Jeudi 9 avril, plus de 180 personnes se sont déplacées à Alès, dans le sud de la France, pour écouter Éric Toussaint, tout juste de retour d’Athènes, nous parler de la première réunion de travail de la Commission d’audit de la dette grecque.

Eric Toussaint revient sur la mission de la Commission avant de donner de précieux aperçus sur le contexte politique à Athènes qui laissent entrevoir une stratégie du gouvernement grec dans laquelle s'inscrit cette commission. Tout cela vient modérer l'offensive médiatique, y compris libertaire, martelant qu'il n'y a qu'une seule politique, c'est à dire pas de politique, possible et qu'un gouvernement est forcément un gouvernement qui capitule. Face à la collection de morts-vivants cyniques qui composent l'euro-groupe, l'espoir d'une Libération est plus que jamais grec.

Si l'histoire devait faire son grand retour dans les mois qui viennent, peut-on espérer que la mobilisation contre nos gouvernants et nos médias sera à la hauteur pour éviter un Münich athénien ? Après des années d'attentisme routinier des organisations qui prétendent à la "solidarité internationale", ce sont des choses qui doivent se préparer dès aujourd'hui. Une défaite en Grèce aurait des conséquences dramatiques.

A écouter ici