Musée de l'Europe et de l'Afrique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 10 décembre 2018

Discours intégral du président Zine El Abidine Ben Ali du jeudi 13 janvier 2011

Ce discours a été écrit par Hakim El Karoui, ancienne plume de Raffarin et aujourd'hui conseiller du Président Macron (note du Concierge)

Le Président Zine El Abidine Ben Ali s'est adressé, jeudi soir, au peuple tunisien, par une allocution transmise par les chaînes de télévision nationales Tunis 7 et Tunisie 21 et les radios publiques et privées.

Voici le texte intégral de l'allocution:

"Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux Cher peuple tunisien,

Je m'adresse à vous, aujourd'hui, tous les tunisiens en Tunisie et à l'étranger. Je m'adresse à vous dans la langue de tous les tunisiens et tunisiennes. Je m'adresse à vous parce que la situation impose un changement profond, un changement profond et intégral.

Je vous ai compris. Je vous ai tous compris: le chômeur, le nécessiteux, le politicien et tous ceux qui revendiquent plus de libertés. Je vous ai compris, je vous ai bien compris tous. Seulement, les événements qui se produisent, aujourd'hui, dans notre pays ne nous ressemblent pas. La destruction ne fait pas partie des coutumes du tunisien, le tunisien civilisé, le tunisien tolérant.

La violence ne nous ressemble pas et ne fait pas partie de nos mœurs. L'escalade doit cesser. Elle doit s'arrêter grâce à la conjugaison des efforts de tous, partis politiques, organisations nationales, société civile, intellectuels et simples citoyens. La main dans la main, au service de notre pays. La main dans la main, pour assurer la sécurité de nos enfants.

Le changement que je vais annoncer maintenant est une acceptation de vos revendications légitimes à laquelle nous avons réagi. Nous avons ressenti une douleur pour les événements survenus, une profonde douleur.

Ma tristesse et ma douleur sont grandes. J'ai passé plus de 50 ans de ma vie au service de la Tunisie, dans les différentes positions: de l'armée nationale aux différents postes de responsabilité et 23 ans à la magistrature suprême. Chaque jour de ma vie a été et demeurera au service du pays et j'ai consenti des sacrifices que je ne veux pas les énumérer. Je n'ai jamais accepté un jour et je n'accepterai jamais l'effusion d'une seule goutte de sang des tunisiens.

Nous avons éprouvé une grande douleur pour les victimes de ces événements et pour les dégâts subis par des personnes, et je refuse qu'il y aura d'autres victimes en raison de la poursuite de la violence et du pillage.

Nos enfants sont aujourd'hui confinés à la maison et ne sont pas à l'école. Ceci est tout à fait immoral et inadmissible, parce qu'on a peur pour leur sécurité des actes de violence perpétrés par des groupuscules qui n'hésitent pas à piller et à agresser les personnes.

Il s'agit bel et bien d'un crime et non d'un acte de revendication. Cela est immoral.

Les citoyens doivent leur faire face et nous avons donné les directives en ce sens. Nous comptons sur la coopération de tous, afin que nous puissions discerner entre ces bandes et groupuscules de délinquants qui exploitent ces circonstances et les manifestations pacifiques légitimes que nous acceptons.

Ma tristesse est grande, très grande, et profonde, très profonde. Assez donc de violence ! Assez de violence!

J'ai aussi donné des directives au ministre de l'Intérieur et je les ai réitérées, et, aujourd'hui, je dis arrêtons le recours aux tirs à balles réelles. Les tirs à balles réelles ne sont pas acceptables et sont injustifiables, sauf, Dieu nous en préserve, si quelqu'un cherche à vous arracher votre arme, ou qu'il vous attaque par une arme à feu ou autre chose et qu'il vous oblige à vous défendre.

Je demande à la commission indépendante, je dis bien indépendante, qui va enquêter sur les incidents, les dépassements et les décès que nous regrettons, de déterminer les responsabilités de toutes les parties, toutes les parties sans exception, avec équité, intégrité et objectivité.

J'attend de tout Tunisien, qu'il me soutienne ou non, d'appuyer les efforts d'apaisement et de bannir la violence, les actes de destruction et de dégradation des biens. La réforme exige le calme, et les événements dont on a été témoin avaient pour point de départ la protestation contre une situation sociale, situation au sujet de laquelle nous avons consenti d'énormes efforts mais nous devons déployer de plus grands efforts afin de remédier aux carences.

Nous devons donner à nous tous la possibilité et le temps nécessaire pour pouvoir concrétiser l'ensemble des mesures importantes que nous avons prises.

En plus, j'ai chargé le gouvernement de procéder à une baisse des prix des produits et des services de base et d'augmenter le budget de compensation.

Quant aux revendications politiques, je vous avais dit que je vous ai compris, nous avons décidé:

  • La pleine et entière liberté pour la presse, tous médias confondus. Libre accès aux sites Internet qui ne seront soumis à aucune forme de censure, tout en veillant au respect de la déontologie et des principes de la profession journalistique.
  • Pour ce qui est de la commission dont j'avais annoncé la constitution, il y a deux jours, avec mission d'examiner les phénomènes de prévarication, de corruption et d'abus des responsables, elle sera indépendante, je dis bien indépendante, et nous veillerons à son impartialité et à son intégrité.
  • A compter de ce jour, la liberté d'expression politique sera de mise, y compris la manifestation pacifique, la manifestation pacifique encadrée et organisée, la manifestation civilisée. Un parti ou une organisation qui voudrait organiser une manifestation pacifique aura la latitude de le faire pour peu qu'il en fasse la déclaration, en fixe l'heure et le lieu, l'encadre et collabore avec les parties responsables pour en préserver le caractère pacifique.
  • Je voudrais dire que beaucoup de choses ne se sont pas passés comme je voulais qu'elles soient, s'agissant en particulier des domaines de la démocratie et des libertés. Certains m'ont parfois induit en erreur en me cachant les faits. Ceux-là, ils en rendront des comptes.
  • C'est pourquoi je vous réaffirme, tout à fait clairement, que j'œuvrerai à renforcer la démocratie et à promouvoir le pluralisme. Oui, renforcer la démocratie et promouvoir le pluralisme.
  • Je m'emploierai à protéger et à respecter la Constitution du pays. Je veux redire, ici, que, contrairement à ce que d'aucuns ont prétendu, je m'étais engagé, le 7 novembre, à ce qu'il n'y aurait plus de présidence à vie. Pas de présidence à vie. Je réitère donc mes remerciements à tous ceux qui m'avaient exhorté à me porter candidat en 2014, mais je me refuse à remettre en question la condition d'âge pour l'éligibilité à Présidence de République.
  • Nous voulons atteindre l’année 2014 dans le cadre d’une concorde civile effective, dans un climat de dialogue national et avec la participation des partenaires nationaux à tous les niveaux.
  • La Tunisie est notre pays à tous. La Tunisie que nous chérissons et que chérit son peuple, nous voulons la protéger.
  • Que la volonté de son peuple demeure donc entre ses mains et entre les mains loyales qu’il choisira afin qu’elle continue son parcours qui avait commencé depuis l’indépendance et que nous avons poursuivi depuis 1987.
  • Nous constituerons, à cet effet, une commission nationale qui sera présidée par une personnalité nationale indépendante et crédible auprès des partenaires politiques et sociaux pour se pencher sur l’amendement du Code électoral, du Code de la presse et de la loi sur les associations. La commission proposera un échéancier qui s’étalera jusqu’aux élections de 2014, y compris pour ce qui est de l’éventualité de dissocier les élections législatives de l’élection présidentielle.
  • La Tunisie nous appartient à nous tous. Protégeons-la ensemble. Son avenir est entre nos mains. Garantissons-le ensemble. Chacun de nous est responsable, depuis la position qui est la sienne, du rétablissement de sa sécurité et de sa stabilité. Pansons ses plaies et engageons-la dans une étape nouvelle qui la rendrait encore plus apte à accéder à un avenir meilleur.

Vive la Tunisie. Vive son peuple. Vive la république."

A écouter : L'Europe sera Ben-Aliste

jeudi 6 décembre 2018

Le fou qui se prend pour le Pt de la République ?

"La différence entre le fou qui se prend pour Napoléon et le Pt de la République, c'est que le Pt de la République, tout le monde croit qu'il est le Pt de la République" (Bourdieu)

lyceens_mantes.png Mantes la Jolie, 6/12/2018 (St Nicolas)

Tunisia Toute ressemblance avec une précédente fin de règne...

votefutile.jpg Toute ressemblance avec le vote utile... Lire : Votez futile !, spéciale dédicace du Concierge à Mediatarte

mercredi 28 novembre 2018

Viols : "En plus, il y a une promo..."

mediapartpromo0.PNG

mediapartpromo.PNG

Il n'y a, pour le moment, sur Médiatarte, que des publicités pour les Produits Politiques Moustachus (PPM) ou des promotions pour augmenter artificiellement le nombre d'abonnés.

On veut dire pas d'annonceurs.

Par contre, tous les journaux, notamment en ligne, qui reprennent ce type d'infos, fournies par Mediatarte, en tirent profit, tout en propulsant la marque "Médiatarte", propulsée par la marque "Besson" (sans doute propulsée par Le Monde en son temps... Le retour sur investissement, comme l'économie du don, repose sur le délai, et manifestement certains ont les moyens sociaux de durer par-delà toutes les catastrophes économiques dont ils sont responsables et qui, en ce domaiine, sont des catastrophes de la pensée qui permettent tous les triomphes de l'obscurantisme)

La cause des femmes mérite sans doute mieux que les méthodes que Le Monde, sous la direction d'Edwy Plenel, avait emprunté à la presse à scandales, ruinant symboliquement le Quotidien du soir, sous prétexte de le sauver économiquement (ce qui n'advint pas, étant donné le trio de pitres qui coula le journal de Beuve-Méry sous la direction d'Alain Minc).

Misère du Féminisme Moustachu de Marché (FMM).

Le Concierge[1]

Bonus (13/12/2018)

strasbourg.jpg Collections du Centre d’Études Karl Kraussiennes

Notes

[1] Qui se fout de Luc Besson comme de sa première chaussette - si on excepte bien évidemment ce que cet industriel a fait au cinéma en poussant à un mode de production capitaliste visant le marché mondial au détriment d'un cinéma d'art et d'expression populaire, sans compter l'énorme gâchis de ressources, système qui produit des disproportions de pouvoir et des rapports autocratiques à tous les niveaux - attendant que Médiatarte dénonce en une les violences structurelles subies au quotidien, auxquels les médias participent, déifiant un patron un jour, le jetant en pâture le lendemain (tout en y voyant un "artiste". En fait, les artistes, vous emmerdent tous, que ce soit dit... Parce que les gens comme le pitre en question, nous les avons toujours combattus et d'autant plus qu'ils nous ont affamés, peut-être, après tout, car tout est possible, parce que leur lit n'était pas assez grand pour nous accueillir tous ! )... Signé : La Claviste et La Petite Marchande d'Allumettes (qui ne bossent pas non plus chez Médiatarte - "Nous sommes des gens d'ailleurs" Et on vous emmerde tous, qui se payent sur l'Ange et la Bête, et sur l'Ange et sur la Bête !, on vous emmerde tous et toutes ! Salutations magnifiques)

Un autre Macron est possible

Il a 39 ans, des diplômes clinquants, un regard habité et des envies de changement. Entouré de jeunes chefs d’entreprise et de « porteurs de causes » issus de la « société civile », il lance un « mouvement politique » destiné à « sauver les démocraties libérales » menacées par l’« insurrection populiste ». Parce que c’est notre projet, exhorte-t-il, « à nous, désormais, de marcher ».

Après la formation de M. Emmanuel Macron, voici Place publique, fondée en novembre par l’essayiste Raphaël Glucksmann. L’un domine le centre droit ; l’autre investit le centre gauche, où la désintégration du Parti socialiste laisse un vide et des classes moyennes cultivées désemparées. D’où va-t-on désormais proclamer que rien ne va plus et qu’il faut tout changer — sauf l’essentiel : les structures économiques et sociales ? Avec Les Enfants du vide (Allary Éditions), livre-manifeste publié cet automne, Glucksmann a d’un coup comblé la béance. De L’Obs à L’Humanité en passant par Mediapart, on s’arrache l’homme providentiel. Il est chez lui sur France Inter, louangé permanent au Monde, en « une » de Libération, en couverture de Politis. Des personnalités socialistes, écologistes ou communistes projettent sur son visage souriant leurs aspirations ravalées. Glucksmann a compris que son public cible n’aimait rien tant que battre sa coulpe, triturer sa mauvaise conscience, ruminer ses échecs et y remédier au moyen de recettes toujours identiques, mais ripolinées aux couleurs du jour — le vert, en l’occurrence. Cela tombe bien : Raphaël, qui s’est souvent trompé, met en scène confessions et conversion. À L’Obs (4 octobre 2018), il confie : « Je dois réapprendre à m’oublier. » Ambitieux programme.

Lui qui fut tour à tour admirateur de M. Nicolas Sarkozy en 2008, animateur de la revue néoconservatrice Le Meilleur des mondes, conseiller du président géorgien néolibéral et atlantiste Mikheïl Saakachvili, lui qui admettait volontiers : « Ça ne m’a jamais fait vibrer de manifester pour les retraites » (M Le magazine du Monde, 22 mars 2014) et se déclarait au printemps 2017 « fier » de l’élection de M. Macron, revendique à présent Occupy Wall Street et dit « nous » quand il parle de la gauche. « On a zappé complètement la question sociale », admet-il. « Mon logiciel de pensée a contribué à former l’impasse dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui » (Mediapart, 14 novembre 2018). La mise à jour dudit « logiciel » copie-colle les constats effectués depuis des lustres par ceux que combattait hier Raphaël : « On voit les entreprises multinationales refuser les lois des nations et chercher à leur imposer les leurs. On voit les banques sauvées par l’argent public maquiller leurs comptes et cacher leurs fonds dans des paradis fiscaux. » À tout cela s’ajoute la menace d’un anéantissement de la planète par le réchauffement climatique.

Alors, que faire ? Contre « les anciennes idéologies, les vieux partis, les antiques structures », contre les inégalités et le gaz carbonique, Glucksmann propose plus de participation citoyenne, plus d’écologie, plus d’Europe. « Nous assumons l’horizon d’une République européenne », écrit-il. Des « porteurs de causes » aussi frétillants que MM. Valéry Giscard d’Estaing, François Bayrou, Daniel Cohn-Bendit et Bernard-Henri Lévy ânonnent les éléments de ce credo depuis bientôt quatre décennies. Les papys du vide ont trouvé leur héritier.

Pierre Rimbert

Le Monde Diplomatique, décembre 2018

Lire aussi : Télé-achat moustachu (TAM) : nouveau produit en ligne !

dimanche 18 novembre 2018

Qui sera Bougrel-(tsipr)-as ? De gauche ou de droite ? Bougre, Bougre !!!

Screen_shot_2018-11-18_at_20.11.16.png Surfeurs attendant la vague d'Hokusaï (tandis que les trotskystes 2.0 moustachu(e)s boivent des mojitos-bios au bar de la plage...)

Acte 3 :Scène IV

PÈRE UBU

Qui de vous est le plus vieux ? (Un paysan s’avance.) Comment te nommes-tu ?

LE PAYSAN

Stanislas Leczinski.

PÈRE UBU

Eh bien, cornegidouille, écoute-moi bien, sinon ces messieurs te couperont les oneilles. Mais, vas-tu m’écouter enfin ?

STANISLAS

Mais Votre Excellence n’a encore rien dit.

PÈRE UBU

Comment, je parle depuis une heure. Crois-tu que ji vienne ici pour prêcher dans le désert ?

STANISLAS

Loin de moi cette pensée.

PÈRE UBU

Je viens donc te dire, t’ordonner et te signifier que tu aies à produire et exhiber promptement ta finance, sinon tu seras massacré. Allons, messeigneurs les salopins de finance, voiturez ici le voiturin à phynances. (On apporte le voiturin.)

STANISLAS

Sire, nous ne sommes inscrits sur le registre que pour cent cinquante-deux rixdales que nous avons déjà payées, il y aura tantôt six semaines à la Saint Mathieu.

PÈRE UBU

C’est fort possible, mais j’ai changé le gouvernement et j’ai fait mettre dans le journal qu’on paierait deux fois tous les impôts et trois fois ceux qui pourront être désignés ultérieurement. Avec ce système j’aurai vite fait fortune, alors je tuerai tout le monde et je m’en irai.

PAYSANS

Monsieur Ubu, de grâce, ayez pitié de nous. Nous sommes de pauvres citoyens.

PÈRE UBU

Je m’en fiche. Payez.

PAYSANS

Nous ne pouvons, nous avons payé.

PÈRE UBU

Payez ! ou je vous mets dans ma poche avec supplice et décollation du cou et de la tête ! Cornegidouille, je suis le roi peut-être !

TOUS

Ah, c’est ainsi ! Aux armes ! Vive Bougrelas, par la grâce de Dieu roi de Pologne et de Lithuanie !

PÈRE UBU

En avant, messieurs des Finances, faites votre devoir.

(Une lutte s’engage, la maison est détruite et le vieux Stanislas s’enfuit seul à travers la plaine. Ubu reste à ramasser la finance.)

jeudi 15 novembre 2018

Télé-achat moustachu (TAM) : nouveau produit en ligne !

Screen_shot_2018-11-18_at_22.21.38.png 'Collections du Laboratoire de Neuneulogie du Collège d'Argein (cliquer sur l'image pour accéder à la vidéo du Musée qui sera présentée dans l'exposition "La France et l'Europe en 2018". Dans quelque temps ce sera encore plus comique - ou tragique, car l'heure tourne...)

La Une de Libération n'ayant généré que 10 000 inscriptions à la newsletter d'un parti inexistant, la plate-forme antitotalitaire Edwy-Bobo teste à son tour les chances du produit (créé pour profiter que la "marque EELV" ne trouve plus preneur selon les termes de la responsable du marketing de la start-up, en plateau).

Edwy Plenel : Pourquoi ajouter une nouvelle boutique aux autres boutiques ?

- Et bien nous espérions pouvoir rejoindre la plate-forme de vente Médiatarte... C'est fait ! (OK; je sors !)

Autres produits en ligne de la boutique Médiatarte :

En marche vers le « rassemblement » moustachu

Meeting moustachu : je ne soutiens pas Hamon pour faire gagner Macron, car je suis un journaliste indépendant (Edwy Plenel)

La fille cachée de Pierre Bellemare et Edwy Plenel?

Produits retirés de la vente

plenell.PNG

Le 18 mars 2000, Edwy Plenel, directeur de la rédaction du Monde et animateur de l’émission « Le Monde des Idées » sur LCI (groupe Bouygues), reçoit Philippe Sollers, éditorialiste associé au Monde.

« Bienvenue au "Monde des idées". Admiré ou détesté, loué ou moqué, il ne laisse personne indifférent. On pourrait dire, mais il n’aimerait pas, que c’est notre grand écrivain d’aujourd’hui. Depuis plus de quarante ans, il domine la scène des lettres. C’est Philippe Sollers. C’est mon invité d’aujourd’hui. Et c’est un Philippe Sollers un peu spécial. On va parler de son dernier roman, Passion fixe, chez Gallimard, mais on va surtout parler de lui. (…) Alors, je lis toutes les critiques sur ce livre, et je partage leur opinion : je pense que c’est un grand livre, je pense que c’est une passion au beau fixe, je pense que c’est un livre gai, un livre qui donne envie de vivre, de se battre pour vivre … Passion fixe, qu’il faut lire, qui rend gai, joyeux, qui donne envie de se battre, pour la vie, pour aimer, pour l’amour. (…) Merci Philippe Sollers. À bientôt. »

Le 20 mai 2000, Edwy Plenel, directeur de la rédaction du Monde et animateur de l’émission « Le Monde des Idées » sur LCI (groupe Bouygues), reçoit Alain Finkielkraut, qui n’est pas encore éditorialiste associé au Monde.

« Bienvenue au "Monde des Idées". Il séduit ou il exaspère. Il n’est jamais là où on l’attend. Il pense à part, à côté. Il pense seul. Il pense différent. C’est Alain Finkielkraut, il est philosophe. Et c’est mon invité autour de son tout dernier livre Une voix vient de l’autre rive. Un livre grave, un livre fait pour inciter au débat, pour provoquer au débat et à la discussion. Un livre contre les simplismes, contre les simplifications, pour la complexité, pour le dialogue avec l’autre, pour la quête de l’autre et je dirais pour le souci de l’autre. … C’est un livre qu’il faut lire ! Un livre qui suscite, qui provoque, qui cherche, qui quête la réponse de l’autre, le débat. Et ce n’est pas si fréquent. Ce n’est pas un livre qui proclame, à l’image de son titre. C’est un livre qui chuchote, qui cherche le dialogue, avec parfois l’adversaire, celui avec lequel on n’est pas d’accord. Merci Alain Finkielkraut. Lisez déjà en attendant ce livre-là, Une voix vient de l’autre rive. Discutez-le, empaillez-vous sur ce livre ! C’est ça aussi la démocratie. »

"Edwy Roi du télé-achat", PLPL n° 0

Bonus

Exposition temporaire du Musée "L'Europe en 2015-2016" : Breaking the news : candidature de Cécile Duflot

mercredi 7 novembre 2018

"Notre monde à changer !" : ATTAC s'offre une identité visuelle par le graphiste du Grand Paris

attaxgraphisme.PNG

attaxgraphisme2.PNG Cliquer sur l'image pour voir l'interview alter-mondialiste du designer Rudy Bauer...

vendredi 7 septembre 2018

Spéciale dédicace à la fête de l'Humanité (sic) et ses goodies moustachues !!!

banlieuerouge.PNG Cliquer sur l'image pour écouter "Banlieue Rouge". Compliments au Parti Communiste Français ! Et au village du Livre !!!!

mercredi 5 septembre 2018

L'Humanité moustachue prépare le retour de la gôche plurielle... Et la prochaine catastrophe politique.

Long week-end qui combine détente, débats, rencontres et concerts, la Fête de l’Huma est l’un des rendez-vous incontournables de la fin de l’été, avec son demi-million de visiteurs chaque année. Pendant trois jours, Mediapart y tiendra un stand, au Village du livre, avenue Rosa-Luxemburg, au cœur du parc départemental de La Courneuve Georges-Valbon.

Des équipes du journal seront présentes de 11 heures à 20 heures le vendredi et le samedi, et de 11 heures à 14 heures le dimanche, afin d’échanger dans un cadre festif.

En dehors des permanences tenues par le service communication/marketing et le service de relations aux abonnés, venez rencontrer nos journalistes politiques Pauline Graulle et Manuel Jardinaud à partir de 15 heures le vendredi 14 septembre pour échanger autour des grands enjeux actuels. Cette rencontre sera suivie d’un apéro.

Le lendemain, ce sera au tour d’Edwy Plenel d’être présent dès 12 h 30, pour un temps d’échange puis de signature. Laurent Mauduit lui succédera à partir de 14 h 30. Et comme la veille, ces rencontres seront suivies d’un apéro ouvert à tous.

De plus, retrouvez Edwy Plenel au stand de la Fédération des Hauts-de-Seine, avenue Jean-Jaurès, à 14 h 30 pour un débat sur les séquelles du colonialisme et le racisme culturel dans le cadre d’un séminaire organisé sur l’année 2018/2019 par les Espaces Marx : « Mondialité culturelle : une insécurité heureuse ».

À côté de toutes ces rencontres, venez sur notre stand pour obtenir toutes sortes de goodies, acheter des livres ou bénéficier d’un mois gratuit d’abonnement à Mediapart.

plenellivre.PNG

Archives inutiles :

PLPL a porté les premiers coups au Quotidien Vespéral des Marchés (QVM). Alors que les dirigeants du « quotidien de référence » se terrent pour échapper à ceux assénés par le livre de Pierre Péan et Philippe Cohen (La face cachée du Monde, qui cite PLPL deux fois, mais nous fait de bien plus nombreux emprunts...); pour échapper, surtout, à la sollicitude feinte de leurs concurrents (L'Express, Libération...).

Nous entendons bien sonner l'hallali.

En attendant de nouvelles révélations sur les compromissions et les errements du "quotidien gothique du soir", voici déjà un rappel des articles que nous lui avons consacrés et qui sont déjà en ligne sur ce site.

Le Monde implose !

mercredi 29 août 2018

La fille cachée de Pierre Bellemare et Edwy Plenel?

plenellivre.PNG

« Un livre, un livre monument, un livre passion, un livre de bonheur, de joie, de plaisir — je le dis parce que je l’ai partagé en le lisant — joie des idées, bonheur du débat, euh, au fond, plaisir de l’aventure intellectuelle, c’est Bernard-Henri Lévy, Le Siècle de Sartre. Et donc, ce livre Bernard-Henri Lévy — merci de nous réserver un peu la primeur de ce premier dialogue autour ce cette somme, de ce grand livre Certains de vos amis disent : c’est peut être votre meilleur livre. C’est un livre où le lecteur mène dialogue avec vous, vous suit dans cette cavalcade. un livre monument, on dirait une statue mais en fait une statue, c’est figé ; c’est plutôt un tableau, une sorte de grande fresque. Au fond de tout ce que vous nous faites redécouvrir dans cette aventure, dans la joie, le plaisir, le bonheur, l’irrévérence, les indignations, le droit de se tromper, mais de se tromper aussi pour une bonne cause tout en se trompant, etc., c’est un éloge de la complexité. »

Extrait de "Edwy Roi du télé-achat", PLPL n° 0

ldclivre.PNG Cette fracassante entrée en scène de Laurence De Cock comme créature médiatique (armée d'un vieux livre de Suzanne Citron) sur le plateau de Pujadas face à François Fillon semble bien avoir été le premier acte médiatique du flinguage du candidat Fillon prémédité par un club de millardaires actifs dans la presse et nécessaire à l'élection de leur poulain... (on peut dire ce qu'on veut de Pujadas mais il fait en général son casting dans un but très précis...) Première idiote utile de l'affaire... Qui utilisera cette petite notoriété pour ensuite depuis Berlin suggérer que Marx et Engels appelaient à voter Macron au second tour (authentique !). Nulle théorie du complot... Car, là, on peut vraiment parler d'innocence !!!

Le 18 mars 2000, Edwy Plenel, directeur de la rédaction du Monde et animateur de l’émission « Le Monde des Idées » sur LCI (groupe Bouygues), reçoit Philippe Sollers, éditorialiste associé au Monde.

« Bienvenue au "Monde des idées". Admiré ou détesté, loué ou moqué, il ne laisse personne indifférent. On pourrait dire, mais il n’aimerait pas, que c’est notre grand écrivain d’aujourd’hui. Depuis plus de quarante ans, il domine la scène des lettres. C’est Philippe Sollers. C’est mon invité d’aujourd’hui. Et c’est un Philippe Sollers un peu spécial. On va parler de son dernier roman, Passion fixe, chez Gallimard, mais on va surtout parler de lui. (…) Alors, je lis toutes les critiques sur ce livre, et je partage leur opinion : je pense que c’est un grand livre, je pense que c’est une passion au beau fixe, je pense que c’est un livre gai, un livre qui donne envie de vivre, de se battre pour vivre Passion fixe, qu’il faut lire, qui rend gai, joyeux, qui donne envie de se battre, pour la vie, pour aimer, pour l’amour. (…) Merci Philippe Sollers. À bientôt. »

Le 20 mai 2000, Edwy Plenel, directeur de la rédaction du Monde et animateur de l’émission « Le Monde des Idées » sur LCI (groupe Bouygues), reçoit Alain Finkielkraut, qui n’est pas encore éditorialiste associé au Monde.

« Bienvenue au "Monde des Idées". Il séduit ou il exaspère. Il n’est jamais là où on l’attend. Il pense à part, à côté. Il pense seul. Il pense différent. C’est Alain Finkielkraut, il est philosophe. Et c’est mon invité autour de son tout dernier livre Une voix vient de l’autre rive. Un livre grave, un livre fait pour inciter au débat, pour provoquer au débat et à la discussion. Un livre contre les simplismes, contre les simplifications, pour la complexité, pour le dialogue avec l’autre, pour la quête de l’autre et je dirais pour le souci de l’autre. C’est un livre qu’il faut lire ! Un livre qui suscite, qui provoque, qui cherche, qui quête la réponse de l’autre, le débat. Et ce n’est pas si fréquent. Ce n’est pas un livre qui proclame, à l’image de son titre. C’est un livre qui chuchote, qui cherche le dialogue, avec parfois l’adversaire, celui avec lequel on n’est pas d’accord. Merci Alain Finkielkraut. Lisez déjà en attendant ce livre-là, Une voix vient de l’autre rive. Discutez-le, empaillez-vous sur ce livre ! C’est ça aussi la démocratie. »

Notre enquête suscite déjà de très nombreuses réactions. Un lecteur nous écrit : « Il aura fallu ce véritable électrochoc de PLPL pour que Plenel soit enfin révélé au monde comme le fils spirituel de Pierre Bellemare. » *

  • Ce lecteur facétieux faisait sans doute référence à un éditorial du Monde (12 février 2000) titré « Du bon usage de la liberté ». On pouvait lire : « Il aura fallu ce véritable électrochoc par voie de presse (l’écho donné par Le Monde, comme par tout le monde, au livre de Véronique Vasseur sur les conditions de vie des détenus de la Santé) pour que soit créée, là encore à l’unanimité, une commission d’enquête parlementaire sur les prisons. »

"Edwy Roi du télé-achat", PLPL n° 0

dimanche 26 août 2018

Actualité du trotskysme culturel 2.0

ldcasselineau4.PNG Racisme pur ou simple vulgarité demi-mondaine ? Le Concierge hésite...

ldcantifa.PNG On espère ne pas croiser ces révolutionnaires ( ni les TBC - Très Beaux Collaborateurs !) au coin d'un bois...("pas taper, merci"?)

ldcresistance.PNG LDC, petite propriétaire-exploitante (en conversion radicale-bio) de l'Histoire de France (vieillissement accéléré de "manuels scolaires de 1980 à nos jours" en fûts académiques à l'arôme d'émancipation ajouté) dépose le mot "Résistance" à l'INPI...

ldchommeblanc.PNG Racisme ou simple vulgarité demi-mondaine ? Peut-être bien les deux, mon capitaine ! Dieu qu'il est lourdinguement" beauf" le "Fardeau de la Femme Blanche"... diplômée ! (d'autant plus que l'"Homme blanc" qui enseigne l'histoire dans le secondaire a, au moins, une chance sur deux d'être... une femme !, au mieux, avec ou sans majuscule, le titre est sciemment trompeur, LDC étant apôtre - Burlonesque- de l'écriture inclusive

Collections du Laboratoire de Neuneulogie du Collège d'Argein

Bonus 1 !

ldclieuditbellevilloise.PNG Ou quand Là-Bas si j'y suis (plus) fait la promotion du nouveau kitsch historique et de Libération pour faire la promotion... d'un restaurant bobo ! Qui se charge de signaler au CVUH l'usage politico-commercial de l'histoire par Mathilde Larrère relayée par l'Ogre Daniel Mermet? Heu... Dites "Hossein", j'espère qu'il paye quand il vient se baffrer, l'Ogre, et pas en pub dans son émission de retraité ? Parce que tout est possible...

Lire : "Restauration Révolutionnaire" par Jean-Pierre Garnier

Bonus 2

ldcagone1.PNG

Prince-of-darkness-inline-2.jpg Prince of Darkness (John Carpenter, 1987)

La "restauration révolutionnaire" a donc aussi ses "amuse-bouches" (c'est décidément tout un rapport Freudien à la culture et à la politique!)... Il n'était pas prévu que tous ceux et toutes celles qui ont travaillé jusqu'à l'épuisement pour faire vivre une petite maison d'édition associative (en des temps où Aude Lancelin gagnait 9000 EUR dans un journal néolibéral "de gauche", Le Nouvel Obs..., et n'étant pas encore "indignée", à ce tarif on la comprend... ne recensa jamais le moindre de nos livres !!!) verraient leur travail converti en apéricubes pour kitchissimes bobotes de la demi-noblesse d’État... LDC ayant plus qu'été à la manœuvre à l'époque (depuis une position non-répertoriée dans l'organigramme d'Agone Canal Historique) pour éradiquer les classes laborieuses qui rechignaient à imprimer son histoire à l'eau de rose qui fait aujourd'hui se pâmer les amis des chats sur FB, il est normal qu'on la retrouve désormais trôner sur la passerelle avant du Vaisseau Agone tombé aux mains de la Petite-Bourgeoisie Intellectuelle pour mieux se légitimer à base de... critique de la PBI[1] !!!

ldcdedicace.PNG Abaisser l'Histoire à "un objet de com’ et de courtisanerie toujours plus grotesque" ?

Pour les vrais amateurs d'histoire (et d'astronomie), cela s'appelle en effet une "révolution" (conservatrice en l'occurrence, mais lesquelles ne le sont pas une fois les usurpateurs, forcément usurpateurs, portés au pouvoir brandissant les encensoirs de l'idéologie progressiste pour mieux continuer le travail d'asservissement économique des dominés dont ils usurpent la parole de plateaux TV en Festivals de l'entre-soi narcissique ?) Pour une histoire populaire des Éditions Agone, c'est par là... Le Musée de l'Europe & de l'Afrique en profite pour vous souhaiter une excellente rentrée... Les Neuneux sont là, le Concierge les a vus...

nosanneessciencefiction.PNG Après "Rosa Luxembourg en slip", Thierry Discepolo, Laurence De Cock et Mathilde Larrère font remonter les meilleurs billets de blog des éditions Agone (sauf ceux qui ont été effacés!!!)! Prochainement : les albums souvenir d'ATTAC, de la Fondation Copernic et de la Ligue des Droits de l'Homme Decockisés!!! Sur souscription "Bourdieu autrement[2], autrement!"

PS (sic) : Les Sollersiennes ?

Il est je pense urgent de tuer, médiatiquement dans l’œuf, les faux-impertinents. La structure se vide, enfin, par effet biologique, des néo-conservateurs qui ont accompagné toutes les régressions depuis les années 70. Elle se remplit donc des nouveaux, pour que "tout change pour que rien ne change".

L'Histoire et la sociologie peuvent servir à ça.

La prochaine cible de Laurence De Cock et de ses souteneurs éditoriaux, c'est Freinet.

ldcfreinet.PNG

On peut trouver LDC totalement grotesque, et Dieu sait qu'elle l'est !

Mais c'est le grotesque et la vulgarité qui n'ont jamais cessé de mener le monde...

Laurence De Cock qui se présente aujourd'hui comme une "résistante" a, comme toute la rédaction de Médiapart, Média dont elle est une des speakerines, mené une campagne acharnée pour Macron au second tour en traitant les abstentionnistes ouvertement (ou insidieusement) de fascistes.

Se faisant, elle a jeté tout son (maigre) capital "aux pieds du candidat président" qui n'aura plus qu'à l'appeler comme d'autres de son espèce pour redorer son blason avant les prochaines élections (contre la "menace fantôme" qu'elle et ses pareils nourrissent depuis 40 ans). Après tout ne jouait-elle pas la rebelle Nuit-Deboutiste tout en hantant le cabinet Belkacem ?

L'histoire revient comme une farce qui revient comme une farce... Il faut que cela cesse.

"Rien de si grave, diront les plus avertis; ceux qui savent, et depuis longtemps, que ce que Sollers a jeté aux pieds du candidat-président dans un geste sans précédent depuis le temps de Napoléon III, ce n'est pas la littérature, moins encore l'avant-garde. Mais ce faux-semblant est bien fait pour tromper les vrais destinataires de son discours, tous ceux qu'il entend flatter, en courtisan cynique, Balladur et énarques balladurophiles, frottés de culture Sciences po pour dissertation en deux points et dîners d'ambassade; et aussi tous les maîtres du faire-semblant, qui furent regroupés à un moment ou à un autre autour de Tel Quel: faire semblant d'être écrivain, ou philosophe, ou linguiste, ou tout cela à la fois, quand on n'est rien et qu'on ne sait rien de tout cela; quand, comme dans l'histoire drôle, on connaît l'air de la culture, mais pas les paroles, quand on sait seulement mimer les gestes du grand écrivain, et même faire régner un moment la terreur dans les lettres. Ainsi, dans la mesure où il parvient à imposer son imposture, le Tartuffe sans scrupules de la religion de l'art bafoue, humilie, piétine, en le jetant aux pieds du pouvoir de plus bas, culturellement et politiquement ­ je pourrais dire policièrement ­ tout l'héritage de deux siècles de lutte pour l'autonomie du microcosme littéraire; et il prostitue avec lui tous les auteurs, souvent héroïques, dont il se réclame dans sa charge de recenseur littéraire pour journaux et revues semi-officiels, Voltaire, Proust ou Joyce.

Le culte des transgressions sans péril qui réduit le libertinage à sa dimension érotique, conduit à faire du cynisme un des beaux arts. Instituer en règle de vie le «anything goes» post-moderne, et s'autoriser à jouer simultanément ou successivement sur tous les tableaux, c'est se donner le moyen de «tout avoir et rien payer», la critique de la société du spectacle et le vedettariat médiatique, le culte de Sade et la révérence pour Jean-Paul II, les professions de foi révolutionnaires et la défense de l'orthographe, le sacre de l'écrivain et le massacre de la littérature (je pense à Femmes).

Celui qui se présente et se vit comme une incarnation de la liberté a toujours flotté, comme simple limaille, au gré des forces du champ. Précédé, et autorisé par tous les glissements politiques de l'ère Mitterrand, qui pourrait avoir été à la politique, et plus précisément au socialisme, ce que Sollers a été à la littérature, et plus précisément à l'avant-garde, il a été porté par toutes les illusions et toutes les désillusions politiques et littéraires du temps. Et sa trajectoire qui se pense comme exception, est en fait statistiquement modale, c'est-à-dire banale, et à ce titre exemplaire de la carrière de l'écrivain d'une époque de restauration politique, et littéraire: il est l'incarnation idéale typique de l'histoire individuelle et collective de toute une génération d'écrivains d'ambition, de tous ceux qui, pour être passés, en moins de trente ans, des terrorismes maoïstes ou trotskystes aux positions de pouvoir dans la banque, les assurances, la politique ou le journalisme, lui accorderont volontiers leur indulgence."

Pierre Bourdieu, Sollers Tel Quel

Feu, Feu, Feu !

Le Concierge

Notes

[1] In fine, on commence vraiment à craindre que le slogan de la prochaine manif d'envergure soit "Tout le monde déteste la gauche"

[2] Le texte en référence dans le lien est évidemment une œuvre du Concierge...

jeudi 9 août 2018

Comment l'idéologie identitaire fait perdre à la gauche occidentale son identité collective

Depuis la fin du 20ème siècle, une tendance idéologique libérale1 s'est implantée au sein de la gauche petite-bourgeoise (du moins en Occident) qui prétend abolir la conscience de classe au profit d'identités multiples basées sur le genre, la sexualité, la race, la religion ou tout autre facteur de division communautaire, étranger aux rapports sociaux de production subis par tous. Chaque sous-groupe, de plus en plus dissocié de tous les autres, se concentre sur la forme spécifique d'identité qu'il juge partager en propre, ne considère que les expériences individuelles de ses membres et donne la priorité à sa seule autonomisation. Toute personne extérieure à ce sous-groupe auto-centré est au mieux rétrogradée au rang « d'allié ».

Au moment de la rédaction de cet article, il y aurait semble-t-il plus de 70 options différentes en matière de genre en Occident, sans parler des « préférences sexuelles » déjà dénombrées - l'acronyme LGBT traditionnel s'est déjà, à ce jour, étendu à LGBTQQIP2SAA . L'ajout des races à cet agrégat, entraîne un nombre encore plus grand de permutations ou d'identités possibles, des « choix multiples ». Chaque sous-groupe a sa propre idéologie et ils en arrivent à consacrer l'essentiel de leur temps à se confronter entre eux, suscitant une forme d’émulation qui tourne principalement autour du degré d’oppression4 subi par chaque « communauté » et permet de disqualifier celles jugées les moins opprimées en leur enjoignant de «vérifier leurs privilèges», tandis que se rejoue continuellement le classement des «Olympiades de l'oppression».

Les règles de ce sport sont aussi mouvantes et confuses que les identités qui s'y confrontent. L'un des derniers dilemmes qui angoissent actuellement ce mouvement politique identitaire est la question de savoir si les hommes en transition vers la féminité méritent d'être reconnus et acceptés ou si les femmes trans ne sont pas des femmes et apparemment « violeraient »... des lesbiennes.

Lire l'article de Tomasz Pierscionek republié sur le site de la Librairie Tropiques

dimanche 29 juillet 2018

Les grandes résolutions de l'été

ldcdocteur.PNG Le "syndrome de l'imposteur" est largement nourri par le niveau des conversations qu'échangent les diplomés supérieurs sur les réseaux sociaux... (Note anthropologique du Concierge)

mercredi 25 juillet 2018

L'ère de la calomnie

Comment est-il possible alors que l’encre de journal ne change pas de couleur en même temps que d’avis et qu’elle ne montre pas aux usagers comment on rougit ?

Karl Kraus

brigadesdutigre.PNG Les Brigades du Tigre, "L'ère de la calomnie", cliquer sur l'image pour voir l'épisode.

lundi 14 mai 2018

Que va-t-il se passer ?

Ordre extérieur...

MelaniaGaza.png

...Ordre intérieur

ToddSNCF.png Que va-t-il se passer si Macron parvient à briser la SNCF et donc la CGT ? (cliquer sur l'image pour voir la vidéo)

Vu / Pas Vu

Vu sur Médiatarte...

mediatarteattentat.png

Pas vu sur Médiatarte

mediatarteattentat4.png

jeudi 10 mai 2018

La lutte finale contre les sparadrahs médiatiques de La Sociale...

LDCgrupieduMonde.png LDC se regarde dans le miroir du Monde des Livres, hein ! L'occasion de revenir sur l'histoire de ce supplément aux jours heureux d'Edwy Plenel...

LDCsparadrah.png

HADDOCK.jpg

"No comment" comme on disait à Canal Plus...

vendredi 27 avril 2018

Les faux impertinents reviennent comme une farce

Une nouvelle génération de prébendiers se devait donc de surgir pour revitaliser le simulacre. Ils affectent de critiquer le pouvoir partout, mais ils préfèrent le stigmatiser là où il a disparu. Naguère grinçants avec les puissants, ils monnayent jour après jour leur petit pécule d’irrespect. Ils prétendent à l’insoumission mais rêvent de pouvoir. Ils miment le tutoiement avec les grands et se montrent cassants avec les faibles. Ils courtisent une jeunesse supposée rebelle mais ne pensent qu’à l’audimat. Le babillement branché est leur univers, le reniement leur doctrine, les caméras leur extase. (Plpl n°0)

Tu crois que tu rêves ?

LDCtolbiachuma.PNG

Et tu rêves pas !

Vu en une du club de Mediatarte...

ldctolbiacmediapart.PNG Cliquer sur l'image pour lire ces contributions "prétentieuses et nulles" (nouveau slogan de Là-Bas-si-j'y-suis, fabrique de la fausse impertinence parmi d'autres...)

Pas vu en une du club de Mediatarte

grecelogementmediapart.PNG Cliquer sur l'image pour prendre conscience des crimes du présent dissimulés par les dénonciateurs anachroniques des crimes du passé, "en lutte"... pour les parts du marché commémoratif ! Grâce aux "mauvais maitres", leurs élèves pourront dire "nous ne savions pas"...

Bonus

attac67.PNG Défilé de mode d' "électeurs-consommateurs" tentant de monnayer leurs suffrages (Collections du Laboratoire de Neuneulogie du Collège d'Argein)

Plutôt que de s’attaquer aux cheminot·e·s ou aux retraité·e·s, le gouvernement devrait aller chercher l’argent dans les poches des vrais profiteurs : les évadés fiscaux qui ne paient pas leur juste part d’impôts, les multinationales qui licencient et qui versent toujours plus de dividendes à leurs actionnaires, les spéculateurs qui nous menacent d’une nouvelle crise financière ou les pollueurs qui souillent la planète et empêchent la transition écologique.

Ces profiteurs disposent de milliards d’euros pour se payer des agences de communication, des cabinets d’affaires ou des lobbyistes et semblent parfois intouchables. Mais nous pouvons les faire vaciller en atteignant leur image et en montrant leur vrai visage : la preuve avec la victoire symbolique contre Apple, le tribunal déboutant la marque à la pomme et légitimant les actions d’Attac « dans le cadre d’une campagne d’intérêt général sur le paiement des impôts et l’évasion fiscale » .

Contrairement à d’autres crimes, les victimes de l’évasion fiscale ne sont pas directement incarnées. Nous souhaitons mettre des visages sur ces victimes : toutes les personnes qui subissent les politiques d’austérités et les coupes budgétaires décidées par les gouvernements successifs qui ne vont pas chercher l’argent là où il se trouve. « En France, nous sommes 67 millions de victimes de l’évasion fiscale », c’est le message que nous voulons faire passer dans l’opinion publique.

Vos dons serviront à produire et diffuser le plus largement possible ces portraits et ce message et à mener de nouvelles actions spectaculaires et désobéissantes partout en France afin de montrer au plus grand nombre qui sont les victimes et qui sont les vrais profiteurs. Ils nous serviront également à préparer la mobilisation le 7 juin, pour la relaxe de la « faucheuse de chaises » Nicole Briend devant le tribunal de Carpentras.

La décadence d'ATTAC n'est certes pas celle de l'Empire Romain, mais quand même !

Ouaf, ouaf (Faut-il pleurer, faut-il en rire ?)

Lire aussi Avis de décès (post-mortem) de la Fondation Copernic

Plpl n°0 : Les faux impertinents

Le Concierge

mercredi 18 avril 2018

Il y a 18 ans : Edwy et ses amis

Un contributeur au blog de Frédéric Lordon s'offusque :

Haro sur les journalistes !

Aujourd’hui 16 avril 2018, je me rends sur le site "Le Monde.fr" pour lire les commentaires des internautes suite à l’interview du président Macron par les journalistes Bourdin et Plenel. Et là, stupéfaction ! je m’attendais à ce que les commentaires ciblent prioritairement la prestation (bonne ou mauvaise selon les avis) de Jupiter. Pas du tout ! Avec une touchante unanimité tout de même très étonnante, les 127 réactions, à la quasi unanimité, se consacrent uniquement sur la prestation non pas du président mais de celle des deux journalistes ! Et l’appréciation n’est pas tendre ! Haro sur les deux intervieweurs accusés de tous les maux

(...)

Mais on peut aussi penser que Le Monde, autrefois journal de référence, joue aussi sa partition en sélectionnant soigneusement les commentaires allant tous dans le même sens (favorables à Macron), témoignant ainsi de jusqu’où peut aller le pouvoir pour étouffer dans l’oeuf toute velléité de contestation de sa politique. Dézinguer Plenel qui fut longtemps responsable de la rédaction du Monde avant de fonder Médiapart, n’est peut-être pas seulement un petit règlement de comptes.

Ce qu'il reste de Sardonie libre lui répond :

Le Monde que vous décrivez n’a aucun compte à régler avec Plenel...

C’est sa créature.

Et à bien des égards, le monde dans lequel nous vivons, aussi.

Et si vous vous laissez encore abuser par Plenel, sachez que, dans le même temps, il prêchait via les pages débats, comme Macron aux Bernardins, une morale de haut niveau, à travers des alibis d’extrême-gauche. Et rien de tout cela n’a changé... Comment voulez-vous qu’il mette Macron, le disciple en Tartufferie dépassant le maître, en difficulté ? Quand c’est Plenel qui a ré-inventé la formule ?

Et republie cet article de Pour Lire Pas Lu d'octobre 2000

Edwy et ses amis

Comme n’importe quel groupe capitaliste, le QVM vend : l’hebdomadaire l’Européen, à Vivendi ; le QVM achète : Le Midi libre, Les Cahiers du Cinémas, Politis ; le QVM s’internationalise: Raminagrobis veut « tisser sa toile en Europe à partir d’une logique de partenariats et d’alliances », (CB News, 10/07/00). Le tout en chantant les louanges de « La dure et juste loi des marchés financiers » (1). Pourquoi une telle entreprise est est-elle systématiquement épargnée par ceux qui critiquent ailleurs le libéralisme économique ?

Edwy, le Roi du téléachat veille. Comme Raminagrobis possède la moitié du capital du Monde diplomatique, ce mensuel ne critique presque jamais le QVM. Depuis que Le Monde diplomatique est son principal actionnaire, Politis – dont la nouvelle formule ressemble, sur la forme et sur le fond, à un supplément du QVM – pourrait bien devenir tout aussi respectueux.

Mais l’essentiel, c’est le réseau d’Edwy, de Politis à LCI, de Christophe Aguiton (Attac, AC !, etc.) à BHL. Particulièrement nombreux à la LCR (Ligue communiste révulotionnaire), les amis d’Edwy ont essaimé dans plusieurs « mouvements sociaux ». Daniel Bensaïd, penseur de la LCR qui n’écrirait peut-être pas un livre avec Pierre Bellemare, vient d’en rédiger un avec le Roi du téléachat. Pendant les vacances, Christophe Aguiton délaisse ses ouailles pour ne réserver qu’au seul monarque moustachu son sourire de curé. Ces liens-là pourraient être sans conséquences – et ne pas concerner PLPL. Tel n’est pas le cas : ils protègent Le Monde et sont manipulés par lui. L’an dernier, l’hebdo trotskyste Rouge a ainsi chanté les louanges d’un petit livre de Plenel favorable à la guerre de l’OTAN – ouvrage souffreteux déjà acclamé par les journaux du fabriquant de missiles Lagardère. Attac critique le libéralisme économique, mais semble toujours préférer la cible (facile) des commentaires grotesques de Jean-Marc Sylvestre à celle des éditos à peu près identiques du QVM (lire en page 6 « Les combats “citoyens” du Monde »).

En échange de leurs complaisances, les têtes de réseau médiatiques héritent de quelques lignes dans le quotidien vespéral des marchés – parfois d’une tribune. Et le QVM accorde un retentissement inouï aux « débats » qui ébranlent la cabine téléphonique où se déroulent les AG de la LCR. Les vedettes parisiennes du radical-chic peuvent glapir contre l’« ultra-libéralisme » si elles veillent à épargner les médias qui installent ce chancre dans nos crânes.

Edwy écoute et lit tout ce qu’on dit sur lui. Alors, Krivine l’adore. Et BHL aussi. Dans son Journal, BHL a admis : « Il jouit dans notre petit groupe d’un crédit très étrange Moi-même qui ne le connaît pas, qui ne l’ait jamais rencontré, je me surprends à m’enquérir parfois de ce que “Edwy” pense de ceci, de ce qu’il dit de cela » (Le Lys et la Cendre, Grasset, Paris, 1996, p. 336-337.) Depuis, BHL a beaucoup rencontré Edwy et il a été « promu » éditorialiste associé au Monde… Plenel est partout : il invite un jour Sollers, l’autre Bensaïd, tantôt dans son émission de téléachat de LCI, tantôt dans les pages du QVM. Edwy sait philosopher : « Est-ce que la situation dans laquelle nous sommes ne donne pas des gages de réussite à cette alliance d’un libéralisme économique et d’un libéralisme politique, à la fois du dynamisme des entrepreneurs et de la liberté des individus au nom de laquelle, d’une certaine manière, nous nous sommes battus au Kosovo ? » (LCI, 12/06/99). Ce jour-là, son ami Bensaïd relisait sans doute Karl Marx.

1. Titre d’un article du journaliste maison Pierre-Antoine Delhommais paru à la une du Monde le 17/09/98, alors que la crise financière jetait des dizaines de millions d’Asiatiques dans la « dure et juste » misère dont, selon le QVM, il n’auraient jamais du sortir. Sauf pour servir des nems au Roi du Téléachat, au nabot malfaisant et à Raminagrobis.


Lire aussi : les combats citoyens du Monde

Et par Frédéric Lordon "Corruptions passées, corruptions présentes (Réponses à Laurent Mauduit)"

lundi 16 avril 2018

Rions un peu...

Savoir et Savoir-Faire : Reconnaître les Tsipriotes

larrereMacron.png La preuve par "moi-je" ! (collections du Laboratoire de neuneulogie du Collège d'Argein)

Laurence De Cock (fan depuis Paris de NDDL et pas à une contradiction "agrarienne" près !) (Bonnes feuilles des "Editocrates 2" sur Médiatarte, bien sûr !)[1] !!!

"Depuis qu’elle a été interrogée sur ses références historiques et littéraires par un auditeur à la recherche de lectures estivales, on sait dans quel corpus Natacha Polony puise ses inspirations : Jean-Claude Michea trône en tête de son petit panthéon personnel, suivi de Christopher Lasch, Jacques Ellul et Georges Bernanos. Point commun : tous ces auteurs s’opposent à l’idée de quête du progrès. Le libéralisme économique aurait coupé les individus de leurs racines, détruit les facteurs de cohésion, notamment du monde ouvrier[2], et favorisé la naissance d’un individualisme débridé aujourd’hui encouragé par la globalisation et la figure de l’individu consommateur. La démocratie ne serait donc plus qu’un agrégat d’agents économiques, et cette disparition des solidarités anciennes s’accompagne de conquêtes dites « sociétales » dont les politiques de reconnaissance de la diversité seraient le dernier avatar. Si on ajoute à cela Charles Péguy, autre auteur vanté par Polony, on comprend que la communauté aujourd’hui pleurée est moins celle de la fraternisation ouvrière que celle de la communion dans le culte de la patrie. En somme, on se situe quelque part entre le conservatisme agrarien, la révolution conservatrice, le néoconformisme des années 1930 et l’anarchisme de droite (surtout pour Lasch auteur de "La culture du Narcissime", ouaf, ouaf, NDE !) : Danton et Marat[3] sont un peu loin – laissés pour morts sur les rivages abandonnés des Lumières (ouaf, ouaf ! Le Concierge)…"

Difficile de faire, en quelques lignes, un tel concentré de cuistrerie, et néanmoins typiquement professoral, et démonstration de manipulation de concepts non maitrisés (Ouaf, Ouaf !) !

Conclusion

appartentementterrible.png Faut dire que pour les crêpes c'est limite, alors pour la Syrie...

Bonus

Allez une dernière pour la route issue du même livre (Les éditocrates 2 où ne figure pas un célèbre moustachu. Et où une "éditocrate" peut en cacher une autre !)

Plus que le bourgeois, l’ennemi, pour Natacha Polony et ses nouveaux amis, c’est la finance (pour reprendre une célèbre antienne socialiste). La mondialisation néolibérale qui engraisse les multinationales avec la complicité active de l’Union européenne et de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Ca va ? Et le "juif", pas encore ? ça va pas tarder, un sophisme entrainant l'autre dans la pensée sauvage... Surtout si on lit trop Mediatarte où un collègue de LDC, Philippe Marlière, nous expliqua pendant la campagne présidentielle que dénoncer les banques c'était....

On ne serait pas étonné que LDC ait voté, comme Plenel, des deux mains "OUI" en 2005... Vu l'acharnement à effacer tout le travail produit entre 1995 et 2005, qui nous a coûté tant de sueur et des perspectives d'avenir plutôt sombres, pour le remplacer par de la soupe, des faux-débats et des faits-divers faisant diversion, la question se pose...

Notes

[1] Impétrante des médias, elle ambitionnait, fréquentant alors le cabinet de la Ministre socialiste de l'éducation de "réconcilier la jeunesse avec la classe politique" (ouaf, ouaf, si elle n'existait pas, Le Concierge l'aurait inventée !)

[2] « Et si surtout la perte de la culture n’était pas achetée au prix de vies humaines ! La moindre d’entre elles, ne serait-ce même qu’une heure arrachée à la plus misérable des existences, vaut bien une bibliothèque brûlée. L’industrie intellectuelle bourgeoise se berce d’ivresse jusque dans l’effondrement lorsqu’elle accorde plus de place dans les journaux à ses pertes spécifiques qu’au martyre des anonymes, aux souffrances du monde ouvrier, dont la valeur d’existence se prouve de façon indestructible dans la lutte et l’entraide, à côté d’une industrie qui remplace la solidarité par la sensation et qui, aussi vrai que la propagande sur les horreurs est une propagande de la vérité, est encore capable de mentir avec elle. Le journalisme ne se doute pas que l’existence privée, comme victime de la violence, est plus près de l’esprit que tous les déboires du négoce intellectuel. Et surtout cet univers calamiteux qui occupe désormais tout l’horizon de notre journalisme culturel. » (Karl Kraus, 3ème Nuit de Walpurgis)

[3] Le retour du culte des "Grands Hommes". Laurence nous avait déjà fait le Panthéon des Grands Hommes Catalans pour aboutir à Puigdemont (ouaf, ouaf !), c'est une manie d'historienne des "romans nationaux" ... anti-nationaux ? (re ouaf-ouaf !)

- page 2 de 4 -