Musée de l'Europe et de l'Afrique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 12 novembre 2017

Burundi : je soutiens Germain Rukuki

Le 23 / 10 / 2017, Action des chrétiens pour l'abolition de la torture

Il est 6h du matin. Des policiers débarquent chez Monsieur et Madame Rukuki à Bujumbura. Ils réquisitionnent les ordinateurs et arrêtent Germain sans mandat judiciaire. Escorté par quatre pick-up de la police, il est détenu dans les locaux du service national de renseignement pendant presque deux semaines. Détenu au secret, il ne peut recevoir aucune visite de ses proches, ni avoir de contact avec son avocat. Il est soumis à des nombreux interrogatoires, toujours en absences de son avocat. Pour avoir collaboré avec l’ACAT-Burundi, il est accusé « d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat » et de « rébellion », alors que le Ministère public n’a apporté aucune preuve concrète en la matière. Depuis, Germain Rukuki est placé en détention préventive à la prison de Ngozi.

acatburundi.png

Le harcèlement judiciaire dont fait l’objet Germain Rukuki est devenu habituel parmi les défenseurs des droits de l’homme burundais depuis que le régime de Pierre Nkurunziza, prêt à tout pour se maintenir au pouvoir, mène une répression systématique contre toute voix dissidente au sein de la société civile. Le régime accuse continuellement les défenseurs des droits de l’homme indépendants d’atteintes à la sécurité nationale pour mettre à mal leurs libertés d’expression et d’association. Ainsi, par exemple, l’ACAT-Burundi est interdite d’activités depuis novembre 2015 et son président a dû quitter le pays.

Depuis que le président de la République, Pierre Nkurunziza, a annoncé vouloir briguer un troisième mandat en avril 2015, le Burundi est plongé dans une situation de quasi guerre civile. En moins de trois années, le Burundi est retombé dans une crise politique majeure avec de multiples violations des droits de l’homme et plus 400 000 réfugiés dans les pays voisins. En septembre 2017, la Commission d’enquête des Nations unies sur le Burundi évoquait des « crimes contre l’humanité » commises par l’Etat.

téléchargez la lettre d'interpellation!

vendredi 14 octobre 2016

Et Frédéric Lordon franchit le Rubicon. Entre la poire et le fromage...

oxi-grecemauve.gif

Mais l'exemple anglais, est-ce qu'il vous attire ?

Moi, en tout état de cause ce qui m'attire, ce serait l'idée qu'un débat européen se rouvre et qu'il soit consacré, comme cela avait été le cas avec le traité constitutionnel européen en 2005, par un référendum.

Et ça, cela vous paraît souhaitable ?

Absolument.

France Culture, 5 octobre 2016

Addendum du 14/11/2016

Manifestement intoxiqué par la tarte tatin aux oignons du Lieu-Dit et diverses soirées Cabaret, c'est bien entre la poire et le fromage que l'ex-chercheur si prometteur, n'ayant pas trop suivi le dossier de la Deutsche Bank apparemment, les affects étant ce qu'ils sont !, fit cette déclaration à laquelle il s'était toujours refusé (ah cette tribune que fut la place de la République où ces choses-là qui leur auraient "fait peur" ne furent pas lancées... Au profit de l'embrasement imaginaire de la plaine européenne !) Peut-être la lutte était-elle trop dure... Bonne continuation au peoplisé Frédéric Lordon. Que l'intellectuel repose en paix... Le Concierge.

mercredi 31 août 2016

Dockers interpellés au Havre. Le port en grève, le patron de la CGT annonce « la riposte »

« Ce qui s’est passé ce matin (ndlr : mercredi 31 août 2016) est proprement scandaleux ! » Philippe Martinez, le patron de la CGT, invité de l’Union départementale de Seine-Maritime, qui faisait son assemblée générale de rentrée au Havre, mercredi 31 août 2016, a vivement réagi à l’interpellation de deux dockers du port, à leur domicile, au petit matin, quelques heures avant la rencontre. Les deux salariés du port ont été interpellés par des policiers parisiens pour « violences en réunion », qui auraient été commises lors de la manifestation contre la loi travail du 14 juin, à Paris. L’un d’entre eux, âgé de 26 ans, avait déjà été jugé le 27 juillet 2016 et en partie relaxé par la 27e chambre du tribunal correctionnel de Paris, pour des jets de projectiles.

Le gouvernement, la police… tout le monde savait que l’assemblée générale qui se tenait au Havre, ce matin, se déroulait en ma présence. Décider des interpellations, aujourd’hui, c’est une véritable provocation. Et c’est le témoignage de la faiblesse d’un gouvernement qui est à la botte du Medef. Ces interpellations interviennent quelques jours après une déclaration dans la presse du président de l’UMEP (NDLR : Union maritime et portuaire) qui tient à dicter à la CGT la conduite à tenir dans les prochaines semaines. Et ce alors que le président du Medef, Pierre Gattaz, s’autorise le droit de nous traiter de terroristes. C’est grave et insensé. D’ailleurs, nous avons porté plainte contre le Medef pour ces insultes indignes. Notre réponse est claire : on va répondre par la riposte », a déclaré, avec le plus grand calme le patron de la CGT à sa sortie de l’assemblée générale.

Première action décidée spontanément, mercredi 31 août au matin, quand la nouvelle des interpellations s’est répandue : le blocage total de l’activité du port.

Et de nouvelles actions de blocage du Havre ont été décidées lors du meeting de l’union locale et confirmées lors de l’assemblée générale », annonce déjà Reynald Kubecki, le secrétaire général de l’union locale de la CGT.

Est en cours de préparation, dans l’immédiat, la manifestation du jeudi 15 septembre 2016 qui pourrait s’élancer des locaux d’une entreprise du Havre qui serait en conflit avec un militant de la CGT. « Le salarié, menacé de licenciement, est hospitalisé », se désole l’union locale de la CGT.

Ce cas de figure est la preuve que bon nombre d’entreprises, alors même que les décrets d’application ne sont pas entrés en vigueur, veulent déjà jouer des possibilités offertes par la loi travail », s’indigne Philippe Martinez. « Toute la CGT va se mobiliser pour dénoncer ce cas. Contre la politique de la peur et de l’intimidation, nous allons jouer la carte de l’unité », a appuyé Pascal Morel, le secrétaire général de l’union départementale de Seine-Maritime de la CGT.

« La rentrée sera offensive »

Un seul mot d’ordre : « L’abrogation de la loi travail. Il reste encore des gens à convaincre, notamment dans les toutes petites entreprises mais nous sommes persuadés de pouvoir encore rallier le plus grand nombre. Une loi travail ne doit pas venir diminuer les droits des salariés. On reste déterminé », a insisté Philippe Martinez. Le patron de la CGT venait pour la troisième fois au Havre, depuis le début de son mandat.

Je sens ici des militants qui sont sur le même rythme qu’au printemps où pendant quatre mois, les actions se sont enchaînées. C’est un signe fort. Le Havre fait partie de ces villes où la mobilisation est restée très forte, et où, par la diversité de son tissu économique, on peut s’adresser facilement à un salarié d’une petite entreprise comme à celui d’une grande internationale. »

Le patron de la CGT n’envisageait pas, en revanche, d’accéder à la demande d’audience formulée par le patron de l’UMEP.

La CGT est attachée aux congés payés. Écrire à son secrétaire général pendant ses congés et se plaindre trois jours après dans la presse qu’aucune réponse n’ait été formulée, c’est un peu fort. Je pense que c’est à la fédération des ports et docks de répondre à Michel Segain. Cette dernière n’était pas contre cette démarche. Mais considérant les interpellations de ce matin, l’heure n’est plus vraiment au dialogue (…) Une chose est sûre, la rentrée sera offensive… »

Source : Normandie-Actu

dimanche 22 mai 2016

RATP : grève illimitée à partir du 2 juin

Ratp.jpg

jeudi 19 mai 2016

Journée de mobilisation, grève et blocage ce matin, jeudi 19 mai

Amiens: Blocage total de l'entrée Est Amiens. Camions arrêtés et pneus brûlés.

Dunkerque: Deux dépôts pétrolier bloqués.

Valenciennes: Raffinerie bloquée à Douchy-les-Mines.

Boulogne-sur-mer: Des chauffeurs routiers ont installé des barrages filtrants aux entrées de la ville.

Béthune : La zone industrielle Washington à Béthune est bloquée par des manifestants.

Le Havre: 26 points de blocage pour paralyser l'agglo ! Les dockers bloquent le port. Les agents portuaires bloquent les entrées du centre-ville. Les deux principales raffineries de Normandie, Total et Exxon près du Havre, sont bloquées.

Rouen: Le terminal pétrolier Rubis au Grand-Quevilly est bloqué.

Rennes: à 7h des manifestants contre la loi travail bloquent la circulation vers la voie rapide en direction d'Angers. L'entrée du dépôt de carburant Total de Vern-sur-Seiche est bloqué ainsi que le rond point situé avant la voie permettant d'y accéder.

blocages9.PNG

Saint-Nazaire: les accès à la raffinerie de Donges et au port sont à nouveau bloqués.

Cherbourg : Le centre-ville est totalement bloqué, avec plusieurs barrages en place.

Paris, 93 : A 7h, blocage des établissements Dubrac à Saint-Denis (AG Interpro Saint-Denis).

Paris, 77: La raffinerie de Grandpuits est en grève.

Reims: action de blocage du TGV ce matin à la gare.

Clermont: Le dépôt de carburant de Cournon bloqué (par la CGT et Nuit Debout).

Bordeaux: Gros blocage de la Zone Artisanale de Pot au pin à Cestas (Aldi, XPO carrefour, C Discourt, La poste, Montané, Benard Magret Grand Vin, Peugeot).

blocage1.PNG

Toulouse: L’accès à l’aéroport de Blagnac à Toulouse a été bloqué ce matin.

Bayonne: Des manifestants bloquent les entrées du centre de fret de Mouguerre.

blocages6.PNG

Perpignan: Routiers et étudiants, manifestent sur la rocade Saint-Charles à Perpignan et bloquent le péage de Perpignan Sud.

blocages7.PNG

Marseille: A 5h du matin, blocage de la Zone Industrielle des Estroublans de Vitrolles avec les collectifs de lutte convergents ( syndiqués, nuit debout, intermittents et précaires).

blocages5.PNG

Autour de l’étang de Berre, près de Marseille, les raffineries sont en grève tournante.

Et aussi le mercredi 18 mai:

Rennes: Les abords du dépôt pétrolier de Vern bloqués.

Paris: Blocage de la gare Saint-Lazare.

blocages3.PNG

Grenoble: Occupation du Medef.

Meeting On bloque Tout à la Bourse du Travail près de la Place de la République : personne, pas de périscope, radio debout ne relaie pas

meetingonbloquetout.PNG

jeudi 12 mai 2016

"A partir du 18 Mai les travailleurs du rail seront en grève reconductible !"

communiqueSudRail.png

dimanche 8 mai 2016

La commission exécutive du syndicat CGT Energie43 revendique la coupure d’alimentation de fibre optique sur Brives Charensac le mardi 3 mai 2016

EDFBalbastre.PNG Cliquer sur l'image pour visualiser le film de Gilles Balbastre EDF, Les Apprentis Sorciers

Communiqué de PRESSE

Le Puy en Velay, le 04 Mai 2016

Depuis huit semaines nous agissons contre la loi travail et depuis des mois contre la privatisation et le démantèlement de nos entreprises de service public. Le dialogue social n’a jamais été aussi inexistant et l’information au citoyen autant déformée. Nous n’avons plus de solution pour nous faire entendre et vous informer sur le désastre financier que préparent les directions des IEG avec l’aide du gouvernement.

Jusqu’ou sommes nous prêts, nous citoyens, à accepter cette déliquescence ? C’est pourquoi suite à l’action, la commission exécutive du syndicat CGT Energie43, revendique la coupure d’alimentation de fibre optique sur Brives charensac le mardi 3 mai 2016.

Explications...

Vous avez dit : « EDF serait en faillite »

Cette année 2016, il y a 70 ans que la nationalisation d’EDF a mis à disposition de notre pays, un modèle économique basé sur une architecture d’entreprise intégrée (production, transport, distribution) permettant de répondre aux besoins énergétiques de la nation.

L’entreprise avec son personnel a relevé avec succès tous les défis jusqu’au début des années 2000, date de l’ouverture à la concurrence du secteur et de la privatisation de l’entreprise.

Depuis, le libéralisme économique avec à sa tête l’Europe d’un côté et le gouvernement français de l’autre agissent méthodiquement pour détruire ce modèle quel qu’en soit les conséquences aussi bien pour le développement industriel de notre pays que pour l’intérêt général.

C’est la lecture que fait la CGT de l’énergie, des différentes annonces sur la situation financière difficile que rencontre EDF et le plan d’économie et de suppression d’emplois qui en résulteraient.

Nous entendons informer, éclairer les salariés, la population de notre pays, sur les causes et les responsables de cette situation et appeler les usagers et les citoyens à se mobiliser contre la casse de leur bien commun et à soutenir la mise en œuvre d’un véritable projet industriel pour le secteur énergétique et le service public.

Les représentants du personnel au comité central d’entreprise d’EDF SA ont lancé une alerte économique dès décembre 2015 afin de disposer de tous les éléments d’analyse.

auditionsyndicatsEDF.PNG Audition des syndicats par la Commission des Affaires économiques et socialesde l'Assemblée Nationale

Le constat qui en ressort est édifiant :

- Absence totale d’orientations stratégiques tant au niveau de la direction d’EDF que du gouvernement sur un secteur vital pour l’intérêt général.

Ensemble de mesures qui impose des obligations financières et qui en même temps prive EDF de ses ressources à savoir :

- Rachat de la partie réacteur d’AREVA, 2,5 MdsS d’euro

- Versement de dividendes à l’état 2,3 Mds d’euro par an. Depuis le début des années 2000 EDF a versé en cumulé de l’ordre de 30 Mds à l’état, il faut se rappeler qu’avant la privatisation, le statut d’EPIC conduisait EDF à équilibrer ses comptes et à ne pas faire de bénéfice.

- Engagement dans un projet HINKLEY POINT C incertain en Angleterre[1], sans que l’on ait de retour d’expérience complet sur la construction de l’EPR de Flamanville et pour un coût de 22 Mds d’euro.

- Libéralisation du secteur de l’énergie, ouverture à la concurrence des marchés d’entreprises et collectivités locales. A ce sujet, comment interpréter le fait que ERDF filiale à 100% d’EDF achète son courant à Direct Energie sinon pour obéir à des stratégies de casse d’EDF.

- Vente d’actifs pour dégager du cash et en particulier le réseau de transport RTE ce qui est inacceptable pour la CGT ne serait ce que par son caractère stratégique. Comment se priver du moyen de transport de l’énergie qu’on produit et de le livrer au privé qui aura la main mise sur les prix du transport.

- Plafonnement de la production nucléaire, loi Nome, intégration anarchique des ENR sans corrélation avec les besoins et obligation d’achat à plus de 5 fois le prix du marché payé par la population via la CSPE.

- Fermeture des centrales thermique à Flamme Porcheville et Cordemais (3800 MW) uniquement pour des raisons financières et Européennes.

- Duplicité complète de l’Europe qui prétend vouloir lutter contre le réchauffement climatique mais qui casse le secteur électrique et met en demeure la France et EDF d’abandonner le secteur Hydraulique et d’ouvrir les concessions à la concurrence.

- Suppression annoncée de 4300 emplois dans les fonctions support recherche commerce qui hypothèque le développement et l’avenir de l’entreprise.

- Etc

Alors oui, si EDF est en faillite, c’est voulue et organisée par les pouvoirs publics et l’Europe libérale.

La CGT n’acceptera pas cette situation.

Pour La Commission Exécutive du Syndicat CGT Energie43

Lire aussi sur ce blog La privatisation de l’énergie électrique en Grèce

Notes

[1] Qui a provoqué la démission du directeur financier d'EDF "pour raisons personnelles" selon Emmanuel Macron ce que dément totalement l'audition de l'intéressé (Note du Concierge)

vendredi 22 avril 2016

Quartier GAGARINE à ROMAINVILLE. La lutte paye !

PAS VU Sur #NuitDebout

Des participants à Nuit Debout se joignent au DAL pour gagner une manche dans la lutte des habitants de la Cité Gagarine de Romainville. Pour gagner, soutenons les luttes. Pour politiser et ne plus être seuls, soutenons les luttes concrètes sur le terrain sans attendre le "grand soir" !

«Les gens ne vivent pas l’expérience de la dépossession comme le produit final de processus abstraits et à grande échelle et c’est l’expérience quotidienne qui dirige leur colère vers des revendications spécifiques et des cibles qui ne le sont pas moins.... Ils ne la vivent pas comme une expérience du capitalisme monopolistique. Il ne faut donc pas s’étonner que quand les pauvres se rebellent, ils le fassent si souvent contre leurs contre-maitres, leurs marchands de sommeil, leurs épiciers et non pas contre les banques ou les élites gouvernantes auxquels ces derniers sont soumis.”

Les intellectuels leur reprochent donc d’attaquer les mauvaises cibles, parfois très explicitement en ces termes : “Soutenir les luttes locales, ce serait du saupoudrage, ce que veulent les gens, c’est une perspective politique" (Toute ressemblance...)

Lire Crises mondiales et mouvements sociaux

Le Concierge

DALRomainville.PNG Cliquer sur l'image pour voir la vidéo sur DailyMotion

Communiqué du DAL

Quartier GAGARINE à ROMAINVILLE. La lutte paye ! PANNE de CHAUFFAGE, d’EAU CHAUDE, d’ASCENSEURS, c’est gagné :

Nous étions une centaine, mercredi 13 avril après-midi, à manifester devant le siège de « Romainville Habitat » à l’appel de Spoutnik DAL-HLM avec les locataires de la cité Gagarine, et le renfort des «Nuit Debout» de la République et les mal logées du DAL.

« Romainville Habitat » a été contraint de recevoir une délégation et s’est engagé à tout remettre en ordre pour vendredi 15 avril; C’est fait !

Il y aura ensuite négociation pour rembourser les charges indues.

Mais la lutte continue contre le projet de démolition de notre populaire quartier Gagarine, car le métro arrive, les promoteurs s’engraissent grâce à la politique d’épuration sociale lancée par la Mairie de Romainville.

lundi 15 juin 2015

Grèce : La vérité sur la dette

Soirée avec Pascal Franchet, vice-président et coordinateur Europe du CADTM

Toulouse, Jeudi 18 juin 20:30-23:00 - Salle Castelbou

cadtm-107ef.jpg

La Grèce est souvent considérée, à juste titre, comme un laboratoire des politiques néolibérales en Europe. Avec les plans d’austérité imposés par la Troïka (BCE, FMI et Commission Européenne), la dette publique et le système dette sont les piliers de ce laboratoire à l’échelle d’un pays.

''Pour y répondre, le nouveau gouvernement démocratiquement élu le 25 janvier, a mis en place une Commission coordonnée par le CADTM pour la Vérité sur la dette grecque. Il s’agit d’analyser cette dette au nom de laquelle une grande partie de la population, les salariés et retraités grecs ont été plongé dans la misère et la précarité et l’économie grecque engluée dans un marasme sans précédent.''

Cette Commission, dont les travaux scientifiques sont coordonnés par Eric Toussaint, président du CADTM, rendra public son premier rapport le 18 juin et nous dira la part illégitime, illégale, odieuse et insoutenable de cette dette. Elle fera part de recommandations qui seront proposées à la population grecque et à son gouvernement.

Cette soirée sera l’occasion de débattre autour de ces résultats et permettra de souligner en quoi ils peuvent être un levier important pour modifier le rapport de force en faveur du peuple grec.

L’audit citoyen des dettes publiques concerne tous les peuples d’Europe et constitue un point d’appui essentiel pour notre combat contre une austérité de plus en plus ravageuse et pour une réelle démocratie. Un combat qui va s’amplifier avec notre participation aux mobilisations européennes qui débuteront à Toulouse le 20 juin au sein du comité local de solidarité et de soutien avec le peuple et les travailleurs grecs.

mardi 5 mai 2015

La Cour constitutionnelle slovaque a annulé la surveillance de masse des citoyens

La loi autorisant la surveillance de masse et à grande échelle des citoyens (dite de conservation des données) appartient désormais au passé.

La Cour constitutionnelle de la République slovaque a déclaré la surveillance de masse des citoyens inconstitutionnelle. La décision a été rendue dans une procédure engagée par 30 membres du Parlement, au nom de la Société Institut européen d'information (EISI), un think-tank basé en Slovaquie.

Lors d'une séance à huis-clos, la Grande Chambre de la Cour constitutionnelle a estimée que les dispositions de la Loi n ° 351 (Act No. 351/2011 Coll.) sur les communications électroniques qui exigeait jusqu'alors des fournisseurs de réseaux mobiles de tracer les communication de leurs utilisateurs, ainsi que les dispositions du § 116 du Code pénal (loi n° 301/2005 Coll.) et § 76 du Police Force Act (Loi n ° 171/1993 Coll.) qui autorisaenit l'accès à ces données contrevenaient aux droits garantis par la Constitution des citoyens à la vie privée et aux données personnelles. En conséquence, ces dispositions ont perdu leur effet contraignant.

Conformément aux dispositions désormais invalidées de la loi sur les communications électroniques, les fournisseurs ont été obligés de stocker des données de trafic, les données de localisation et des données sur les parties communicantes durant une période de 6 mois (dans le cas d'Internet, par courriel ou VoIP communication) ou pour une période de 12 mois (pour toute autre communication). Par conséquent, les données sur l'usager, la durée, l'heure et le moyen de communication étaient stockées. Les données concernant les appels avortés étaient stockées de la même manière. En outre, le cadre juridique régissant l'accès aux données conservées était totalement arbitraire et beaucoup plus laxiste que les dispositions comparables sur les écoutes téléphoniques.

(...)

La décision de la Cour constitutionnelle de la République slovaque intervient près d'un an après que la Cour de justice de l'Union européenne a proclamé la Directive sur la conservation des données invalide au printemps 2014. A cette époque, la Cour constitutionnelle de Slovaquie avait rapidement réagi en suspendant le collecte de données au moyen d'une mesure conservatoire. Aujourd'hui, la collecte de données est complètement annulée.

Source : EISI

mardi 16 décembre 2014

La plus grande grève en Belgique depûis 20 ans

Qui sont les preneurs d’otages? Les milliers de travailleurs en grève qui se mobilisent aux quatre coins de la Belgique, ou un gouvernement qui a choisi de déclarer la guerre à l’ensemble de la population?

Le programme du gouvernement Michel est une attaque brutale contre les salaires, les pensions, les services publics, la sécurité sociale, l’emploi... Face à cette offensive austéritaire, les travailleurs contre-attaquent. Et dans cette nouvelle émission «Regards», ils vous expliquent ce qui nous pend au nez.

Voir le reportage

vendredi 15 mars 2013

Prix de l'austérité

Dans le cadre des mobilisations européennes « For a European Spring » la direction générale des affaires économiques et financières de l’Union européenne a été occupée par 150 activistes venus de différents pays européens (Allemagne, Italie, France, Belgique...).

occupytroika.jpg

ZIN TV a filmé l’action

Lire la suite...

dimanche 19 août 2012

En protestation contre la mort de Mohamed Noureddin à Calais

"A l'instar du rassemblement du 17 juillet devant l'ambassade de France à Londres et de l'occupation du consulat de France à Dusseldorf le 20 juillet, nous occupons l'ambassade de France, ce mercredi premier août à partir de 11 heures pour protester contre les circonstances de la mort de Mohamed Noureddin le 07 juillet dernier à Calais. Noureddin a été retrouvé dans le canal à Calais après s'être fait violemment interpellé par la police. Aucune autopsie n'a été réalisée et aucun témoignage des amis avec lesquels il était n'a été recueilli. La police après avoir modifié plusieurs fois la version officielle, a classé le dossier comme mort accidentelle.

Cette mort comme de nombreuses autres à Calais, est la conséquence d'une politique d'immigration criminelle qui tue chaque année des milliers de personnes aux frontières Européennes, ici et ailleurs.

Nous refusons ces morts ainsi que la criminalisation des sans papiers, nouveaux boucs émissaires d'une société en crise, d'un système raciste.

Comme à Calais, Londres ou Düsseldorf, nous exigeons que les autorités Françaises clarifient sans délai les circonstances exactes de la mort de Noureddin.

Plus largement, nous revendiquons le droit à la circulation et l'installation pour tous les êtres humains quel que soit leur origine."

un reportage de Patrick Taliercio

samedi 26 mai 2012

Quand l’austérité ne s’impose pas à tous...

Le lion

En Belgique, le taux d’imposition des sociétés s’élève à 33,99%. Tout citoyen a l’obligation de payer l’impôt mais des grandes sociétés telles que Delhaize, le holding d’Albert Frère, InBev ou Electrabel, dont les bénéfices croissent encore et toujours, jouent sur différents mécanismes de déductions et de ristournes fiscales (intérêts notionnels, non-taxation des plus-values sur actions, revenus définitivement taxés, etc.) afin d’éluder l’impôt. Grâce aux mesures fiscales instaurées par Didier Reynders l’impôt des sociétés a presque baissé de moitié entre 2001 et 2008.

Lire la suite...