milliards de privatisation est toujours d’actualité. 50 milliards dans un pays où, soit dit en passant, le PIB s’élevait à 185 milliards en 2015.

C’est donc le super-fonds qui se charge des privatisations en tant que telles et qui encaisse l’argent des contrats conclus. Que fait-il ensuite des recettes issues des privatisations ? Bonne question… Selon le texte du troisième mémorandum, sur 50 milliards, 50 % des profits réalisés seront destinés à couvrir les besoins de recapitalisation des banques grecques, 25 % pour le remboursement de la créance du MES et enfin 25 % pour des investissements décidés par le fonds lui-même. Quant à savoir qui, concrètement, touchera l’argent : l’État grec ? Les créanciers directement ? Le fonds garderait la partie destinée aux investissements ? Les textes sont soudain silencieux.

Qui est le pilote dans l’avion ?

Ce super-fonds est dirigé par un conseil de supervision (supervisory board) composé de cinq membres : trois sont nommés par la Grèce, après aval des institutions, et deux nommés, dont le président, par la Commission européenne et le MES, après l’accord du ministre des finances grec. Les derniers jouissent d’un droit de véto. Parmi ses prérogatives ce conseil de supervision se charge de nommer le conseil des directeurs (board of directors) qui, à son tour, désignera les membres des organes de directions des différentes filiales (excepté le FHSF).

En octobre 2016, le supervisory board est nommé. Les deux représentants choisis par les créanciers sont le français Jacques Le Pape pour la direction du fonds et l’économiste espagnol David Vergara. Le premier, un haut fonctionnaire pantouflard, est passé notamment par Air France et le cabinet de Christine Lagarde, aujourd’hui directrice du FMI, qui -s’il est encore nécessaire de le rappeler- est créancier de la Grèce. Le second est un ancien membre du MES, lui aussi créancier du pays. Sans surprise, les créanciers ont placé des « visages connus » aux manettes de ce super-fonds.

À peine désigné, ce conseil de supervision a lancé un processus de recrutement afin de former le conseil des directeurs. Processus de recrutement géré par les cabinets de conseil KPMG et Stanton Chase, contractés pour l’occasion

Parmi les candidatures retenues, on trouve George Diamantopolous (directeur du conseil d’administration), ancien PDG de Jacobs Suchard et Kraft Foods en Grèce et dont le super-fonds vante la « vaste expérience dans les multinationales ». Ourania Aikaterinari a plus d’une corde à son arc en tant qu’ancienne de BNP Paribas, Eurobank, Deutsche Bank, Ernst and Young, et surtout, avant de rejoindre le HCAP, elle était directrice adjointe de PPC S.A la compagnie publique grecque d’électricité, dont une partie devrait être bientôt vendue par le super-fonds.

Enfin, Stefanos Giourelis, globtrotteur pour le compte de la multinationale américaine Hewlett Packard. Bref, des cadors du monde de l’entreprise et des banques pour gérer au mieux la vente des biens publics grecs.

Les créanciers ne semblent pas tellement avoir tiré les leçons de l’expérience de l’ex-TAIPED dont plusieurs membres sont aujourd’hui devant les tribunaux suite à de nombreux scandales de corruption et de conflit d’intérêts. D’ailleurs, lors de la dernière réunion de l’Eurogroupe du 15 juin 2017, le ministre des finances espagnol, L. de Guindos, menaçait d’utiliser son véto au déboursement d’une tranche de crédit supplémentaire, si la Grèce ne cessait pas les poursuites judiciaires engagées contre trois experts (un Espagnol, un Italien et un Slovaque) du TAIPED pour irrégularités lors de la vente de propriétés immobilières. Finalement, les fonds ont bien été débloqués et les poursuites annulées par la Cour suprême grecque quelques jours après.

Les créanciers ont trouvé derechef la parade pour de futurs cas similaires avec le vote en 2016 d’une loi grecque instaurant l’immunité juridique aux agents du super-fonds et aux hauts fonctionnaires de la Troïka en général.

(...)

Extrait de l'article d'Anouk Renaud à lire en intégralité sur le site du CADTM. L'article date de juillet 2016. Depuis, l'abondance des biens de salut politique lancés quotidiennement sur le marché, comme les faits divers font diversion, a, à peu près, nettoyé de l'espace public nombre de sujets fondamentaux... (le Concierge)

mardi 8 août 2017

Demandez le programme ! (4)

Dans l'indifférence médiatartique et des dénonciateurs professionnels des crimes du passé, de l'écologie déterritorialisée et autres, la tiers-mondialisation de la Grêce (au nom du Nouveau Monde ?) continue... Mais il parait que l'Europe existe... Et que de la "dékoukalisation généralisée" un autre monde possible, radieux, surgira... (Le Concierge)

“Je vais mettre la clef sous la porte, je ne peux plus et je ne veux plus payer pour cet État-zombi, celui qui nous suce le sang pour alimenter sa clientèle politique, ses sbires, tous ces bons à rien. Je laisse plus de 75% de mon chiffre d’affaires en impôts, taxes et cotisations. Je travaillerai en informel désormais, que tout s’effondre... qu’ils crèvent”. Lámbros, petit imprimeur d’Athènes et ses états d’âme en ce mois d’août.

(...)

De l’autre côté du miroir helléno-centrique, l’ami Mários, fonctionnaire attitré comme attristé, il dépeint également la situation, sa situation: “Ils ne nous laissent pas travailler honnêtement”.

“Toutes ces cliques, ces partis, dont nouvellement la caste Syriziste, ces syndicats, puis enfin ces collègues... aux nombreuses ‘relations’. Comme nos salaires dans la fonction publique ont été réduits de 30% à 40%, les pratiques mafieuses se multiplient... aussi sous prétexte de crise. On m’a rapporté qu’un tel, vétérinaire d’État, ne délivre pas de certificat de conformité aux éleveurs, faisant logiquement suite à l’abatage de leurs bêtes sans... percevoir un bakchich, allant parfois de 20€ à 30€ par tête... animale abattue, et pourtant tout se déroule en respectant les normes les plus strictes.” “Je vais mettre la clef sous la porte, je ne peux plus et je ne veux plus payer pour cet État-zombi, celui qui nous suce le sang pour alimenter sa clientèle politique, ses sbires, tous ces bons à rien. Je laisse plus de 75% de mon chiffre d’affaires en impôts, taxes et cotisations. Je travaillerai en informel désormais, que tout s’effondre... qu’ils crèvent”. Lámbros, petit imprimeur d’Athènes et ses états d’âme en ce mois d’août.

(...)

“Les confrères, aussi fonctionnaires en sont décidément outrés, seulement, l’intéressé appartient à un large réseau politique local... réellement très existant, l’amoralisme et le cynisme en plus. Ceci explique aussi cela, et les honnêtes gens alors se tairont encore et toujours. Je fais mon travail comme je peux, je ferme les yeux ou plutôt je fais semblant, je ne me mêle pas aux ‘affaires’ et encore moins aux magouilles. Enfin, nous sommes pour l’instant normalement et régulièrement rémunérés, contrairement à ceux du secteur privé. C’est déjà une sécurité. Et c’est aussi la vie, sans espoir, sans renouveau, sans goût ! Le pays ne s’en sortira plus.”

(...)

Société du spectacle, plus certaines vérités évidentes. Pendant qu’à Athènes les commerçants se montrent sceptiques, chez ceux rencontrés dans les montages du Pinde, la colère qui en ressort est plus claire et plus limpide que jamais: “Les politiciens ont tous trahi, le pays est vendu, les jeunes sont partis, nos villages sont vides et nos écoles se ferment les unes après els autres. La Grèce n’est plus”, voilà pour les témoignages à chaud... sous les platanes.

D’autres montagnards se montrent au contraire plus modérés: “Nous en avons vu bien d'autres, nos parents et nos grands-parents surtout. Alors patience...”. Oui, patience. En Crète, certains agents de l’aéroport d’Héraklion ont récemment perçu une partie de leurs salaires en... bons d’achats, pratique illégale et néanmoins réellement existante (presse grecque du 7 août 2017) . Ainsi... et certes patience

Temps actuel. Les medias évoquent toujours pêle-mêle, la ruée vers les plages, les incendies du moment, ou sinon “l'effondrement” des droits des travailleurs: “Les plus anciens des employés sont actuellement licenciés à la pelle. Chaque employé ainsi renvoyé est remplacé par deux jeunes payés au mieux 350€ par mois chacun, pour un travail à temps plein et sous un contrat dit ‘révocable’. Il arrive parfois que même ces salaires de misère ne soient pas versés normalement.”

“Pourtant, les jeunes employés ne disent souvent rien, ils ne se plaignent pas, ils acceptent leur sort ; ils sont beaucoup plus dociles que les ainés. La Grèce connait déjà ce nouveau régime du Moyen-âge... des travailleurs. Le recul en quelques années (y compris sous SYRIZA) est sans précédent”, représentant de la Confédération Générale des Travailleurs Grecs - GSEE, interviewé en direct (Radio 90.1 FM, le 8 août 2017, zone matinale).

Lire l'article de Panagiotis Grigoriou paru sous le titre "Lavage complet" sur son blog, Greekcrisis

samedi 5 août 2017

Il y a plus d'esclaves aujourd'hui qu’il n'y en a eu du XVIe au XIXe siècle

Après quinze années d’études terrain, un économiste britannique dresse un constat alarmant de l’esclavagisme dans le monde.

"On est quand même plus développés qu’il y a 500 ans" est un poncif si profondément ancré dans notre inconscient que l’on en deviendrait presque incapable de le remettre en question. Et pourtant, certaines situations se sont considérablement aggravées. L’esclavage, par exemple.

D’après une étude de l’économiste spécialisé Siddharth Kara, relayée par The Guardian, il y a aujourd’hui deux fois plus d’esclaves que durant les 350 années du trafic d’esclaves, qui s’est déroulé du XVIe au XIXe siècle. Sur toute cette période, on a comptabilisé 13 millions d’esclaves ; aujourd’hui, ils sont près de 21 millions.

Pour établir les conclusions dramatiques de son livre à paraître Modern Slavery ("l’esclavage moderne"), Siddharth Kara a enquêté pendant quinze ans dans 51 pays et interviewé pas moins de 5 000 personnes victimes de l’esclavage. Selon l’économiste, le trafic d’êtres humains est devenu le troisième marché le plus juteux du marché noir, derrière la vente d’armes et le trafic de drogues. Car la vie d’un homme ou d’une femme rapporte gros à celui qui l’exploite.

Lire la suite de l'article de Théo mercadier sur le site speech

Bonus du Concierge !

LDChaeringeresclavage.PNG

haeringeresclavage.PNG illus. Pour le plus grand mal du climat, l'art-ctivisme (au rendement politique des plus faibles) se transforme peu à peu en machine (de propagande) anti-Trump où les arguments sont de plus en plus neueneux... Il peut compter sur le soutien d'historiens (de tweets) en peau de lapin prompts à grimper aux rideaux, et néanmoins spécialistes de la commémoration de la traite des Noirs comme événement quasi-mythologique, tout en éludant que l'esclavage est un mode de production, ce qui leur interdit de le reconnaitre (au même titre que la colonisation) sous des formes contemporaines (Il est en effet de tout repos de lutter contre les crimes du passé).. Des postures qui ne peuvent qu'alimenter la réaction, à l'affût de l'amateurisme bien pensant... C'est ce qui arrive quand on transforme tout en simples signes sans plus aucun contenu, ce qu'on pourrait appeler la fabrique demi-savante et demi-militante de "l'ignorance"... Ou quand la "contestation" n'est plus qu'un média, véhiculant, comme il se doit, n'importe quoi... (Le Concierge)

vendredi 4 août 2017

Le "participatif" sur Mediatarte commence à ressembler au Canard Enchainé pendant la guerre 14-18...

canard-enchainc3a9-censure-21.jpg

Suspendu de ses "droits participatifs" sans appel ni "possibilité de se défendre" ("Principe général reconnu par les lois de la République"), le Musée de l'Europe est semble-t-il en bonne compagnie...

Mediatarteallemand1.PNG

Mediatarteallemand2.PNG

Une saine critique d'un organe de presse par ses lecteurs est pourtant bonne à prendre, comme l'indique ce commentaire non-censuré...

Mediatarteallemand3.PNG

Dernière minute ! (et pour que rien ne se perde !)

perraud3.PNG

Lire aussi :

Mediatarte, équivalent de OpenDemocracy ?

Meeting moustachu : je ne soutiens pas Hamon pour faire gagner Macron, car je suis un journaliste indépendant (Edwy Plenel)

Mediatarte : l'éternel retour de l'interclassisme moustachu (sans les classes populaires !)...

Une nouvelle calamité frappe la Guyane : Laurence De Cock

En marche vers le « rassemblement » moustachu ?

Et en détricotant la détricoteuse, on n'est jamais déçu en matière de méthodologie pour trancher une question !!!

LDCmedipart.PNG Une grille de préjugés ready-made prête à l'emploi qui en dit plus sur les censeurs (en novlangue "modérateurs") que sur les censurés...

twitter et FB, ou : La Distinction à domicile...

julie_escamez2.PNG

Julie Escamez, intérimairee de la censure "participative" sur Mediatarte : Une vision de fraction de classe, oui mais laquelle ?

julie_escamez3.PNG

julie4.PNG

julie5.PNG

Un pedigree sympa pour juger de la valeur politique des abonnés. Les censurés apprécieront... Triste destin de la jeunesse à la merci du moustachisme 2.0 et du Laurence De Cockisme Jules Ferriste, les mauvais maitres sont toujours là...

Bonus du bonus !

Le Renaud de la grande époque et la lutte des (fractions) de classe !

minette.PNG Cliquez sur l'image pour écouter la chanson de Renaud, "Adieu Minette"... A la "Minette" du Community Management qui, parce qu'il faut bien croûter, censure en toute innocence, des propos qu'elle ne comprend pas... (Le Concierge)

- page 1 de 38