Musée de l'Europe et de l'Afrique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Recherche - Toussaint

mercredi 9 mai 2018

Dans le Nord global et dans le Sud global, le défi des mouvements ouvriers est de prendre en compte la question de la dette privée des ménages

Dans une interview donnée à The Hindu, Mr Toussaint, qui était récemment au Sri Lanka pour un séminaire régional sur la dette, a parlé des risques des banques qui s’engagent dans des activités spéculatives.

Accusant les autorités de contrôle d’être « très indulgentes » envers les banques, il a déclaré que les gouvernements et les autorités de contrôle sont censés moraliser le système bancaire, séparer les banques commerciales des banques d’affaires, mettre fin aux salaires et bonus exorbitants et finalement financer l’économie réelle. « Au lieu de quoi … tout ce que l’on a eu est une longue liste de détournements qui ont été mis en lumière par une série de faillites bancaires et de grosses arnaques. »

Meera Srinivasan : Dans votre livre Bancocracie, publié en 2015, vous parlez de la façon dont les banques et les gouvernements à travers le monde s’entendent pour augmenter la dette publique de façon dramatique. Comment considérez-vous la crise maintenant ?

D’abord, il est très clair que les grandes banques aux États-Unis, en Amérique du Nord, en Europe de l’Ouest n’ont pas purgé leurs actifs. Elles étaient censées nettoyer leurs bilans comptables en réduisant les produits toxiques qu’ils contenaient, réduire leurs créances douteuses et augmenter le rapport entre leurs fonds propres et leurs actifs totaux. En réalité, elles n’ont pas pris les décisions nécessaires pour ce faire et pour arrêter une activité spéculative très dangereuse. Les autorités de contrôle étaient censées renforcer leur contrôle sur les banques, mais nous avons vu ces deux dernières années qu’elles ont été très laxistes envers les banques. Les gouvernements et les autorités de contrôle étaient censées moraliser le système bancaire, séparer les banques commerciales des banques d’investissement, mettre fin aux salaires et bonus exorbitants et finalement les amener à financer l’économie réelle. Au lieu d’une moralisation du système bancaire, tout ce que nous avons eu est une longue liste de détournements et de spéculations qui ont été mis en lumière par une série de faillites et de grosses arnaques.

Sous la présidence d’Obama, le Congrès américain a adopté une loi, la loi Dodd-Franck, afin de renforcer la régulation et le contrôle des banques états-uniennes. Et maintenant Trump la démantèle et fait disparaître les quelques règles et mesures régulatrices prises dans le cadre de la loi Dodd-Franck.

Ensuite, les banques centrales – la Réserve fédérale américaine, la Banque centrale européenne, la Banque d’Angleterre, la Banque du Japon – ont mis en place une politique d’Assouplissement Quantitatif (QE) : cela consiste à injecter beaucoup de liquidités dans les banques, à acheter des produits très toxiques, telles que des créances hypothécaires titrisées (MBS en anglais) et des titres adossés à des actifs (ABS en anglais). Les banques centrales ont acheté ces produits aux banques et leur ont donné beaucoup d’argent en retour. Mais ces banques ne l’ont pas utilisé pour le prêter aux producteurs, aux petits ou moyens producteurs ou aux ménages. Elles utilisent cet argent pour augmenter leurs activités spéculatives, par exemple pour racheter leurs propres actions en bourse. Cela a conduit au développement d’une nouvelle bulle sur les marchés boursiers depuis environ quatre ans. Il y a un risque réel d’un nouvel effondrement boursier. Il est difficile de prédire quand cela va arriver, mais il est absolument évident que la capitalisation boursière est totalement exagérée, qu’elle ne correspond pas à la valeur réelle des actifs des grosses entreprises. Tôt ou tard, il y aura une nouvelle crise financière. Il y a également une grande inquiétude au sujet de la dette privée des grandes entreprises financières (principalement les banques et les assurances) et non-financières. La dette de ces entreprises a énormément augmenté ces dernières années, et donc il y a une autre bulle dans le segment des marchés obligataires. Ces obligations (corporate bonds en anglais) sont émises par les grandes entreprises afin d’emprunter de l’argent à long terme. L’éclatement de cette bulle dans le financier obligataire constitue une autre possibilité de crise. Le dernier grand effondrement du marché obligataire a eu lieu en 1987. Dans l’avenir, nous allons probablement connaître une crise dans ce secteur, qui sera peut-être plus puissante et plus dangereuse que ce qui s’est passé alors.

(...)

Meera Srinivasan : Quand nous avons parlé de l’ultra-droite, vous avez dit qu’il était possible pour les forces progressistes de présenter une alternative. Vous avez aussi dit plus tôt que les mouvements ouvriers et les syndicats doivent élargir leur lutte afin d’incorporer les questions de l’endettement.

Oui ! Nous, à gauche, sommes en déclin depuis que Thatcher et Reagan sont arrivés au pouvoir au début des années 1980. Il y a eu une offensive générale du grand capital contre les droits sociaux. La classe ouvrière traditionnelle a été affectée. De plus en plus d’ouvriers et d’employés ont un emploi très précaire. La partie des salariés, qui est employée dans le secteur formel, est une minorité dans la plupart des pays du Sud, vous le savez en Inde car le secteur informel de l’économie est largement dominant. Cette tendance est aussi vraie dans des pays comme les États-Unis et la majorité des pays d’Europe : les emplois précaires, les temps partiels augmentent. De plus en plus de gens sont endettés parce que les salaires diminuent. Pour maintenir leur pouvoir d’achat, de plus en plus de gens s’endettent.

C’était très clair, par exemple aux États-Unis, avec la crise des subprimes. Après l’explosion de la crise des subprimes en 2006-2007, 14 millions de familles endettées ont été expulsées de leur logement aux États-Unis.

Ma visite au Sri Lanka m’a montré à quelle vitesse l’industrie du microcrédit a développé ses activités dans le pays après la fin de la guerre en 2009 et quelle brutalité elle pouvait exercer ; il est impossible aux gens de rembourser une dette s’ils doivent payer des taux d’intérêts de 40 à 60%. Accorder des micro-prêts à ce taux, c’est créer la condition d’un surendettement. Les gens doivent contracter plus de micro-prêts pour rembourser les précédents. C’est un cercle vicieux qui cause d’énormes problèmes aux victimes de cette situation, dont la majorité sont des femmes. Il est incroyable d’écouter les témoignages ; des femmes nous disent que des agences de microfinance accordent des prêts à des gens sans revenu. Il est impossible de rembourser une dette sans revenu, et donc ils vont perdre le peu de biens qu’ils peuvent avoir, s’ils ont une maison, un lopin de terre où ils cultivent des légumes, ils vont les perdre pour rembourser la dette.

Et dans le Nord global et dans le Sud global, le défi des mouvements ouvriers est de prendre en compte la question de la dette privée des ménages parce qu’il est très difficile de s’engager dans des mouvements sociaux et des grèves pour des gens qui se trouvent sous une énorme pression parce qu’ils doivent rembourser leur dette

Lire l'interview complète sur le site du CADTM

dimanche 22 avril 2018

Témoignages accablants sur les abus du microcrédit

Non seulement le microcrédit ne permet pas de sortir de la pauvreté, mais il constitue dans un nombre très élevé de cas à la fois un mécanisme de dépossession et d’humiliation de celles qui y recourent. Déjà plongées dans la précarité, les personnes qui entrent dans le système du microcrédit s’y enfoncent un peu plus. Dans le sous-continent indien, sur les 65 millions de personnes qui font partie du système du microcrédit, 90 % sont des femmes. À l’échelle planétaire, les femmes représentent 81 % de la clientèle du microcrédit (112 millions de personnes).

À l’issue d’une série de réunions réalisées au Sri Lanka avec des victimes du microcrédit et avec des militants qui prennent leur défense, nous présentons une série de cas emblématiques. Nous soulignons que nous n’avons pu rencontrer aucune personne tirant un bilan positif du système du microcrédit. Contrairement à l’affirmation selon laquelle le microcrédit permet un petit investissement qui va constituer le tremplin vers la sortie de la pauvreté et la réussite de l’entreprenariat, dans la plupart des cas les personnes qui recourent au microcrédit le font pour résoudre des problèmes de la survie quotidienne : loyers ou garantie locative à payer, frais liés à la scolarité des enfants, frais liés à des soins de santé, etc. Dans la plupart des cas, au Sri Lanka, les microcrédits sont octroyés à des femmes qui n’ont pas de sources de revenus

Lire la suite de l'article de Eric Toussaint et Nathan Legrand sur le site du CADTM

samedi 24 mars 2018

Le 27 février 2015 à Athènes, Varoufakis fait acte d’allégeance à la Commission européenne, au FMI et à la BCE

Un moment critique aux conséquences incalculables pour des millions de citoyens d'Europe indirectement soumis à la Troïka, ses agents Smith locaux se présentant désormais à la porte de tous les institutions et établissements publics ou subsidiés pour imposer leurs "normes de qualité"... Satan conduit le bal (Le Concierge)

Après avoir relaté le déroulement de l’Eurogroupe du 24 février lors duquel il a présenté ses mesures à mettre en place dans le cadre du mémorandum plutôt que d’enclencher des mesures unilatérales, Varoufakis ajoute dans son récit : « Les erreurs sont comme les crimes, elles en engendrent d’autres. La décision de ne pas débrancher la téléconférence du 24 février a été amplifiée par une erreur encore plus grave, commise quelques jours plus tard. »

Par l’intermédiaire du bureau du président de l’Eurogroupe, le 25 février, Varoufakis est sommé par la Commission européenne, le FMI et la BCE de faire acte d’allégeance. La Troïka veut que le gouvernement grec envoie une lettre officielle pour confirmer l’accord que Varoufakis a donné la veille lors de la conférence de l’Eurogroupe. Après de nombreuses hésitations, il accepte de signer la lettre pro-forma que la Troïka a préparée. « Accepter la lettre des créanciers sans corrections, pour une demande aussi essentielle, signifiait que la prolongation nous serait accordée non pas suivant nos termes, mais suivant ceux de la Troïka. » Varoufakis reconnaît l’extrême gravité de la décision à prendre. Signer la lettre pro-forma revient à prolonger le mémorandum en cours et à le faire selon les termes dictés et imposés par la Troïka.

Varoufakis admet que la lettre était tellement inacceptable que Tsipras considérait qu’il était impensable de la signer et de la communiquer au parlement.

Varoufakis lui dit : « – Tu es sûr que tu ne peux pas arriver au Parlement, dire ce qu’il en est, obtenir le vote qui m’autoriserait à signer et tourner la page ? »

Varoufakis précise : « Découragé, épuisé, Alexis s’est retourné vers Sagias qui avait l’air aussi exténué et lui a conseillé de ne pas y aller. »

Varoufakis se propose pour faire le sale boulot : « – Dans ce cas-là, Alexis, je prends sur moi la responsabilité. Je signe ce maudit courrier sans l’aval du Parlement, je l’envoie aux bailleurs de fonds et je passe à autre chose. »

Varoufakis précise que le 27 février au petit matin : « J’ai signé le courrier et je l’ai envoyé aux créanciers, passablement écœuré. C’était un fruit des ténèbres, et je reconnais qu’il m’appartient. »

Extrait de l'article d'Eric Toussaint, paru sous le titre "La première capitulation de Varoufakis-Tsipras fin février 2015", 7ème volet de la série "Le témoignage de Yanis Varoufakis : accablant pour lui-même", à lire en intégralité sur le site du CADTM

lundi 26 février 2018

Mise en perspective du mouvement altermondialiste et de la lutte contre le remboursement des dettes illégitimes

Éric Toussaint, porte-parole du CADTM, retrace l’histoire des mobilisations sociales depuis 2000, avec la naissance et la progression du Forum Social Mondial, dont il analyse le déclin. L’émergence spontanée du printemps arabe, des mouvements des indignés et d’Occupy Wall Street en 2011 n’a malheureusement pas débouché depuis sur une nouvelle coordination internationale capable de relayer des mobilisations à l’échelle internationale. Après la capitulation de Tsipras en Grèce, il importe de tirer les leçons de la tragédie de 2015. La remise en cause de l’emprise néolibérale et de l’endettement public et privé est une condition nécessaire pour mobiliser les peuples. C’est en revendiquant la désobéissance avec les institutions européennes et la zone euro, et en argumentant par un audit la suspension de paiement et la répudiation unilatérale des dettes illégitimes, que les futurs gouvernements de gauche trouveront l’appui des mouvements sociaux et de la population qui leur permettra de mener une politique souveraine.

A lire et voir sur le site du CADTM

dimanche 25 février 2018

L'Audit : Enquête sur la dette grecque

Alors que Yanis Varoufakis, dont le dernier livre même atteste sans ambiguïté qu'il est l'un des principaux immolateurs de la Grèce pour l'avoir sacrifiée aux créanciers en trahissant dès le premier jour le mandat anti-austérité confié à la majorité Syriza, lève des fonds pour "sauver la Grèce" en créant un nouveau parti membre du très burlonesque Front de Désobéissance Réaliste Européen (MéRA25) - après avoir tout planté, donc -, retour sur l'audit de la dette grecque (jamais mentionné par Varoufakis dans ses différents ouvrages !!!)

Le Concierge

DetteZinTV.PNG Cliquer sur l'image pour voir le film (Starring : Gandalf Toussaint Le Blanc)

Bonus !

diem25-1.PNG "Je crois que c'est clair" comme disait Serge July aux Guignols[1]

Diem2.PNG

Varoufakis n'ira pas jusqu'à nous dire combien de personnes ont voté lors de ce "grand moment d'innovation démocratique" (qui ressemble à s'y méprendre aux "consultations" de "citoyenneté européenne active" de la Commission européenne !) Ni comment les votes se sont partagés (innovation démocratique, c'est le cas de le dire !!!)

Le résultat en est d'ailleurs :

1) typiquement technocratique (MéRA25, ça va parler aux foules !)

2) Typiquement troïkien : ce sont les "Européens" qui décident pour les Grecs !!!

Le Concierge

Notes

[1] Notons que toutes les vidéos des Guignols ont été retirées du web par Bolloré, on en trouve encore en suivant le lien plus haut

dimanche 19 novembre 2017

La politique des dirigeants européens n’est pas un échec du point de vue des patrons

Depuis 2010, les politiques appliquées par la commission européenne et les gouvernements nationaux n’ont fait qu’aggraver la crise et ce plus particulièrement dans les pays les plus faibles de la zone euro. En comprimant la demande publique et la demande privée, les ressorts de la croissance économiques sont réduits à néant ou presque.

La politique des dirigeants européens n’est pas un échec du point de vue des patrons

Les dirigeants européens des pays les plus forts et les patrons des grandes entreprises se félicitent de l’existence d’une zone économique, commerciale et politique commune où les transnationales européennes et les économies du Centre de la zone euro tirent profit de la débâcle de la Périphérie pour renforcer la profitabilité des entreprises et marquer des points en termes de compétitivité par rapport à leurs concurrents nord-américains et chinois. Leur objectif, au stade actuel de la crise, n’est pas de relancer la croissance et de réduire les asymétries entre les économies fortes et les faibles de l’UE. Ils considèrent en outre que la débâcle de l’Europe du Sud va se traduire par des opportunités de privatisations massives d’entreprises et de biens publics à des prix bradés. L’intervention de la Troïka et la complicité active des gouvernements de la Périphérie les y aident. Le grand Capital des pays de la Périphérie est favorable à ces politiques car il compte bien lui-même obtenir une part d’un gâteau qu’il convoitait depuis des années. Les privatisations en Grèce et au Portugal préfigurent ce qui va arriver en Espagne et en Italie où les biens publics à acquérir sont beaucoup plus importants vu la taille de ces deux économies.

Considérer que la politique des dirigeants européens est un échec parce que la croissance économique n’est pas de retour, c’est largement se tromper de critère d’analyse. En effet, les objectifs poursuivis par la direction de la BCE, par la Commission européenne, par les gouvernements des économies les plus fortes de l’UE, par les directions des banques et des autres grandes entreprises privées, ce n’est ni le retour rapide à la croissance, ni la réduction des asymétries au sein de la zone euro et de l’UE afin d’en faire un ensemble plus cohérent où serait de retour la prospérité.

Il ne faut surtout pas oublier un point fondamental : la capacité des gouvernants, qui se sont mis docilement au service des intérêts des grandes entreprises privées, à gérer une situation de crise, voire de chaos, pour agir dans le sens demandé par ces grandes entreprises. Le lien étroit entre les gouvernants et le grand Capital n’est même plus dissimulé. A la tête de plusieurs gouvernements, placés à des postes ministériels importants et à la présidence de la BCE, se trouvent des hommes directement issus du monde de la haute finance, à commencer par la banque d’affaires Goldman Sachs. Certains hommes politiques de premier plan sont récompensés par un poste dans une grande banque ou une autre grande entreprise une fois qu’ils ont accompli leurs bons offices pour le grand Capital. Ce n’est pas nouveau mais c’est plus évident et régulier qu’au cours des 50 dernières années. On peut parler de véritables vases communicants et transparents.

Les effets sociaux de la crise

Ce que vivent les salariés et les allocataires sociaux de Grèce, du Portugal, d’Irlande et d’Espagne aujourd’hui a été imposé aux travailleurs des pays en développement à la faveur de la crise de la dette des années 1980-1990. Au cours des années 1980, l’offensive a également visé les travailleurs en Amérique du Nord à partir de la présidence de Ronald Reagan, en Grande-Bretagne sous la férule de Margaret Thatcher, la Dame de fer, et chez ses émules sur le vieux continent. Les travailleurs de l’ex-bloc de l’Est ont également été soumis au cours des années 1990 aux politiques brutales imposées par leurs gouvernements et le FMI. Ensuite, d’une manière certes nettement moins brutale que celle qui a affecté les peuples du tiers-monde (des pays les plus pauvres jusqu’aux économies dites émergentes), l’offensive a pris pour cible les travailleurs d’Allemagne à partir de 2003-2005. Les effets néfastes pour une partie significative de la population allemande se font sentir encore aujourd’hui même si les succès des exportations allemandes limitent le nombre de chômeurs et qu’une partie de la classe ouvrière n’en ressent pas directement les conséquences.

Au cours de 2012-2013, la crise s’est aggravée en Grèce, en Irlande, au Portugal, en Espagne, en conséquence des politiques d’austérité brutale appliquées par des gouvernants complices des exigences de la Troïka. Dans presque tous les pays de l’UE, on assiste à l’approfondissement de l’offensive contre les conquêtes sociales.

Extrait de l'article d'Eric Toussaint paru sur le site du CADTM sous le titre Contradictions Centre/Périphérie dans l’Union européenne et crise de l’euro

mercredi 15 novembre 2017

Tout va très bien madame la marquise

« Tout va très bien, madame la marquise » est une chanson de 1935 qui a connu en France un grand succès en pleine crise. Elle a également été traduite en de nombreuses langues. Cette phrase est devenue une expression proverbiale pour désigner une attitude d’aveuglement face à une situation désespérée.

marquise2.PNG Cliquer sur l'image pour écouter la chanson

Les déclarations de Mario Draghi, de Jean-Claude Junker, de Donald Trump… font penser à cette chanson. On peut les imaginer en train de participer au dialogue entre le domestique James et Madame la Marquise.

La situation du capitalisme n’est pas désespérée. Dommage, car on aimerait enterrer ce système mortifère. Par contre, différents ingrédients d’une nouvelle crise financière internationale sont en train d’être rassemblés.

Souvent, à la veille d’une crise financière, tout semble aller très bien. Certains signaux sont par exemple tout à fait trompeurs. La croissance économique semble encourageante alors qu’elle est fondée largement sur une fièvre spéculative dans certains secteurs. Les faillites sont limitées, les bilans des entreprises semblent solides. Rappelons-nous les notes triple A accordées par les agences de notation à la firme nord-américaine Enron en 2000 avant que l’entreprise ne fasse faillite, donnant le signal de départ de la crise des dotcom de 2001-2002. Rappelons les notes triple A attribuées aux produits structurés liés au marché des subprimes en 2006-2007. Souvenons-nous des déclarations rassurantes d’Alan Greenspan, directeur de la réserve fédérale des États-Unis entre 1987 et 2006, à la veille de la crise des subprimes. Il affirmait que les risques étaient tellement bien disséminés dans le système et tellement bien couverts par les CDS (Credit default swap, sortes d’assurances contre les risques de défaut de paiement) qu’aucune crise n’était en vue. Le FMI, dans son rapport annuel 2007, prétendait que tout était tranquille et que la croissance économique était solide.

La situation en 2017 fait penser à ces situations de pré-crise où tout semble être sous contrôle et pendant lesquelles les dirigeants politiques tiennent des propos rassurants et lénifiants. La situation actuelle ressemble d’une certaine manière à ce qui s’est passé en 1987. On avait connu une hausse forte des marchés boursiers et une hausse importante des obligations d’entreprises privées (les obligations d’entreprises, corporate bonds en anglais, sont des titres financiers émis par les entreprises privées pour se financer, ce sont des promesses futures de remboursement en échange de fonds).

Lire la suite de l'article d'Eric Toussaint sur le site du CADTM

samedi 2 septembre 2017

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Yanis Varoufakis sans oser le demander...

varoufNuitdebout.jpg

Yanis Varoufakis fait remonter à 2011 sa collaboration avec Alexis Tsipras et son alter ego, Nikos Pappas. Cette collaboration s’élargit progressivement, à partir de 2013, à Yanis Dragasakis (qui est devenu, en 2015, vice-premier ministre). Une constante dans les rapports entre Varoufakis et Tsipras : Yanis Varoufakis plaide en permanence pour modifier l’orientation adoptée par Syriza. Varoufakis affirme que Tsipras-Pappas-Dragasakis veulent eux-mêmes clairement adopter une orientation différente, nettement plus modérée, de celle décidée par leur parti.

La narration faite par Varoufakis ne manque pas de piment. À travers son témoignage, on voit comment, à des étapes très importantes, des choix sont faits dans le dos de Syriza au mépris des principes démocratiques élémentaires.

varoufmacron3.PNG

Varoufakis s’attribue un rôle central et, en effet, il a exercé une influence sur la ligne adoptée par le trio Tsipras-Pappas-Dragasakis. Il est également certain que Tsipras et Pappas ont cherché à construire, en dehors de Syriza, des rapports plus ou moins étroits avec des personnes et des institutions afin de mettre en pratique une politique qui s’est éloignée de plus en plus de l’orientation que Syriza avait faite sienne. Varoufakis n’est pas la seule personne à avoir été contactée mais effectivement, à un moment donné, Tsipras et Pappas ont considéré qu’il était l’homme de la situation pour aller négocier avec les institutions européennes et le FMI.

varoufMacron2.PNG

Lire le 3ème article de la série « Le récit de la crise grecque par Yanis Varoufakis : un témoignage accablant pour lui-même » par Eric Toussaint, paru sur le site du CADTM sous le titre Comment Tsipras, avec le concours de Varoufakis, a tourné le dos au programme de Syriza

jeudi 6 juillet 2017

Des nouvelles de la radio télévision grecque et des trahisons de Tsipras

Il y a quatre ans, nous écrivions : "Le 11 juin 2013, le valet de l’impérialisme troïkien et néanmoins Premier ministre grec annonçait la fermeture autoritaire de la radio-télévision publique. Quelques heures plus tard, l’antenne était coupée au niveau des émetteurs par la garde noire du régime, aussi appelée Police nationale. Quelques heures plus tard, l’un des seuls correspondant de la presse française en poste à Bruxelles, Jean Quatremer, titrait à bout portant sur le cadavre encore chaud du service public : « Grèce : l’ERT était « l’organisme le plus corrompu et le plus dysfonctionnel de la Grèce »". S'en était suivie une "Conversation avec Jean Quatremer", au-cous de laquelle nous affirmions : "sous la pression populaire et des travailleurs cela peut tout aussi bien changer. La preuve ? Les personnels se sont immédiatement saisis de leur outil de travail pour en faire une télé clandestine qui, si la décision de justice ordonnant la réouverture était appliquée, ce qui n’est évidemment pas le cas, se re-métamorphoserait en véritable radio-télé publique, donc anti-troïkienne, de grande qualité, pas de doute là-dessus !". C'est effectivement ce que firent les personnels, sur Internet. L'arrivée de Syriza au pouvoir était l'espoir que cette télévision née de la lutte, soit institutionnalisée au service des luttes. Panagiotis Grigoriou nous dit aujourd'hui ce qu'il en fut. Les faits rapportés marquent les trahisons de Tsipras dans des domaines où il aurait pu résister, au lieu d'utiliser son élection comme un pied de biche pour se glisser dans le cercle oligarchique qui refusait mordicus de partager le gâteau... politicien sur le dos de la population.. Honte à jamais à ceux, dont le très moustachu Benoît Hamon, qui se sont réunis avec lui à Bruxelles "en quête du «scénario manquant» pour l’Europe" ...

Le Concierge

TsiprasHamon.PNG Rassemlblement moustachu (coll. du Musée de l'Europe)

Sans contenu également et c’est bien dommage, ce monument récemment érigé à la mémoire des employés de la radiotélévision publique ERT, décédés durant les 18 mois de sa fermeture complète, infligée par le funeste gouvernement d’Antonis Samaras, monument érigé devant le bâtiment central de l’ERT dans le quartier athénien d’Agía Paraskeví.

Les trépassés de l’ERT entreront certes de plein droit dans la mémoire des disparus de la dite “crise grecque”, sauf qu’ils ne sont pas les seuls, et que tous les autres, demeurent à l’heure actuelle volontairement oubliés par le funeste gouvernement d’Alexis Tsipras. Pis encore, contrairement aux aspirations (réelles ou pas) du temps de la lutte pour la réouverture de l’ERT, la radiotélévision publique rétablie à la SYRIZA, elle est hélas redevenue ce qu’elle a toujours été. Un lieu d’abord hyper népotiste, servant en exclusivité les intérêts essentiellement privés, du, ou des partis au pouvoir comme de leurs castes. Ensuite, ERT poursuit dans une manière d’aborder les sujets d’actualité sous le seul prisme de la propagande gouvernementale, de surcroît européiste donc pas de changement démocratique non plus. Maigre, très maigre consolation, son Troisième Programme radiophonique, culturel et musical, notre ultime caverne pour certains d’entre nous il faut dire.

C’est ainsi que les autres médias comme tous ceux... qui sont punis et qui ne sont pas de l’ERT, ont forcement ironisé à propos de l’événement. Il a été rappelé à juste titre qu’il y a tant d’autres morts (suicides, maladies, manque de soins, surmortalité liée au stress générée par les dérèglements austéritaires, en réalité dérèglements sociaux, économiques et symboliques imposés), morts ainsi volontairement oubliés par les Syrizistes, car morts gênants, n’appartenant visiblement pas à sa clientèle politique.

Quand le moment du réveil arrivera pour nous, rien ne sera laissé en place. C’est déjà bien naturel car le lien social en Grèce est suffisamment disloqué. Pour la très petite histoire, j’ai été contacté en 2014 par une commission scientifique naissante, syrizocompatible et bénévole ; dont le but aurait été d’étudier le phénomène des suicides en Grèce “sous la crise”, et plus amplement la mortalité qui lui serait liée.

Cette commission, devait entre autres fournir des analyses et des éléments annexes mais fort essentiels, à la Commission pour la vérité sur la dette publique grecque, dont les travaux avaient été coordonnés comme on sait à l’époque (2015) par Éric Toussaint. L’idée, était aussi que les conclusions des deux Commissions, puissent être conjointement défendables devant l’Assemblée des nations, au sein de l’ONU par exemple, pour ainsi prouver et faire condamner la forme et la pratique criminelles des dites “institutions” (Troïka), finance comprise, cette force du mal a l'apparence d'une bête mécanique parfaite, tout à fait irresponsable.

Il a été aussi question d’ériger un monument bien sobre et digne, devant l’arbre où le retraité pharmacien Dimítris Christoúlas s’est suicidé le 4 avril 2012, acte à caractère ouvertement politique revendiqué de manière bien évidente à travers son ultime lettre:

“Le gouvernement d’occupation de Tsolákoglou a littéralement anéanti tous mes moyens de subsistance, qui consistaient en une retraite digne, pour laquelle j’ai cotisé pendant 35 ans, (sans aucune contribution de l’État). Mon âge, ne me permet plus d’entreprendre une action individuelle plus radicale (même si je n’exclus pas que si un grec prenait une kalachnikov je n’aurais pas été le deuxième à suivre), je ne trouve plus d’autre solution qu’une mort digne, ou sinon, faire les poubelles pour me nourrir. Je crois qu’un jour les jeunes sans avenir, prendront les armes et iront pendre les traîtres du peuple, sur la place Sýntagma, comme l’ont fait en 1945 les Italiens pour Mussolini, sur la Piazzale Loreto, à Milan”. Le général Geórgios Tsolákoglou, signataire de l’armistice avec les forces allemandes, fut le premier chef de gouvernement grec sous l’Occupation, nommé par les occupants d’alors (30/04/1941-02/12/1942). Son nom en Grèce est synonyme de “collaborateur”.

La suite est presque connue. La Région d’Attique (administrée par la Syriziste Rena Doúrou depuis 2014), et ensuite le “gouvernement” SYRIZA/ANEL, ont tout fait, d’abord pour saboter et saborder l’affaire du monument sous l’arbre de Dimitri (témoignage direct entre autres de Katerina Thanopoúlou, Vice-présidente à la Région Attique entre 2014 et 2016, et démissionnaire de SYRIZA depuis l’été 2015).

La commission pour la vérité sur la dette publique grecque a été dissoute sous l’ordre de la Troïka, et notamment de Bruxelles comme de Berlin, suite à la trahison Tsipras (référendum et victoire du ‘NON’ du 5 juillet 2015), tandis que la commission suicide, n’a en réalité jamais vu le jour officiellement ni d’ailleurs très concrètement.

Aux yeux des Grecs, depuis 2015, Tsipras c’est aussi un Tsolákoglou, aussi peut-être parce nous vivons à une époque de somnambulisme généralisé. Sous cet angle, on comprend mieux ce rejet alors très inaccoutumé de la part des Grecs, sur cette affaire du monument dédié à la mémoire des pauvre morts de l’ERT, sauf que ceux de l’ERT... éternelle et toujours actuelle, feront encore semblant de ne rien comprendre.

Extrait de l'article de Panagiotis Griogoriou paru sous le titre "Des épaves brisées de voyages inachevés" sur son blog GreekCrisis

mardi 21 février 2017

Tribute to Wangui Mbatia

Hi Wangui !

I won't ask you how you are that time.

Picture_2.png

I have heard you left us, apparently against your will, what I was surprised about. It's not your way and I had been used, you to be finally released. Maybe there is some mess in Heaven and your views are needed. Afterall, considering the mess on Earth, I wouldn't be surprised it could have some consequences even in that so celebrated Kingdom. They have so many peoples to host : wherever I look around from my place in France to, let's say, the Mediterranean, just to speak from my neighborhood, I feel surrounded by what you helped me to understand from a Kenyan perspective. Dust from your eyes : “Western civilization would be a very good idea” is supposed to have answered Gandi to a journalist.

Even a creature labellized by the Social Forum, Alexis Tsipras, has been turned into a puppet of the Global Inquisition IMF' style, "adjusting" his fellow citizens in a way well-known by your compatriots. Speaking about “stupid cancer” as you said once, social security won't pay if the doctors give you no more than three months to live and an increasing part of the Greeks have anyway no more access to social security, while the Pharma Industry is reluctant to deliver drugs to a bankrupted country (I know, I know, Africans were not given access to that amazing achievement of the Labour struggles, and I would ask a Kenyan Presidency shameless enough to state to have saved your life the very day you passed, when they will save the life of ordinary Kenyans by building hospitals and promoting health rights instead of paying debts to sharks).

Trapped refugees (because our governments trapped them after having destroyed their countries, actually comparing with Kenya we have a very bad record concerning hosting refugees) in the Islands are frozing to death.

Exactly what you had taught me from a Kenyan perspective. The mainstream pundits have also some cultural hypothesis about Greek peoples to explain their situation... I watched back a video from Eric Toussaint, who did a terrific job in Athens with CADTM and a few others, in Jeevanjee' Gardens, explaining colonizing by debt. Apparently you were right, there were some bugs in priorities at the Social Forum (and to tell the truth they turned worst despite all your efforts to fix it preventively at the WSF in Nairobi : we were supposed to build another world and we were unable to stop the destruction of what was worth in it. But "it's a process in progress" quoting the 10 years old mantra). Here in France, we have now plenty of so-called progressists denunciating (in the media and teach-books) colonization in the past but who can't recognize colonization in the present, specially by debt, even on their behalf through the EU. Well, that's not as if we hadn't tried to get visas for Kenyans to travel to Europe to give the Kenyan perspective, which could have been helpful to understand the actual European one! But we never got them, if you remember. I remember I wrote that piece The wall of Schengen is colonizing our minds ... Reading back, I remember also I had hoped we could be an Embassy to lobby in Europe in behalf of citizens who can't travel and protest at the Headquarters of powers who contribute to rule them from outside : governements, II, Corporate, and even NGO's. Nairobi's clerk had the bad surprise to see us at the European Parliament during the customizing Jeevanjee'affair !

But Kenya entered tragic times during the presidential election in 2007. Exactly at the same time, the “Embassy” in Brussels succombed to real estate attacks after a long struggle against the local “socialists” but only “in ten days” (yes you screened the film "In ten years or in ten days" in Kenya, and now ten years have just followed the ten fatidic days), so the quiet poor neighborhood (Belgian standards) could let place to more taxable activities (if ever they pay tax) and my personal utopia of an office in the North runt from the South collapsed.

I feel a bit more like an orphan today. I had dreamt too much. The neighborhood in Brussels doesn't exist anymore, The colonial Museum in Tervuren, where you asked at the desk the list of stolen items from Africa to personaly bring them back home was refurbished, even the Paris train to Berlin doesn't exist anymore.

And you left us.

I wouldn't be surprised if you couldn't buy strawberries at every corner in Rostock anymore.

I remember we were late for the train, you were to travel back to Berlin and from there fly back to Kenya. We had visited the inhabitants of La Coudraie, who were struggling against expulsion (and finally have won) to let place to a Mall. The station was crowded and I lost you at the exit of the tube. I had to climb on the top of the train stop and yell “Wangui” ! Nowadays I would be shooted dead by an anti-terrorist patrol...

Well, it's old story. I have the privilege not having seen you for ten years, so the very lively woman I met will never die and continue to accompagny me and help in the bad moments, when I am losing my sense of humor by fault of the so-called civil society. I suppose it will be the case with all peoples, to whom you gave so much energy and high spirit, helping to turn drama into Monty Pythons' Meaning of life.

I preferred not to mourn you but instead watched one of your favorite movie, Life of Brian. And I heard the enthusiasm and irresistible laughs of a village girl resurrecting my utopia and the bright sight in a very obscure world.

Thanks for all Wangui and rest in peace.

Benoit

vendredi 30 décembre 2016

Eric Toussaint : "sur la base de l'expérience grecque, il faut la désintégration de l'UE, il faut la désintégration de la zone euro"

En douze minutes, Eric Toussaint donne son point de vue sur ce que la gauche radicale devrait adopter comme orientation face à l’Union européenne suite à l’expérience de la capitulation de Syriza en 2015 en Grèce. Il explique quelles mesures prioritaires un gouvernement de gauche devrait prendre.

Cette intervention a été réalisée lors de la conférence internationale intitulée « France et Europe après Brexit » réalisée à Paris les 2 et 3 décembre 2016 à l’initiative du réseau EReNSEP (voir le programme complet).

On peut voir la vidéo sur le site du CADTM

Transcription (et titre) du Musée de l'Europe

Bon évidemment, il y a crise capitaliste, crise de la gouvernance néolibérale, crise de l'UE, tout cela ce sont des évidences… Le problème principal, pour nous, c'est qu'il y a crise de la gauche radicale. La gauche radicale a peur de son ombre. De son ombre socialiste, marxiste, anti-capitaliste… La gauche radicale alors qu'elle a une ouverture, une fenêtre qui ne s'était pas présentée depuis une soixantaine d'années dans une série de pays européens, cette gauche radicale a peur de dire qu'il faut rompre avec le système, qu'il faut appliquer des mesures clairement anti-capitalistes (…)

Le point que je veux faire, c'est que depuis 2008-2009, je pense qu'il est absolument évident que des secteurs très importants des différents pays européens non seulement rejettent l'UE, le néolibéralisme et l'austérité mais veulent des solutions clairement radicales, et ils peuvent voter pour des solutions radicales à droite ou à gauche. Mais manifestement, on a encore une ouverture pour plusieurs années où l'option de gauche radicale de rupture a véritablement des chances de convaincre. C'est vrai en Europe, et je pense que ça reste vrai en GB vu le succès des propositions de Corbyn. C'était vrai aussi très clairement dans le cadre de la campagne des élections aux EU où les différents sondages indiquaient clairement qu'en cas de bataille entre Sanders et Trump, c’est Sanders qui l'aurait emporté. Parce que nous avons bien vu que c'est la défection du soutien populaire à Clinton qui a permis à Trump de gagner. Si Bernie Sander avait été candidat avec un programme radical socialiste il aurait réduit les abstentions et il aurait pu gagner les élections.

Donc je pense qu'après ce qui s'est passé en Grèce, la gauche radiale doit dire très clairement, l'UE est irréformable, la zone euro est irréformable. Je pense qu'il faut faire l'économie d'essayer de démontrer dans un premier temps qu'on pourrait réformer et montrer la mauvaise volonté de la Commission européenne pour dire ensuite il faut radicaliser. On n'a pas le temps de faire ça. Il faut dire maintenant sur la base de l'expérience grecque, il faut la désintégration de l'UE, il faut la désintégration de la zone euro. Et expliquer bien sûr pourquoi ces institutions ne sont pas réformables. Je pense que la gauche radicale doit dire dans ses propositions, dans sa politique concrète de tous les jours quand elle s'adresse à la population qu'elle se propose d'être portée au gouvernement, qu'elle veut éviter une capitulation comme la capitulation grecque et que dès lors elle s'engage très clairement pendant sa campagne électorale et avant, en cas d'élection, elle s'engage à désobéir à la Commission européenne. Dire très clairement, nous refusons les contraintes budgétaires, nous nous engageons à augmenter les dépenses publiques, nous le disons très clairement. Nous userons du droit à l'auto-défense. Il y a une obligation des gouvernements face aux attaques néolibérales de protéger le peuple par des actes unilatéraux basé sur des arguments du droit international, du droit interne, des principes généraux. Nous nous engageons à appeler à la mobilisation populaire dans le pays pour nous soutenir dans notre affrontement avec les institutions européennes et nous appelons à la mobilisation en Europe. Nous nous engageons à réaliser un audit de la dette avec le maximum de participation citoyenne. Et dans certains cas, ça dépend des circonstances concrètes et des pays concrets , s'engager à suspendre le paiement de la dette immédiatement. Je dis dans certains cas. C'était évident pour la Grèce, il fallait suspendre le paiement de la dette dès février 2015, cela aurait changé radicalement la situation pour la Grèce et pour l'Europe. Il faut s'engager à contrôler les mouvements de capitaux. Il faut s'engager à socialiser les banques et à poursuivre en justice les responsables de la crise. il faut s'engager à créer une monnaie complémentaire et dans certains cas il faut opter clairement pour une sortie de la zone euro d'emblée. Pour cela il faut s'être préparé à ça et avoir préparé l'opinion à cela et obtenir un soutien de celle-ci, ce que Syriza avait refusé de faire, puisque Syriza n'a pas demandé un mandat pour sortir de l'euro et est allé au gouvernement avec un mandat pour y rester avec la formule "pas de sacrifice supplémentaire pour l'euro" mais qui avait même été un peu mise de côté pendant la campagne électorale. Il faut s'engager à des mesures fiscales radicales c’est-à-dire supprimer la TVA sur des produits de base, augmenter évidemment la TVA sur les produits de luxe, un impôt très fort sur la fortune, donc le patrimoine du 1% le plus riche, un impôt progressif sur le revenu et fortement progressif. S'engager à déprivatiser, à renforcer les services publics, à réduite le temps de travail, à abroger les lois anti-sociales et s'engager à convoquer un véritable processus constituant.

Je pense que dans une série de propositions qui ont été faites ici et qui sont solides, l'aspect démocratique est insuffisamment mis en avant. Je pense qu'il faut convaincre de la nécessité dans nos différents pays de refonder profondément la structure du pays et donc d'ouvrir un ample débat sur la constitution avec un véritable processus constituant c’est-à-dire des élections générales à une assemblée constituante souveraine pour élaborer en un temps qu'il faut déterminer avec un calendrier précis une proposition de nouvelle constitution à soumettre ensuite à l'approbation populaire au suffrage universel. Et évidemment pour lancer aussi une dynamique à l'échelle européenne dans ce sens là, s'adresser aux autres peuples européens. Le sens de ce que je viens de dire, c’est clairement que dans le contexte européen il n’y aura pas la possibilité pour un pays comme l’Espagne ou le Portugal et c’était le cas de la Grèce il y a un an… un gouvernement de gauche et un peuple qui a porté au pouvoir un gouvernement de gauche ne peut pas attendre les autres peuples, ne peut pas attendre les autres changements, donc il faut des actes unilatéraux très précis. Et il faut renforcer donc de manière délibérée la crise de ceux d’en haut. Et bien sûr pour moi, c’est dans une démarche anti-capitaliste, c’est-à-dire c’est l’affrontement avec la Commission européenne évidemment, mais c’est aussi l’affrontement avec son grand capital. avec le grand capital dans son pays et chercher évidemment l’alliance avec non seulement la classe ouvrière mais les secteurs qui vivent de l’agriculture, les PME, le petit commerce, toute une série de secteurs qui composent le peuple. Dans chacune de nos circonstances concrètes il faut faire ce qu’avait dit Fidel Castro dans son discours de Moncada « l’histoire m’absoudra «  quand il a dit « Qu’est ce que le peuple de Cuba ? » Et il cite au moins une dizaine ou une quinzaine de composantes pour que tous les secteurs du peuple se retrouvent dans ce que c’est le peuple et non pas une référence incantatoire à la classe ouvrière qui est juste hors de propos aujourd’hui. Il faut un discours rassembleur sur un véritable bloc populaire.

Pensons juste à ce que ça aurait donné si Varoufakis au lieu de signer l’accord du 20 février avec l’eurogroupe en 2015 avait annoncé la suspension de paiement, l’audit de la dette, la transformation des participations de l’Etat grec dans les banques grecques en actions ordinaires pour socialiser les banques, le lancement d’une monnaie complémentaire, des mesures fortes sur le plan des impôts y compris une annulation des dettes des 2,5 millions de ménages et de petites entreprises qui ont une dette à l’égard de l’Etat grec de moins de 3500 EUR, pour certains c’est 500 EUR de dettes qui les mettent dans l’illégalité, des mesures fortes qui auraient créé un soutien populaire en Grèce pour affronter l’Europe… bien sûr la monnaie complémentaire. et cela aurait amené effectivement à la sortie de l’euro, bien sûr, qu’il aurait fallu préparer au cours de cette confrontation pendant plusieurs mois. Et si Varoufakis avait annoncé cela en demandant à Bruxelles à ce qu’on l’écoute sur la place publique et à ce qu’il y ait des mobilisations populaires et que le gouvernement grec s’exprime sur la place publique devant le peuple, on aurait eu 10 000, 20 000 ou 30 000 personnes à Bruxelles pour l’écouter et on aurait lancé une dynamique sur le plan européen. Il faudrait donc, et je termine, qu’en cas de victoire (…) on connaisse ce type de confrontation avec l’appel à des mobilisations populaires en Europe et des actes unilatéraux.

Lire aussi :

Pour la prise de pouvoir par le peuple : Dix propositions afin de ne pas reproduire la capitulation que nous avons connue en Grèce

samedi 3 décembre 2016

Arriver au gouvernement, ce n’est pas détenir le pouvoir

Alors qu’en France, la campagne présidentielle va prendre le dessus dans les débats, il est important de réfléchir sur le rapport qu’il y a entre le gouvernement et le pouvoir réel, en particulier quand il s’agit d’une force de gauche qui accède au gouvernement. L’article ci-dessous a été écrit quelques jours après la constitution du gouvernement d’Alexis Tsipras et avant que soit perceptible pour une grande partie de la gauche que la voie qu’il empruntait allait le conduire à la capitulation. Eric Toussaint analyse de manière synthétique les expériences des gouvernements de gauche en Amérique latine en particulier dans les années 2000 au Venezuela, en Bolivie et en Equateur. L’article publié sur le site du CADTM le 11 février 2015 (le gouvernement Tsipras a été constitué le 27 janvier 2015) se terminait en soulignant qu’il est nécessaire de désobéir au créanciers et prendre des mesures radicales dès le début. Il précisait qu’il fallait refuser de payer une partie substantielle de la dette, qu’il fallait arrêter les privatisations et rétablir pleinement les droits sociaux qui ont été affectés par les politiques d’austérité. Il ajoutait qu’il fallait « socialiser le secteur bancaire (c’est-à-dire exproprier les actionnaires privés et transformer les banques en service public sous contrôle citoyen). » L’article précisait que « Cette combinaison de mesures est vitale car, du côté des créanciers, on entend déjà s’élever les voix de ceux et celles qui proposent de réduire le poids de la dette de la Grèce en échange de la poursuite de politiques de réformes (entendez de contre-réformes, de privatisations, de précarisation des contrats de travail et des droits sociaux...). » Cette dernière phrase correspond exactement avec la situation présente : le gouvernement de Syriza, après avoir capitulé en juillet 2015, a poursuivi l’agenda des politiques néolibérales et annonce qu’un jour avec l’aide des créanciers la dette sera allégée. Le texte d’Eric Toussaint prend également du sens en lien avec la possibilité que Podemos et Izquierda Unida accèdent en Espagne dans les 3 ou 4 prochaines années au gouvernement. Enfin, pour revenir à la campagne électorale en France (la présidentielle de mai 2017 et les législatives qui suivront), l’orientation de l’article peut contribuer aux débats difficiles auxquels les différentes forces de gauche radicale sont confrontées dans un contexte préoccupant. Bien sûr, comme l’article le souligne d’emblée, les luttes sociales constituent un élément déterminant du rapport de force ainsi que les rapports entre ces luttes et la politique gouvernementale.

Lire l'article d'Eric Toussaint sur le site du CADTM

dimanche 11 septembre 2016

Histoire immédiate

oxi-grecemauve.gif

A l'heure où Yanis Varoufakis met tout en oeuvre pour sauver (la croyance en) la zone euro et l'UE (remparts contre les "populismes" et l'extrême-droite si on comprend bien, alors qu'elles les enfantent jour après jour !), après y avoir sacrifié la Grèce en refusant de "renverser la table" pour finalement "passer dessous", puis avoir fait campagne pour le Remain au Royaume-Uni et qu'un référendum sur la sortie de l'UE a été abandonné par la gauche de la gauche à Marine Le Pen (qui a fini par s'en saisir par électoralisme bien compris et machiavelisme ux petits pieds du grand Sophiste devant l'Eternel en burkini Jacques Sapir), avec toutes les conséquences que cela va avoir (à savoir exactement ce que cette gauche auto-proclamée et socialement auto-centrée prétend vouloir éviter, comble de la "Distinction"!), il est bon de revenir sur l'histoire immédiate, telle que rapportée par Eric Toussaint, initiateur de la Commission d'audit sur la dette grecque qui, comme il le souligne n'est même pas mentionnée dans le livre de Varoufakis publié en 2016 "Et les faibles subiront ce qu'ils doivent" (c'est le cas de le dire !), suivant en cela Tsipras qui a fait disparaitre ses travaux du site du Parlement. Le déni dans la gauche de la gauche de ce que les Grecs appellent eux sans fausse pudeur "internationaliste", et pour cause, "la trahison de Tsipras" (on veut parler de l'internationalisme de Tartuffe bien évidemment qui se concentre bien traquillement sur "l'échelle internationale" qui cache mal le rêve de faire son nid dans des instances supra-nationale, à défaut de tout soutien international efficient aux luttes "nationales" dont la Commission sur la dette grecque a pourtant démontré de façon exemplaire les perspectives d'efficacité) qui trouve ses racines en 2012 (et dont Varoufakis est partie prenante) provoque en effet parfois le même sentiment que ressenti par Orwell, revenu de la Guerre d'Espagne et lisant la presse de gauche de son pays. Et malheureusment, à bien des égards, on peut craindre que la gauche de la gauche ne soit pas loin de penser : "nous sommes tous Tsipras" (Et il est bien possible qu'elle le soit.). Espérons que les mois qui viennent nous donneront tort...

Le Concierge

Picture_53.png Collections du Musée de l'Europe. C'est sûr que face à la tiers-modisation du Sud, l'urgence est de protéger les rentiers du Nord de l'inflation !!! Et que les euros du Sud ne sont pas déjà réfugiés en Allemagne !!! (Note du Concierge)

Extraits :

"La deuxième raison qui a poussé James Galbraith à ne pas signer cet appel (l’appel international de soutien à la constitution du comité pour l'audit de la dette grecque NDE) , c’est l’avis que lui a donné Yannis Varoufakis. Celui-ci a expliqué publiquement en 2011 pourquoi il refusait de souscrire à l’appel à la création de la commission d’audit. Il déclare qu’il a été contacté par Galbraith qui lui demandait s’il fallait signer ou pas cet appel et qu’il lui a recommandé de ne pas le faire. Ce refus de Yannis Varoufakis permet de mieux comprendre son attitude distante à l’égard de la Commission pour la vérité sur la dette grecque quand il est devenu ministre des Finances dans le premier gouvernement d’Alexis Tsipras en 2015 Dans une longue lettre publique publiée au printemps 2011, Y. Varoufakis justifie son refus de soutenir la création du comité citoyen d’audit (ELE). Il déclare que si la Grèce suspendait le paiement de la dette, elle devrait sortir de la zone euro et se retrouverait du coup à l’âge néolithique (sic !). Y. Varoufakis explique que, par ailleurs, les personnes qui ont pris cette initiative sont bien sympathiques et bien intentionnées et qu’en principe, il est favorable à l’audit mais que, dans les circonstances dans lesquelles la Grèce se trouve, celui-ci n’est pas opportun"

(...)

Quelques mots sur cette conférence. Elle a donc eu lieu début mars 2011 à Athènes. J’y ai été invité comme intervenant par Synaspismos (la composante principale de Syriza) et par le Parti de la Gauche européenne. Au cours de cette conférence ont pris la parole Alexis Tsipras, Yanis Varoufakis, Oskar Lafontaine (un des fondateurs de Die Linke), Pierre Laurent (dirigeant du PCF et du Parti de la Gauche Européenne), Mariana Mortagua du Bloc de Gauche au Portugal, Euclide Tsakalotos (qui est devenu ministre des Finances après la démission de Yanis Varoufakis), Yannis Dragazakis (qui est devenu vice-Premier ministre dans les gouvernements Tsipras 1 et 2), moi-même et plusieurs autres invités. À cette conférence, ma communication a porté sur les causes de la crise, l’importance vitale de réduire radicalement la dette par des mesures d’annulation liées à la réalisation d’un audit de la dette avec participation citoyenne. Yanis Varoufakis a présenté ce qu’il a appelé une modeste proposition qu’il a reprise lors de la première phase de négociation avec les créanciers en février 2015, soit 4 années plus tard.

Extrait de Grèce : L’ambivalence des dirigeants vis-à-vis de l’ordre financier et de la dette malgré des débuts prometteurs de la lutte

Lire aussi : Les leçons de la capitulation du 13 Juillet 2015

Quand Tsipras fait disparaître toute trace de ses contradicteurs !...

Synthèse du rapport de la Commission pour la vérité sur la dette grecque

Le Plan B pour l'Europe ?

jeudi 16 juin 2016

« Après la capitulation de Syriza, quelles perspectives pour la gauche en Europe ? »

Kouvelakis.png Cliquer sur l'image pour voir la vidéo des interventions de Stathis Kouvélakis et Eric Toussaint sur le site du CADTM.

Stathis Kouvélakis (professeur de philosophie au King’s College London, ancien membre du Comité Central de Syriza, membre d’Unité Populaire) présente les mesures prises par le gouvernement d’Alexis Tsipras II depuis le début 2016 dans le cadre du 3e mémorandum. Son intervention a eu lieu lors de la conférence qu’il a donnée avec Eric Toussaint le 4 juin 2016 à Paris avec pour thème : « Après la capitulation de Syriza, quelles perspectives pour la gauche en Europe ? » Stathis Kouvelakis tire les leçons de la capitulation et avance une orientation alternative à celle qui a été pratiquée par Syriza. Il s’adresse à la gauche radicale en Europe.

Note du Concierge

Quant à lui, Eric Toussaint fait dix propositions, dont la sortie de l'euro. Mais pas, en tous cas pas explicitement, la sortie d'une UE pourtant selon ses mots "irréformable", or il est évident que sortie de l'euro, déprivatisation etc. ont pour préalable la sortie de l'UE. Et de préférence par référendum pour qu'il s'agisse d'un véritable acte de souveraineté populaire, ce qui nécessite de commencer le travail politique de sensibilisation de la population, de type campagne de 2005, dès aujourd'hui. Eric Toussaint est en effet persuadé que Tsipras et les personnes qui l'entourent ont décidé de tout lâcher dès la fin 2012. Et ont commencé à éliminer les autres dès cette date. On comprendra dès lors ses prudences langagières quand les prochains Tsipriotes sont déjà largement à la manœuvre...

oxi-grecemauve.gif

dimanche 20 mars 2016

L’expert des Nations Unies sur la Grèce : « L’austérité excessive a tué les infirmières et les médecins avant de s’occuper des patients »

Juan Pablo Bohoslavsky, l’expert indépendant auprès de l’ONU afin de rapporter sur les effets de la dette Dette sur l’exercice des droits humains, vient de publier et de présenter un rapport sur la situation en Grèce. Le CADTM vous recommande d’en prendre connaissance. Vous pouvez y accéder en cliquant sur A/HRC/31/60/Add.2 (Report of the Independent Expert on the effects of foreign debt and other related international financial obligations of States on the full enjoyment of human rights, particularly economic, social and cultural rights - Mission to Greece, 29 février 2016).

Le tableau sur l’évolution des dépenses publiques entre 2009 et 2013 est édifiant. Les dépenses sont passées de 128 milliards € à 108 milliards €. Les dépenses de santé publique ont baissé de 42%, les dépenses pour lutter contre l’exclusion sociale ont baissé de 81%, les dépenses liées aux indemnités de chômage ont baissé de 30% alors que le nombre de sans-emplois était multiplié par 3.

Comme le déclare l’expert de l’ONU : « L’austérité excessive a tué les infirmières et les médecins avant de s’occuper des patients » (« the excessive austerity in the public health care sector literally killed first nurse and doctor before treating the patient »)

Un seul poste a augmenté, celui des affaires économiques : c’est dû au sauvetage des banques. Le poste a augmenté de 116%. Précisons que la majeure partie des sommes allouées par la Troïka aux sauvetages des banques n’est pas passée par le budget de l’État et n’apparaît donc pas dans le tableau. Si l’ensemble de l’argent public alloué en Grèce au sauvetage des banques françaises, allemandes, grecques... était pris en compte dans le budget grec, l’augmentation serait beaucoup plus forte. Par contre, ces sommes ont provoqué largement l’augmentation de la dette et c’est au peuple grec que cette dette est réclamée.

Lire la suite de l'article d'Eric Toussaint sur le site du CADTM.

samedi 7 novembre 2015

Super Mario Draghi roule en Volkswagen

Ces dernières années, les banques ont considérablement réduit leurs prêts aux ménages et aux entreprises, en particulier les PME. Alors Super Mario Draghi, le directeur de la Banque Centrale Européenne, a eu une idée formidable : encourager les banques à relancer la titrisation et donc la création de produits financiers structurés – les mêmes qui ont mené un grand nombre de banques au bord de la faillite en 2008 et qui nous ont coûté un pont quand il a fallu les sauver. Mais pourquoi faire une telle chose, demanderez-vous bien naïvement ? On pourrait effectivement croire que le pauvre Mario souffre de surmenage et aurait bien besoin de (longues) vacances (en prison)...

Que nenni ! Il y a une logique derrière tout ça ! Depuis l’année dernière, la BCE propose aux banques qui ont besoin de liquidités (et elles en ont un besoin insatiable) de lui déposer leurs produits structurés en collatéral (c’est-à-dire en garantie), afin d’obtenir du financement qu’elles pourront ainsi proposer à leur tour à leurs clients, ménages et PME en priorité bien sûr ! Financement que les banques obtiennent, au passage, à du 0,05 %, le taux actuel de la BCE, sans faute de frappe, vous avez bien lu, et c’est bien entre 80 et 100 fois moins cher que ce que vous payez pour le crédit de votre Volkswagen.

Volkswagen, justement ! Cette même entreprise qui vient de se faire prendre la main dans le sac, en train de berner la Terre entière en trichant – négligemment, bien entendu – sur les taux d’émission réels de particules fines et de CO² de ses véhicules diesel et à essence... Comme toute grande entreprise qui se respecte, Volkswagen dispose de sa propre banque : Volkswagen Financial Services, qui lui permet de proposer directement des crédits à ses clients. Donc Volkswagen vend des voitures à crédit à ses clients, puis, sous les bons conseils de la BCE, fait des produits structurés avec ces crédits, de petits paquets de crédits comprenant chacun différents niveaux de risque, que l’on appelle ABS (Asset Backed Securities) et qu’elle revend à des investisseurs. Cela lui permet d’obtenir du financement de la part de ces investisseurs, et donc de proposer plus de crédits à ses clients et ainsi de vendre plus de voitures. Et donc de faire plus d’ABS, qu’elle peut vendre à des investisseurs, qui lui apporteront plus de financement... Bref, vous avez compris, et si vous avez encore un doute, vous pouvez aller jeter un œil au schéma à la fin de cet article).

Mais ce n’est pas tout ! Depuis le mois de janvier, la BCE a lancé un vaste programme de rachat de titres de dette souveraine, de covered bonds et d’ABS : le QE, pour Quantitative Easing. Tous les mois, la BCE rachète pour 60 mds € de ces titres et produits structurés, et elle continuera de le faire au moins jusqu’en septembre 2016. L’objectif, encore une fois, est de permettre aux banques de dégager de leurs bilans ces titres de dette et autres produits structurés, afin de leur permettre de faire du crédit aux ménages et aux entreprises. Donc depuis un moment déjà, la BCE achète des ABS Volkswagen. Et VW étant le 2e plus gros émetteur d’ABS en Europe, tous secteurs confondus, la BCE peut potentiellement en acheter beaucoup.

Lire la suite de l'article d'Eric Toussaint et Pierre Gottiniaux paru sur le site du CADTM

jeudi 5 novembre 2015

"Le projet européen s’est transformé en une camisole de force pour les peuples"

Interview du professeur Eric Toussaint, invité à Ljubljana par les syndicats slovènes pour y participer à une table ronde intitulée : « La dette publique : Qui doit à qui ? »

Par Mimi Podkrižnik, journaliste du quotidien slovène Delo.

Croyez-vous au projet européen ? Y croyez-vous encore ?

Très clairement : non. Le projet européen s’est transformé en une camisole de force pour les peuples. ll n’y a pas de marge de manœuvre permettant à un gouvernement élu démocratiquement de mettre en œuvre des politiques au service de l’intérêt général et de respecter dans le même temps les règles européennes. En effet, les différents traités et l’architecture institutionnelle dans laquelle ils s’inscrivent – le Parlement européen, la Commission européenne, les gouvernements nationaux et la Banque centrale européenne – posent un cadre extrêmement hiérarchisé et contraignant qui laisse de moins en moins de place à l’exercice de l’autonomie, autrement dit à la démocratie et à la parole des citoyens. Nous venons d’en avoir l’illustration avec la Grèce. En janvier 2015, le peuple a porté au pouvoir un gouvernement sur la base d’un programme de rupture avec des politiques qui avaient complètement failli. Ce peuple a réaffirmé son rejet des politiques d’austérité lors du référendum du 5 juillet 2015. Or cela n’a fait qu’exacerber l’obstination des différentes institutions européennes d’empêcher que cette volonté populaire se concrétise. C’était même dit clairement. On a eu des déclarations de Jean-Claude Juncker affirmant qu’il n’y a pas de place pour le référendum. Selon les dirigeants européens, pour se prononcer sur des politiques européennes, la voie est toute tracée par la Comission et l’eurogroupe : il n’y a pas de moyens d’en sortir ou d’en dévier.

Pourquoi ? Sommes-nous vraiment dans un cercle vicieux ?

La construction même de l’Europe – c’est-à-dire l’adhésion à des traités et une conception très autocratique du fonctionnement des institutions – vise à restreindre le plus possible le fonctionnement démocratique. Par ailleurs, les grandes entreprises privées exercent un lobby extrêmement puissant sur la Commission et le Parlement pour les inciter à prendre des décisions favorisant leurs intérêts particuliers. À la tête de la BCE, on trouve Mario Draghi qui a été l’un des stratèges de Goldman Sachs pour toute l’Europe. C’est emblématique d’une situation qui voit les grandes entreprises privées européennes placer à des positions de pouvoir des personnes qui sont issues de leur milieu, ou disposer de l’entier soutien de chefs d’Etat et de hauts fonctionnaires pour faire adopter des mesures qui favorisent leurs intérêts. Un tel système s’apparente fortement à un système oligarchique où quelques uns imposent leurs décisions et définissent les politiques au service d’une petite minorité.

Lire la suite sur le site du CADTM

jeudi 17 septembre 2015

Le plan B pour l'Europe ?

Contrairement à ce qui est indiqué dans cet article, Zoé Konstantopolou a échappé à ses ravisseurs du pseudo Plan B et n'a pas participé au meeting apéro-pinard de Mélenchon à la Fête de l'Humanité. Nous retenons donc dans cet article les informations concernant Varoufakis mais prenons les accusations portées contre Zoé Konstantoplou avec des pincettes...

Le Concierge

helpmeobiwankenobi-500x212.jpg Help me Eric Toussaint, you are my last hope

Mélenchon, Lafontaine, Fassina, Konstantopoulou et Varoufakis ont publié un –soi-disant- plan B pour l’Europe. Ce manifeste annonce, au fond, la création d’un mouvement politique au niveau européen et l’appel à une conférence internationale qui devrait se dérouler début novembre. Ce mouvement entre dans la configuration de « l’espace politique unique » de l’Union européenne, annoncé par Barroso dès 2013. L’objectif est de remplacer les partis nationaux de chaque pays membre par des « partis européens », en tant que partie de l’opération de démantèlement des gouvernements et des parlements nationaux, d’ici 2025.

M. Varoufakis ne pouvait pas ne pas faire partie de cette bande. On se souvient dès 2011 avec quel empressement il devenait le porte-parole des intérêts de Soros et des spéculateurs les plus sauvages au niveau international. Auparavant, il présentait comme panacée les « euro-obligations » que Soros demandait avec insistance, à l’époque. Ensuite, il a voulu « vendre » les obligations perpétuelles (perpetual bonds) pour finir, aujourd’hui, par devenir le héraut des monnaies parallèles, doubles, électroniques - c’est-à-dire, de la plus grande arnaque jamais imaginée par les spéculateurs de devises. Et Soros est un des plus grands parmi eux.

(...)

Quant à la « sortie de l'euro et la transformation de l'euro en monnaie commune », si ce n’est pas une pure vue de l'esprit ! La seule économie qui soit en mesure d’y arriver, c’est l’Allemagne et, peut-être, l’axe franco-allemand. En d’autres termes, les gens de gauche nous proposent ce qui est aussi le plan alternatif de l’Allemagne, en cas d’écroulement total de l’euro.

Et il faut poser la question : où et quand a-t-on été témoin de pareille transformation d’une monnaie commune en une autre ? Cela ne peut se produire que dans des conditions de dictature et d’autoritarisme. Seulement dans des conditions d’annexion ouverte des plus petites économies par l’économie dominante. Seulement de la manière dont la Prusse a créé le Reich allemand ou de la manière dont Hitler avait entrepris de créer l’Europe unie.

Ce n’est pas un hasard si, dans chacun de ces cas, il y avait toujours une gauche qui, sous le Kaiser, prétendait que le problème ne résidait pas dans le colonialisme mais dans « ses procédés inhumains ». Et, sous Hitler, elle prétendait que, même si c'était sur un mode barbare (par la Wehrmacht et les SS), l’Europe Unie nazie constituait un progrès historique car elle abolissait « l’État national » qui était dépassé.

Les Varoufakis, Konstantopoulou et autres de la « Gauche de Soros » actuelle sont les dignes descendants de la gauche colonialiste des Kaiser et de la gauche révolutionnaire sous Hitler. Les mêmes logiques, les mêmes arguments, les mêmes objectifs. Il faut ouvrir les yeux. Et cela concerne surtout ceux qui sont aveuglés par l’adjectif de « gauche ». Et soyons en alerte. La gauche vendue des mémorandums et du colonialisme européen ne semble pas avoir dit son dernier mot avec Tsipras. Elle pourrait engendrer de nouveaux monstres. Ne lui permettons pas d’en accoucher.

Lire l'article de Christine Cooreman, paru sur le site TLAXCALA sous le titre "Le plan B pour l’Europe de Varoufakis, Konstantopoulou, Mélenchon, Lafontaine et Fassina a un parfum de Soros"

vendredi 28 août 2015

Les leçons de la capitulation du 13 Juillet 2015

Pour des pays comme la Grèce, ou le Portugal, la sortie de la zone euro devient une perspective tout à fait justifiée. Pour reprendre la maitrise de l’économie et appliquer des politiques qui répondent aux intérêts du pays, il faut être prêt à revenir à une monnaie nationale. Mais d’après moi, ce n’est valable que si cela va de pair avec la socialisation des banques, avec une réforme fiscale favorable à ceux d’en bas, avec une solution radicale à la dette. Sinon on aura une sortie de droite à la zone euro. C’est bien pourquoi une partie de l’extrême droite soutient de façon souverainiste cette sortie. Il faut l’éviter. Il faut une sortie progressiste, favorable au peuple. Pour retrouver le contrôle de sa propre monnaie, pour mener une politique monétaire favorable au marché local, notamment aux producteurs locaux, il ne faut pas avoir comme objectif de vendre à l’extérieur, mais bien de se baser sur les forces productives du pays pour répondre aux besoins de la population et ainsi diminuer les importations et donc les besoins en devises fortes.

Il faut tirer les leçons de la capitulation de 13 juillet 2015. Si l’on ne recourt pas à des mesures unilatérales d’auto-défense face aux créanciers, notamment la suspension de la dette, il est impossible d’obtenir des concessions fortes de la part des créanciers. Il faut que les forces politiques et sociales européennes comprennent qu’une négociation dans le cadre européen actuel respectant les règles dictées par la Commission européenne, la BCE, ou le FMI ne peut pas marcher. Il faut désobéir aux créanciers. Ce n’est qu’en désobéissant aux créanciers qu’on peut leur imposer de faire des concessions. Bien sûr il n’y a pas que la question de la dette. Il faut répéter qu’aujourd’hui, il existe des mesures clés d’alternatives : à côté de la suspension de la dette, il faut l’abandon des mesures d’austérité et l’adoption de lois protégeant les personnes qui ont été affectées par ces politiques d’austérité. Il faut aussi une solution du côté des banques. Il faut une socialisation du secteur bancaire. Il faut que ces banques privées passent dans le secteur public et répondent à des critères de service public pour servir les intérêts de la population. Il faut une toute autre politique fiscale. Il faut que le pourcent le plus riche, les grandes entreprises, paient réellement des impôts, et que l’on baisse les impôts sur la charge de la majorité de la population : il faut baisser les taux de TVA, il faut que l’on exonère de certains impôts ceux d’en bas en fixant un seuil de revenu. C’est donc la combinaison d’une politique qui porte sur la dette, sur les banques, sur la fiscalité, mettant fin à l’austérité et créant des emplois qui permet de mettre en place une alternative. Cette alternative est tout à fait possible. La population est prête. Elle soutient. Sinon, on ne comprendrait pas pourquoi 62% des grecs, alors qu’ils étaient menacés du chaos s’ils votaient NON, pourquoi, malgré ce matraquage, ce chantage, la fermeture des banques grecques, pourquoi ils ont voté contre la proposition des créanciers.

La conclusion est qu’un mouvement qui veut assumer des responsabilités gouvernementales doit être à la hauteur du soutien populaire. Il doit être prêt. Si l’on propose à la population de rejeter les propositions des créanciers, si l’on propose de réaliser un autre programme, il faut être prêt à prendre les mesures qui permettent de réaliser ce programme. Nous avons besoin des forces sociales et politiques qui sont concrètement prêtes à affronter les créanciers. Et à désobéir aux créanciers.

La leçon fondamentale à tirer est que la modération ne permet pas de trouver une solution. Il faut s’appuyer sur la population et prendre des mesures très fortes.

Lire l'intégralité de l'intervention d'Eric Toussaint parue sur le site du CADTM sous le titre "Grèce : pourquoi la capitulation ? Une autre voie est possible (Version texte)"

mercredi 26 août 2015

Ce qui arrive dans des endroits comme la Grèce n'a rien à voir avec la Grèce

Discours de Yanis Varoufakis à Frangy, bilan de six mois de tentatives de négociations ayant révélé la véritable nature de l'Union européenne et la menace mortelle qu'elle fait peser sur chacun d'entre-nous. Notons cependant que le gouvernement grec n'a tiré aucune conclusion de cette guerre d'agression économique, s'étant lourdement trompé sur la nature réelle de cette Union, victime d'européisme béat. C'est ainsi que Yanis Varoufakis lui-même a refusé dès le début et jusqu'à la capitulation de Tsipras (entouré d'anciens du PASOK) d'établir un véritable rapport de force avec la seule arme disponible, la dénonciation de la dette grecque, comme l'a expliqué Eric Toussaint du CADTM. Continuer à revitaliser le mythe européen, est-ce vraiment raisonnable ? Et que dire de la plaidoirie pour une Europe fédérale sur le modèle américain dont le fédéralisme a été le principal outil de répression des mouvements sociaux et de concentration des richesses mondiales entre quelques mains ?

Le Concierge

Je suis ici parce que ce qui nous est arrivé est en train de vous arriver. La Grèce est un champ de bataille sur lequel une guerre contre la démocratie européenne, contre la démocratie française, a été tentée et testée.

En mai dernier, en marge d'une autre réunion de l'Eurogroupe, encore un autre, j'avais eu le privilège d'une conversation fascinante avec le Dr Schäuble. Nous avions parlé longuement à la fois de la Grèce et de l'avenir de la zone euro. Plus tard ce jour-là, l'ordre du jour de la réunion de l'Eurogroupe comportait un article sur les changements institutionnels à venir pour renforcer la zone euro. Dans ces conversations, ce que le Dr Schäuble prévoyait pour l'Europe est devenu très clair. Il était également clair que la grande majorité des ministres des Finances étaient d'accord. Michel Sapin n'était pas parmi eux, mais, je ne me souviens pas de l'avoir vu contester ouvertement la vision de Dr Schäuble. Clairement, la France n'est plus ce qu'elle a été...

Et quel est le plan? François Mitterrand savait que la zone euro avait été mal construite. Il croyait que la première grande crise de l'euro obligerait ses successeurs à introduire l'union politique nécessaire pour sauver l'Europe d'une fragmentation semblable à celle des années 1930. Il avait tort.

Une crise à grande échelle est bien sûr inévitable lorsque le contrôle sur l'argent de différentes nations est concédé à des "technocrates" déconnectés de tout processus parlementaire susceptible de l'infléchir si nécessaire. Une fois que la crise inévitable éclate, les intérêts nationaux refont surface sur un mode vengeur. L'histoire a prouvé que Mitterrand avait tort: La crise a opposé une nation fière à un autre et a repoussé à un avenir lointain une solution fédérale.

Nous sommes restés avec le plan de Dr Schäuble: Un seigneur du budget Eurozonal (peut-être une version glorifiée de président de l'Eurogroupe) muni uniquement de pouvoir négatif, ou de veto, sur les budgets nationaux. Sur le budget de la France, pour être précis. Un Eurogroupe qui devient de plus en plus puissant pendant que la Commission européenne se fane à l'arrière-plan, confinée à des questions d'importance mineure.

A ceux qui disent «plus d'Europe» et parlent en faveur d'une «union politique», je dis: méfiez-vous! L'Union soviétique était aussi une union politique. La question est: Quel genre d'union politique? Un royaume démocratique de prospérité partagée? Ou une cage de fer pour les peuples d'Europe?

Une démocratie fédérale comme l'Allemagne, les Etats-Unis ou l'Australie, permettez-moi de vous le rappeler, est fondée sur la souveraineté de ses citoyens, comme en témoigne le pouvoir de ses représentants fédéraux de légiférer au nom du peuple souverain.

En contraste, le Plan Schäuble conçoit seulement des pouvoirs négatifs: Un seigneur du budget qui peut seulement dire «non», mais a une capacité très limitée de recycler les excédents vers les régions déficitaires de l'Europe - ce qu'un système fédéral ferait.

Le problème posé par ce plan est double. Premièrement, il ne permet pas de protéger et de gérer la macro-économie de la zone euro. Deuxièmement, il viole les principes fondamentaux de la démocratie libérale occidentale.

Alors, que vient faire la Grèce dans tout cela? Elle est utilisée dans une sorte de conte moral, pour vous démontrer à vous ce qui vous attend si vous résistez à cette version disciplinaire de l'union politique. Le Grexit est conçu comme une menace pour forcer le peuple de France à accepter comme un moindre mal l'austérité permanente, la crise permanente et le contrôle de votre destin par des irresponsables, des gens sans visage, des pseudo-technocrates économiquement analphabètes.

Ne vous méprenez pas: Notre gouvernement a été écrasé, car nous avons osé dire non à la Troïka à une époque où elle avait des plans pour venir à Paris. Vous ne pourrez pas dire que vous n'avez pas été prévenus. "Nous sommes tous des Grecs désormais" non pas parce qu'il y a quelque chose de supérieur chez les Grecs, mais parce que le printemps d'Athènes a allumé une petite bougie d'espoir chez tous les Européens. Une bougie que la Troïka devait éteindre à tout prix, de peur que son autorité soit contestée par le spectre de la démocratie.

Lire l'intégralité sur le blog de Monika M. que nous remercions pour son précieux travail de traduction.

- page 1 de 2