Communiqué du Musée de l'Europe

Le Parquet vient de requérir le placement en détention préventive du Professeur Tariq Ramadan.

Se faisant, il viole les principes généraux du droit suivants :

1) La présomption d'innocence

2) La charge de la preuve revient à l'accusation

3) L'Habeas Corpus (repris dans la Déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen... avec beaucoup de retard, n'en déplaise aux François)

4) Le Principe de proportionnalité

fourestRamadan.PNG Caroline Fourest est donc l'auteur du "Bordereau", publié par... Grasset !

L'inversion de la charge de la preuve avait été réclamée dans plusieurs tribunes par des "intellectuelles" : il ne s'agit de rien d'autre que du démantèlement des libertés publiques[1].

blogDelphy.png A ce jour, il aurait été plus précis de parler de la parole de 'deux femmes" (si on exclut Sœur Caroline du Silence, qui sait depuis longtemps mais n'a rien dit comme une Céline Duflot de base !). Les femmes, ça fait quand même usurpation de la parole de quelques milliards de femmes... par des intellos qui font des tribunes dans Libération !

L'accusation est portée par Caroline Fourest, témoin à charge, témoin de rien.

Caroline Fourest est une affabulatrice médiacratique notoire qui harcèle le Professeur Ramadan depuis des années, alors qu'elle a été prise la main dans le sac de trucage de ses sources. C'est une semeuse de haine professionnelle. Une sorte de radio des 1000 collines.

La décision du Parquet est extrêmement grave. Le Parquet étant subordonné, la responsabilité est celle des plus hautes autorités de l’État, et donc bien sûr du Président de la République, "Jupitérien".

Elle est susceptible de créer de graves troubles à l'ordre public.

Elle ouvrira une "affaire Dreyfus".

Elle renforcera le communautarisme attisé depuis des années par des irresponsables. Pendant ce temps-là, les biens et les services publics pourront continuer à être pillés par les prédateurs, et tout cela est bien évidemment lié.

Elle accréditera aux yeux du monde entier que la France est un État raciste et arbitraire.

Par ailleurs, la sécurité du Professeur Ramadan ne sera pas assurée en prison.

Dès lors, le Musée de l'Europe considère Tariq Ramadan comme un prisonnier politique.

Il exige sa libération immédiate.

Le Concierge

Capture_d_e_cran_2018-02-09_a__01.08.03.png

NB : Les illustration ont été rajoutées après la publication à chaud.

Notes

[1] Dans une première version nous avions écrit "Etat de droit". Mais Etat de droit est l'habillage idéologique derrière lequel se cache l''état de non-droit, qui permet tous les mauvais coups. Pour une fois que c'est un Professeur d'Université qui en fait les frais, on pense à tous ceux qui occupent une position subalterne, victimes quotidiennes de "la justice de classe"