30mai68.PNG Le Dernier jour de mai (cliquer sur l'image pour voir le documentaire)

Nuit Debout est un média : l'intellectuel organique de la droite réactionnaire (et néanmoins de télévision) dont on ne dira pas le nom l'a bien compris en envahissant son plateau pour mettre en scène son auto-éviction de la Place de la République. Une scène qui est à comparer à l'agitation bon-enfant menée sur le plateau de On n'est pas couché le samedi précédent face à Gattaz qui n'a pas trop tremblé : les participants ont d'ailleurs justifié leur action comme se contentant de mettre du "spectacle dans le spectacle".

Il est grand temps de prendre la droite réactionnaire vraiment au sérieux. A-t-on oublié les campagnes de Sarkozy ? La propagande de Valls à l'identique ? La victoire de la droite en Espagne après l'occupation des places ? Qui peut croire que, considérée la sociologie du pays, beaucoup moins jeune qu'en 1968 et avec des travailleurs individualisés comme jamais, ce n'est pas le populiste de droite qui est le maitre de l'agit-prop ?

L'une des tâches intellectuelles consiste à étudier son discours, sa réception et les causes de celle-ci (la dénonciation de sophismes de gauche pour refiler derrière des sophismes de droite) dans une partie importante, et sans doute stratégique, de la population si on veut espérer le contrer efficacement. Être capable de l'affronter sur son terrain. Ce qui nécessite certainement de poser la question de la responsabilité de ceux qui ont construit des impostures idéologiques à des fins de manipulation politique (on pense à SOS Racisme de MM. Dray et Mélenchon dont la figure emblématique est aujourd'hui... secrétaire d’État aux affaires européennes...) qui ont notamment, parmi pas mal de monstres, enfanté un tel intellectuel organique. D'autant plus qu'il ne fut que le premier d'une série qui s'annonce longue à subir pareille métamorphose.

Et ce n'est certainement pas, comme une certaine Laurence De Cock (professeure de catéchisme citoyenniste et BHLette des médias off et in), en affirmant sur un plateau de télé en face du ci-nommé, qu'il n'y a pas de problèmes dans les établissements scolaires mais seulement de mauvais profs (sophismes de gauche), c'est à dire en récusant les travaux sociologiques sur l'école inégalitaire et ses effets, et finalement en adoptant le même cadre mental que son contradicteur même si c'est pour aboutir à des conclusions inverses (c'est à dire tout aussi fausses) que l'on peut espérer faire rentrer le diable dans sa boite. Bien au contraire.

Car au petit jeu des petits intellectuels organiques rivaux manipulant de grands mots auxquels ils seraient bien incapables de donner un sens non-commun, bonne conscience contre bonne conscience, il n'y a pas beaucoup d'espoir de pouvoir rivaliser avec les sophistes de droite...

Et à la fin, qui c'est qui va en prendre plein la gueule ?

Le Concierge